Macron, président des riches ? Ces cinq phrases jugées arrogantes qui ont fait scandale

Macron, président des riches ? Ces cinq phrases jugées arrogantes qui ont fait scandale© Ludovic Marin Source: AFP

60% des Français ne veulent pas qu'il se représente en 2022, selon un récent sondage. La première année de mandat du président aura été marquée, notamment sur la forme, par des propos attestant d'une rupture avec les citoyens «qui ne sont rien».

Le président français, qui s'est défendu d'être arrogant dans une interview accordée au magazine allemand Der Spiegel en août 2017, a accumulé depuis le début de son mandat les petites phrases cinglantes envers certains de ses concitoyens. Les chutes régulières dans les sondages du chef de l'Etat (que 60% des Français ne souhaitent pas voir se représenter en 2022), sanctionnent certainement une politique, mais aussi, sur la forme, un rapport jugé hautain avec le peuple français, décrié lorsqu'il se cabre face aux réformes. Florilège...

«Les gens qui pensent que le summum de la lutte c'est les 50 euros d'APL [...] ne connaissent pas l'histoire de notre pays»

La petite phrase est passée un peu inaperçue, mais elle reflète pourtant l'aversion ressentie par le président à l'égard des opposants aux changements. Pour L'instant M sur France Inter le 4 mai 2018, la journaliste Sonia Devillers est revenue sur le nouveau documentaire de Bertrand Delais consacré au président de la République : Emmanuel Macron, la fin de l’innocence. Dans un des extraits diffusés, le président français assaisonne les concitoyens critiquant sa soif de réformes, dénonçant les personnes «qui pensent que la France, c'est une espèce de syndic de copropriété».

Au sacrifice du lieutenant-colonel Beltrame, dont il souligne que «c'est ça la France», le chef de l'Etat oppose l'attitude des gens «qui pensent que, en quelque sorte, le summum de la lutte, c'est les 50 euros d'APL». Avant de conclure son propos : «Ces gens-là ne savent pas ce que c'est que l'histoire de notre pays.» Le documentariste fétiche du président a beau juger cette phrase «magnifique», la journaliste glisse qu'Emmanuel Macron donne l'impression d'être «un peu méprisant». Une conception que partagent bon nombre de représentants de l'opposition, qui feront savoir leur façon de penser au président dans les jours suivants.

Les ouvriers GM&S ? Ils feraient mieux d'aller chercher un poste plutôt que de «foutre le bordel»

Alors qu'il visitait l'Ecole d'application aux métiers des travaux publics d'Egletons en Corrèze le 4 octobre 2017, Emmanuel Macron a vu sa quiétude troublée par une manifestation des ouvriers creusois de GM&S.

Le président français avait pourtant soigneusement évité la route des protestataires qui s'élevaient contre la reprise de leur entreprise par le groupe GMD, accompagnée du licenciement de 156 d'entre eux. Devant les caméras, Emmanuel Macron a livré son ressenti sur les manifestants : «Il y en a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller regarder s’ils peuvent avoir des postes là-bas [à Ussel en Corrèze] ! Parce qu'il y en a qui ont les qualifications pour le faire hein ! Et c'est pas loin de chez eux.»

D'Adrien Quatennens, député de La France insoumise (LFI) à Valérie Boyer, porte-parole des Républicains (LR), en passant par le socialiste Luc Carvounas, toute l'opposition politique a exprimé sa désapprobation. Eric Coquerel, député LFI, a même suggéré au président de «démissionner».

« Y'a des gens qui râlent tout le temps pour tout. Donc râlez !»

Le 21 septembre à Marseille, le président de la République devait visiter le site olympique du Roucas Blanc, destiné à accueillir certaines épreuves des Jeux olympiques de 2024. Dans la foule, une femme clame sans autre forme de procès : «C'est totalement pourri les JO !». Le président lui oppose alors cette phrase, suscitant les huées de la foule : «Y'a des gens qui râlent tout le temps pour tout. Donc râlez !» 

«Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes»

S'exprimant le 8 septembre 2017 devant la communauté française réunie dans le jardin de l'école française d'Athènes, Emmanuel Macron a vanté son appétit de réforme et dénoncé ceux qui entendent s'y opposer : «Je serai d'une détermination absolue et je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes.»

«Fainéants» ? Ce mot qui fâche a déclenché un tollé chez les citoyens et au sein de la classe politique. Face à la polémique, Christophe Castaner et Bruno le Maire avaient volé au secours du chef de l'Etat, en tentant d'interpréter favorablement le propos pour en diminuer la portée.

Le mot de la fin sur les personnes taxées de fainéantise a été donné par le président lui même, qui a dû se justifier deux fois face aux critiques. «Je n'ai jamais parlé des Français comme des fainéants», a-t-il assuré. «Je parlais de ceux qui n'ont pas fait de réforme et veulent laisser le monde tel qu'il va, tout ceux qui ont cette posture d'esprit», a-t-il décrypté. Une explication qui n'a pas convaincu tout le monde.

«Les gens qui réussissent» et ceux «qui ne sont rien»

Le 29 juin 2017, le président de la République Emmanuel Macron inaugurait à Paris la Station F, décrite comme «le plus grand incubateur de start-up du monde». En présence du maire de la capitale, Anne Hidalgo, et de l'entrepreneur et fondateur de Free, Xavier Niel, le chef de l'Etat a livré un discours comme souvent à l'honneur des graines d'entrepreneurs... et au détriment des autres. Dans les gares, a-t-il en effet déclaré, comme dans le monde, on croise «les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien».

«Honteux», selon Florian Philippot, chef des Patriotes, «Quel mépris», selon Thierry Mariani, ancien député LR... Cette expression extrêmement péjorative a suscité une immense colère chez personnalités politiques comme chez les internautes. 

Lire aussi : 60% des Français ne veulent pas qu'Emmanuel Macron se représente en 2022

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.