«Des millions de Français sont à 10 euros près» : Dupont-Aignan répond à Macron sur les APL

«Des millions de Français sont à 10 euros près» : Dupont-Aignan répond à Macron sur les APL© LUDOVIC MARIN / POOL Source: AFP
Nicolas Dupont Aignan reçu à l'Elysée par Emmanuel Macron, le 20 novembre 2017

Invité à réagir aux propos d’Emmanuel Macron relativisant la baisse des APL en comparaison au sacrifice du colonel Beltrame, Nicolas Dupont-Aignan a dénoncé la sortie du chef de l'Etat. Pour lui, ce dernier ne traite pas «la cause des problèmes».

«La justice sociale n'est pas une insulte et il faudrait qu'Emmanuel Macron comprenne que tout le monde ne vit pas dans une sphère dorée», a déclaré Nicolas Dupont-Aignan dans l’émission du Grand Jury de RTL, Le Figaro, et LCI le 6 mai.

Le président de Debout La France était invité à réagir aux propos du président de la République, qui, après avoir estimé que «le sacrifice du colonel Beltrame, ça, c'est la France», avait fustigé «ceux qui pensent que [...] le summum de la lutte, c'est les 50 euros d'APL».

«Je pense qu'Emmanuel Macron va très vite lasser, parce que c'est insupportable» s'est indigné le député de l'Essonne, ajoutant : «Il y a des millions de Français qui sont à 10 euros près. Ce n'est pas parce qu’ils protestent sur le fait de leur enlever 50 euros qu’ils ne sont pas de bons Français et qu'ils ne comprennent pas ce qu'a fait de manière extraordinaire le lieutenant Beltrame.» 

Nicolas Dupont-Aignan a poursuivi : «Ce qu'on demande à Emmanuel Macron c'est d'être le président de tous les Français, de définir un cap et de redresser le pays. Et moi ce que je demande juste, c'est qu'il traite la cause des problèmes.»

«Et je ne vois pas en quoi on a pas le droit de protester, pour un Francais qui ne peut pas manger à la fin du mois, il a peut être le droit aussi de dire que ces 50 euros ils étaient utiles», a encore ajouté le président de Debout La France.

Dans un extrait du documentaire intitulé Emmanuel Macron, la fin de l’innocence, dont la diffusion est prévue le 7 mai sur France 3, le chef de l'Etat avait déclaré : «Le colonel Beltrame est mort parce que la France, ce sont des idées et des valeurs [...] Les gens qui pensent que la France, c'est une espèce de syndic de copropriété et qu'on invoque la tragédie dès qu'il faut réformer ceci ou cela et qui pensent qu'en quelque sorte le summum de la lutte, c'est les cinquante euros d'APL, ces gens-là ne savent pas ce que c'est que l'histoire de notre pays». 

Lire aussi : Emmanuel Macron fustige «les gens qui pensent que le summum de la lutte, c'est les 50 euros d'APL»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter