Theresa May poussée dehors par le Brexit, des candidats sur les rangs pour lui succéder

Theresa May poussée dehors par le Brexit, des candidats sur les rangs pour lui succéder© Daniel Leal-Olivas Source: AFP
Theresa May regagne le 10 Downing Street après avoir annoncé sa démission, le 24 mai 2019, à Londres (image d'illustration).
Suivez RT en français surTelegram

Theresa May a annoncé le 24 mai sa démission sur fond d'enlisement dans les négociations sur le Brexit. Le Premier ministre n'aura donc pas su mener a bien la mission principale qui lui était confiée. Des noms circulent déjà pour la remplacer.

Le Premier ministre britannique Theresa May a annoncé, le 24 mai dans la matinée, sa démission du poste de chef du gouvernement et révélé qu’elle quitterait le 10 Downing Street le 7 juin prochain. «Je vais rapidement quitter mon poste. Un poste que j'ai eu l’honneur infini d'occuper. […] Je le fais sans amertume […] mais avec l’énorme gratitude d’avoir pu servir le pays que j’aime», a-t-elle exposé devant sa résidence londonienne, regrettant de «n’avoir pas été capable d’acter le Bexit».

La deuxième femme de l’histoire du pays à être devenue Premier ministre, après Margaret Thatcher entre 1979 et 1990, a été contrainte de renoncer à son poste après ses échecs successifs à faire valider, par la Chambre des communes, son plan de sortie de l’Union européenne (UE). Elle avait pris ses fonctions en juillet 2016, soit moins d’un mois après le référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne UE. 

Le Brexit comme chemin de croix

En mars 2017, elle active l'article 50 du traité de Lisbonne censé aboutir deux ans plus tard, le 29 mars 2019, à la sortie définitive du Royaume-Uni de l'UE. Et c’est ce dossier précisément qui aura poussé la dirigeante britannique vers la sortie. Empêtrée dans des négociations sans fin avec l’UE, mais aussi au sein même de sa formation, depuis son arrivée au pouvoir, elle ne peut que déplorer, en juillet 2018, impuissante, le départ de trois membres de son gouvernement : Boris Johnson, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, David Davis, secrétaire d’Etat à la sortie de l’Union européenne ainsi que son sous-secrétaire d’Etat Steve Baker.

Pire encore, en novembre 2018, alors que l’UE et l’ancienne secrétaire d’Etat à l’Intérieur, sous David Cameron, présentent enfin un plan d’accord entre les deux parties, ce sont cette fois six membres du gouvernement qui claquent la porte (Dominic Rabb, Suella Braverman, Esther McVey, Anna-Marie Trevelyan, Ranil Jayawardena et Shailesh Vara), considérant que cette entente n’est pas conforme au résultat du référendum de 2016. Le 11 décembre 2018, elle annonce le report du vote de la Chambre des communes pour le 15 janvier. Le lendemain, 48 parlementaires issus de son propre parti déclenchent une motion de censure, qui échoue, contre celle qui a travaillé pour la Bank of England entre 1977 et 1983.

Depuis début 2019, l’ancienne ministre des Femmes et des Egalités tente de faire voter son accord. Elle se heurte à trois rejets devant la Chambre des communes : une première fois le 15 janvier, une deuxième fois le 12 mars et enfin une troisième fois le 29 mars, jour où le Royaume-Uni devait initialement quitter l’UE. Theresa May obtient par la suite un report du Brexit jusqu’au 31 octobre.

Alors qu’un nouvel échec semble se dessiner pour le chef du Parti conservateur, elle prononce un discours le 21 mai ouvrant pour la première fois la voie à l’organisation d’un second référendum. Cette annonce entraîne la démission de la ministre des relations avec le Parlement Andrea Leadsom. Le 24 mai, elle est finalement contrainte à la démission pour ne pas être démise de ses fonctions par son propre camp.

Qui pour la remplacer ?

Plusieurs noms ont d’ores et déjà commencé à circuler pour occuper le 10 Downing Street. Le mieux placé, et grand favori des bookmakers, semble être l’ancien maire de Londres, Boris Johnson, grand artisan de la victoire du Brexit au référendum. Celui que l’on surnomme «Bojo» avait été nommé ministre des Affaires étrangères par Theresa May dès son accession au pouvoir. Il restera un peu moins de deux ans au gouvernement se permettant de critiquer le Premier ministre sur sa stratégie dans les négociations avec l’UE. Très populaire chez la base des militants, certains de ses pairs lui reprochent néanmoins des gaffes à répétition et une forme de dilettantisme.

Une autre candidate possible est l’avocate Andrea Leadsom, 56 ans, anciennement ministre des relations avec le Parlement qui avait démissionné le 22 mai. Autre nom à circuler, celui du ministre de l’Environnement Michael Gove. Lieutenant de Boris Johnson pendant la campagne référendaire, l'homme âgé de 51 ans l’avait poignardé dans le dos en 2016 en lui retirant son soutien au moment où celui-ci briguait la tête du gouvernement pour s’y présenter lui-même.

Les noms de Jeremy Hunt, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, 52 ans, de Dominic Raab, 45 ans, ancien ministre du Brexit, qui avait démissionné seulement quatre mois après sa nomination, de Sajid Javid, secrétaire d’Etat à l’Intérieur mais aussi celui d’Amber Rudd, 55 ans, secrétaire d’Etat au Travail qui avait soutenu l’accession au pouvoir de Theresa May circulent également. Le successeur de Theresa May sera connu le 20 juillet prochain.

Alexis Le Meur

Lire aussi : Européennes : le Parti du Brexit dépassera-t-il le score cumulé des conservateurs et travaillistes ?

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix