Brexit : dans la dernière ligne droite des négociations, les 27 retoquent le projet de Theresa May

- Avec AFP

Brexit : dans la dernière ligne droite des négociations, les 27 retoquent le projet de Theresa May Source: Reuters
Le premier ministre britannique Theresa May et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker assistent au sommet informel des dirigeants de l'Union européenne à Salzbourg, en Autriche, le 20 septembre 2018.

Au sommet de Salzbourg, les dirigeants européens ont refusé les propositions d’accord de Brexit du Premier ministre britannique. Les négociations, entrées dans leur phase décisive, sont toujours bloquées, entre autres, par le dossier irlandais.

Le 20 septembre, au terme du sommet européen de Salzbourg (Autriche), les dirigeants euopéens ont salué des évolutions «positives» du Royaume-Uni et une meilleure «atmosphère» dans la préparation du divorce, prévu fin mars 2019. Mais ils ont surtout demandé à la dirigeante conservatrice de modifier ses récentes propositions.

«Le cadre des relations économiques tel qu'il est proposé ne fonctionnera pas, ne serait-ce que parce qu'il saperait les fondements du marché intérieur», a affirmé le président du Conseil européen, Donald Tusk, à l'issue de la rencontre. Le président français Emmanuel Macron a dit les mêmes chose avec d'autres mots jugeant que les propositions britanniques n’étaient «pas acceptables en l'état » parce qu'elles n'étaient «pas respectueuses de l'intégrité du marché unique».

Theresa May a répliqué que son plan dit de «Chequers» restait «la seule proposition sérieuse et crédible» qui permettrait selon elle de garantir qu'une nouvelle frontière physique n'allait pas réapparaître entre l'Irlande du Nord et l'Irlande. Londres et Bruxelles ont trouvé des compromis sur la plupart des questions à régler avant leur rupture programmée, notamment celle de la facture à régler par Londres mais ils continuent de buter sur certains points, et principalement sur cette question irlandaise.

Les deux parties sont d'accord pour éviter le retour d'une frontière physique entre la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande, mais Londres conteste les termes du «filet de sécurité» («backstop» en Bruxellois institutionnel) réclamé par l'UE pour garantir ce résultat. La solution préconisée par les 27 prévoit tout simplement le maintien de l'Irlande du Nord dans l'union douanière européenne, à défaut d’une autre proposition de Londres jugée satisfaisante. Une solution «inacceptable» en l'état par Londres car elle créerait à ses yeux une frontière de fait entre l'Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni et remettrait donc en cause sa souveraineté sur cette partie de son territoire.

Theresa May continue, elle, de défendre son plan de Chequers qui prévoit le maintien d'une relation commerciale étroite avec l'UE après le divorce, grâce à la mise en place d'une zone de libre-échange pour les biens. Selon elle cela résoudrait de fait le problème de la frontière irlandaise. Mais pour les Européens, cette solution relève de la relation future avec Londres qui devra être négociée dans le détail après les termes du divorce. Et surtout, elle est contraire aux règles européennes qui lient la liberté de circulation des biens à celle des personnes.

Le prochain sommet européen du 18 octobre remis en cause

«On peut encore faire preuve de beaucoup de créativité pour trouver des solutions réalisables en pratique, satisfaisantes et solides», a estimé Angela Merkel, «mais il y a encore un certain chemin à parcourir», a ajouté la chancelière allemande. Son homologue autrichien, Sebastian Kurz, avait assuré dans la matinée qu'un sommet extraordinaire serait organisé en novembre pour finaliser les discussions, en plus d'un sommet déjà prévu le 18 octobre, initialement censé boucler les négociations. Néanmoins le président du conseil européen, Donald Tusk a précisé que le maintien de ce sommet n'était pas assuré ; il a aussi expliqué qu'il en convoquerait un, les 17 et 18 novembre, s'il apparaissait nécessaire pour «finaliser» légalement l'accord de retrait, dont le contenu reste à définir principalement en octobre selon lui.

Vers un second référendum ?

«Il y a un point de vue unanime, ou presque unanime autour de la table, selon lequel nous aimerions que [...] le Royaume-Uni organise un autre référendum», a plaidé de son côté le Premier ministre maltais Joseph Muscat à la BBC, alors que Theresa May a fermement exclu cette hypothèse. Toutefois, selon l’AFP, «plusieurs sources» ont assuré que les 27 n'avaient pas abordé le sujet à Salzbourg.

La question d’un nouveau vote est d’ailleurs régulièrement débattue dans les médias britanniques, dont certains sont convaincus par les sondages qu’il aboutirait à un choix des électeurs différent.
Selon l’institut d’études statistiques Yougov, le «Bregret» (contraction de «Brexit» et de «regret») a gagné du terrain tout au long du premier semestre. Pourtant, selon son indice qui mesure la part de ceux qui considèrent que le Brexit était une bonne ou mauvaise décision, l’écart n’est que de 3% en faveur des seconds (mauvaise décision 48%, bonne décision 45%, indécis 7%).

Enfin, la Commission a réaffirmé à plusieurs reprises que le Royaume-Uni n’avait pas la possibilité de revenir sur sa décision, même s’il a toujours celle de présenter de nouveau sa candidature à l’adhésion.

 

Lire aussi : John Laughland : «Boris Johnson pourrait sérieusement menacer Theresa May»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter