Départ de Boris Johnson : florilège des sorties les plus exubérantes du ministre britannique

Départ de Boris Johnson : florilège des sorties les plus exubérantes du ministre britannique© Simon Dawson Source: Reuters
Le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson lors d'un banquet avec des diplomates à la Mansion House de Londres, en Grande-Bretagne, le 28 mars 2018.

Boris Johnson, le flamboyant chef de la diplomatie britannique, a démissionné de ses fonctions ce 9 juillet. A cette occasion, RT vous propose une sélection de ses déclarations et actions les plus ébouriffantes en tant que ministre.

Bourdes, dérapages, provocations... le moins que l'on puisse dire est que Boris Johnson est un homme politique haut en couleurs. En poste depuis 2016, le chef de la diplomatie britannique, qui avait rejoint le gouvernement de Theresa May après avoir été l'une des figures de la campagne en faveur du Brexit, a démissionné de ses fonctions ce 9 juillet, en raison de divergences avec le Premier ministre Theresa May. L’occasion de se remémorer les déclarations et actions les plus baroques qui ont émaillé ses deux années au gouvernement.

Mondial en Russie = JO nazis ? 

Exemple récent : le 21 mars dernier, alors que l'affaire Skripal battait son plein empoisonnant les relations entre Moscou et Londres, Boris Johnson avait réalisé un point Godwin bien peu diplomatique. «Oui, je pense que la comparaison avec 1936 est juste», avait-il ainsi lancé à Ian Austin, un parlementaire travailliste, qui estimait que le président russe Vladimir Poutine allait mettre à profit la Coupe du monde de football en Russie... «comme Hitler a utilisé les Jeux olympiques de 1936» !

Du whisky pour les sikhs

Le 17 mai 2017, lors d'un déplacement à Bristol (sud-ouest de l'Angleterre), le chef de la diplomatie britannique, coiffé d'un turban orange, prônait l'exportation de whisky vers l'Inde dans l'enceinte d'un temple sikh... religion qui en prohibe la consommation.

Les cadavres de Libye

Après s'être rendu en août de la même année en Libye, pays en proie au chaos et livré aux milices depuis la chute et la mort de Mouammar Kadhafi en 2011, Boris Johnson a déclaré le 3 octobre 2017 que la Libye pourrait devenir un pays touristique si, toutefois, elle parvenait à «se débarrasser des cadavres».

Boris et la voyante rebelle

En campagne sur le terrain, Boris Johnson s'était essayé à un trait d'humour en demandant à une diseuse de bonne aventure de prédire l'issue du scrutin législatif de juin 2017. Mais sur le seuil de son échoppe, elle lui a lancé : «Je ne vous dirai rien gratuitement», embarrassant Boris Johnson, forcé de rire jaune. «Vous nous prenez nos retraites, nos droits et vous me demandez quelque chose gratuitement ?», avait argumenté Madam Velma.

L'Afrique, un seul pays !

Le 3 octobre 2016, Boris Johnson, nommé ministre le 13 juillet, déclarait lors d’une convention du Parti conservateur à Birmingham, que le continent africain était... un pays. «A cause de toutes ces difficultés, l'espérance de vie a progressé en Afrique, le pays faisant désormais partie du système économique mondial», avait lancé le membre du gouvernement. 

Bonus : quand Boris Johnson fonçait de tout son poids sur une fillette de dix ans

En octobre 2015, alors qu'il était maire de Londres, Boris Johnson, en visite à Tokyo, avait fait les choux gras de la presse en mettant KO une petite fille de dix ans en jouant au rugby...

Visiblement énervé après l’élimination du XV de la Rose lors de la Coupe du monde organisée en Grande-Bretagne, le maire de Londres avait pris le jeu un peu trop au sérieux : ballon en main, il n'avait pas hésité à foncer sur une petite fille, la percutant avec son épaule, au point d'envoyer la jeune écolière au sol. Avant d’aller marquer un essai. 

Lire aussi : Brexit : démission du ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter