Le Brexit redistribue les cartes de la politique britannique

Le Brexit redistribue les cartes de la politique britannique© Tolga Akmen Source: AFP
Nigel Farage, leader du Parti du Brexit, lors du meeting de lancement de la campagne européenne du parti à Londres, le 23 avril 2019 (image d'illustration).

Au lendemain des élections locales, les partis britanniques traditionnels, travailliste et conservateur, enregistrent une défaite cinglante. Avec les élections européennes à venir, les partis pro-Brexit se livrent eux une guerre fratricide.

Le revers est de taille pour Theresa May. Lors des élections locales, qui se tenaient le 2 mai, les conservateurs, actuellement au pouvoir, ont perdu des centaines de sièges locaux, selon les résultats provisoires rendus publics le 3 mai dans la matinée. Ce qui laisse augurer d’une mauvaise performance lors des élections européennes prévues pour la fin mai. Ce rejet du pouvoir en place s’est principalement fabriqué sur des frustrations liées à l’incapacité de la représentation politique à trouver un consensus avec leurs alliés européens sur le Brexit. Leurs rivaux travaillistes ont également été impactés.

Selon les résultats provisoires publiés en début de matinée, les conservateurs perdaient 400 sièges ainsi que le contrôle d’une vingtaine d’autorités locales. Le scrutin visait à renouveler un peu moins de 9 000 sièges dans 250 assemblées locales. Incapable de capitaliser sur la faillite du parti de Theresa May, le Labour, qui aurait pu sortir grand vainqueur de l’élection, perd quant à lui une soixantaine de sièges, toujours selon des résultats partiels, et se voit souffler trois autorités locales. «Il semble que le message clef des électeurs aux conservateurs et aux travaillistes soit : que la preste frappe vos deux maisons !», analyse John Curtice, spécialiste des sondages interviewé par la BBC.

Duel de «brexiters»

Dans ce nouveau paysage politique, un parti émerge : le Brexit Party. Créé il y a seulement trois mois, en février, la formation dirigée par l’ancien leader de Ukip, Nigel Farage, est donnée favorite pour les élections européennes avec 30% des suffrages, selon un sondage de l’institut YouGov publié le 2 mai. Elle serait suivie par les travaillistes (21%) et les conservateurs (13%). Début avril, le Parti du Brexit se trouvait pourtant en troisième position avec 15% des intentions de vote. Mais le lancement officiel de la campagne électorale a donné un véritable «coup de projecteur» au parti selon le communiqué de l’institut de sondage.

Première victime de cette émergence, Ukip, le parti anti-immigration, a vu ses intentions de vote chuter de 14% à 4% ces derniers mois. Grand vainqueur du scrutin européen de 2014, le parti avait alors atteint un score de 26% des suffrages. La formation de Gerard Batten se présente comme «le vrai parti» du Brexit et cherche à minimiser le rôle de Nigel Farage dans sa création ainsi que dans le référendum de 2016, rappelant notamment que le choix de sortir de l’Union européenne «n’était pas l’apanage d’un seul homme». Fondé en 1993, par Niger Farage, entre autres, le Parti de l’indépendance du Royaume-Uni peine donc à trouver sa place sur l’échiquier politique depuis la consultation qui a acté la victoire du «leave» à 52%. Nigel Farage avait lui quitté Ukip en décembre 2018 pour rejoindre le Parti du Brexit.

Le nouveau paysage politique britannique semble donc plus que jamais se cliver autour du Brexit. «J’ai perdu dix sièges [aux élections locales] à cause du Brexit […] qui s’introduit et prend le contrôle [de la politique locale]», explique le travailliste Graeme Miller, toujours au micro de la BBC. Ces résultats ne présagent rien de bon pour les deux anciens partis majoritaires si un accord sur le Brexit n’est pas trouvé d’ici les élections européennes, ce qui semble très peu probable. 

Lire aussi : Brexit : cette mystérieuse réunion entre Soros, Blair et Moscovici qui embarrasse l'UE

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»