Les députés britanniques rejettent massivement l'accord de Brexit négocié par Theresa May

- Avec AFP

Les députés britanniques rejettent massivement l'accord de Brexit négocié par Theresa May© REUTERS TV Source: Reuters
La Chambre des communes du Royaume-Uni après le vote sur l'accord de Brexit, le 15 janvier.

L'opposition travailliste a présenté une motion de censure contre le gouvernement de Theresa May, après que l'accord négocié par celle-ci pour quitter l'Union européenne a été rejeté par la chambre des Communes.

Les députés britanniques ont massivement rejeté le 15 janvier l'accord sur le Brexit négocié par le Premier ministre conservateur Theresa May avec Bruxelles, dans un vote crucial pour l'avenir du Royaume-Uni, à deux mois et demi de la date prévue de sa sortie de l'Union européenne (UE).

La chambre des Communes a refusé l'accord de divorce par 432 voix, 202 s'étant prononcé pour, malgré une ultime mise en garde de Theresa May contre «l'incertitude» engendrée par ce rejet. 

«La chambre a parlé et ce gouvernement écoutera», a-t-elle déclaré immédiatement après le vote, proposant des discussions entre partis pour déterminer la voie à suivre. 

Le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn a quant à lui présenté une motion de censure contre le gouvernement conservateur. 

«J'ai introduit une motion de censure contre ce gouvernement», a expliqué le travailliste, qualifiant de défaite «catastrophique» pour le gouvernement le résultat du vote.

Cette défaite par 230 voix est la plus importante essuyée par un gouvernement britannique depuis les années 1920. 

Inquiétudes à Bruxelles

Réagissant au vote, le président de la commission Européenne Jean-Claude Juncker a appelé dans un communiqué le Royaume-Uni à «clarifier ses intentions dès que possible», craignant une sortie du Royaume-Uni de l'UE sans accord. «Le temps est presque écoulé», a-t-il ajouté.

De son côté le président du Conseil européen Donald Tusk s'est interrogé sur une «solution positive» après le rejet de l'accord. «Si un accord est impossible, et que personne ne veut un non-accord, alors qui aura finalement le courage de dire quelle est la seule solution positive ?», a-t-il déclaré dans un tweet.

Si son gouvernement survit à la motion de censure, Theresa May a jusqu'au 21 janvier pour proposer un «Plan B» aux parlementaires britanniques. 

Le 24 juin 2016, les citoyens britanniques ont voté par référendum à 51,9 % pour le Brexit. La date limite au delà de laquelle le pays devra avoir quitté l'UE est toujours fixée au 29 mars 2019.  

Lire aussi : 1 000 policiers prêts à être déployés en Irlande du Nord s'il n'y pas accord sur le Brexit

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter