«L'OTAN a transformé la Libye en un Etat en ruines, pas un Etat défaillant»

© Sean Kilpatrick Source: Reuters

La Libye devrait être qualifiée d’«Etat en ruines» au lieu d’«Etat défaillant» parce qu’elle n’a pas échoué seule, mais a été détruite par les Américains et l'OTAN, a déclaré Sara Flounders, co-directrice du Centre d'action international.

RT: John Kerry a averti que la Libye était en train de devenir un État défaillant. Qu’est-ce qui l'a incité à dire ça maintenant, à votre avis ?

Sara Flounders : Les mêmes groupes que les États-Unis ont armé et financé, ces milices qu'ils ont créées, ces «forces rebelles» scandaleuses, ne peuvent bien entendu pas gouverner la Libye, ils ne peuvent même pas se réconcilier entre eux et avoir des relations les uns avec les autres. La véritable cause de l’échec en Libye sont les bombes américaines qui détruisaient systématiquement l'ensemble des infrastructures, en particulier celles de l'eau, de l'irrigation ; le réseau électrique, les services alimentaires – tout ce dont, en Libye, la population a besoin. Et les seuls fonds – l'argent – ont été investis dans les armes.

Donc, c’est un Etat en faillite que les Etats-Unis et l'OTAN ont systématiquement ramené à cette situation, et la destruction de tous les organismes gouvernementaux qui assuraient autrefois le plus haut niveau de vie d’Afrique a aujourd'hui apporté une immense misère. Donc ce n’est pas que de l'hypocrisie. Il s’agit de criminels de guerre et ils devraient être inculpés en tant que tels.

Depuis la guerre, qui a duré sept mois en 2011, on a largué plus de bombes en Libye que pendant la Seconde Guerre mondiale dans toute l’Europe

Lire aussi : Le cousin de Mouammar Kadhafi à RT : la Libye est anéantie un peu plus chaque jour

RT: la Libye ne dispose pas de gouvernement opérationnel, de contrôle sur ses frontières ou de services publics basiques ; il est déchiré par des groupes armés rivaux. En généralisant, n’est-ce pas déjà un Etat défaillant ?

Sara Flounders : Oui, c’en est un. Il l’est depuis la chute de Kadhafi et de l'ensemble de son gouvernement, le «changement de régime», comme ils l’appellent. Et cela n’a pas marché au cours des cinq dernières années.

Depuis la guerre, qui a duré sept mois en 2011, on a largué plus de bombes en Libye que pendant la Seconde Guerre mondiale dans toute l’Europe. C’est incroyable ce qui a été fait à la Libye, à quel point la destruction a été énorme. Et il n'y a pas eu de gouvernement fonctionnant normalement ni de services sociaux depuis cette époque : je parle des écoles, des services médicaux; des choses les plus élémentaires qui ne fonctionnent pas en Libye aujourd'hui.

RT : John Kerry prétend que les Etats-Unis essaient d’aider les factions rivales à s’unir. Combien de temps ce processus pourrait prendre et à quelles actions de Washington vous attendez-vous ?

Sara Flounders : Les Etats-Unis ont affirmé cela depuis le début et cela a été un échec total, tout comme l’ensemble de toutes leurs autres guerres, chacune d’entre elles a été un échec absolu. Ils n’ont connu aucun succès durant les 15 années en Afghanistan, ils n’ont pas connu de succès en Irak et regardez l’énorme destruction qu’ils créent à présent en Syrie, où un tiers de la population a été déplacée. Donc, il n'y a aucune chance qu'ils contribuent à réconcilier les factions réellement rivales qu'ils ont créées, qu’ils ont armées et qu'ils ont mises au pouvoir. Et plus de bombes et d’attaques de drone ne pourront pas le faire non plus, c’est une certitude.

RT : Selon certaines sources, la France effectue des raids anti-Daesh en Libye, en collaboration avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni... Est-ce que cela peut se muer en un autre bourbier militaire ?

Sara Flounders : Oui, c’est une véritable foire d’empoigne et c’est entièrement vrai que la France, l’Italie et la Grande-Bretagne veulent tous un morceau du gâteau. Tous s’intéressent aux réserves d’or présentes en Libye, sans parler des immenses gisements pétroliers. Et ils ont pensé qu’ils pouvaient juste s’en emparer comme des pirates, que le pillage était autorisé.

L’arrogance des Etats-Unis n’admet pas les erreurs

Et depuis ce moment-là, ils se sont montrés incapables d’apporter aucune sorte de stabilité en Libye et ils n’ont toujours pas de plan aujourd’hui parce que, comme je l’ai dit, le simple fait de larguer des bombes, qu’elles soient de fabrication américaine ou française, ou si elles portent un logo de l’ONU, ne stabilise pas la situation pour la population libyenne, et n’en a aucunement l’intention. Ils veulent créer un gouvernement fantoche, conciliant sur tout. Mais ils n’ont aucun intérêt à assurer la stabilité et des services sociaux pour la population.

RT : Cela fait cinq ans depuis la dernière intervention. Est-ce que la déclaration de Kerry est une sorte d’aveu que les Etats-Unis ont commis une erreur ?

Sara Flounders : Non, je ne pense qu’il admette un jour que les Etats-Unis ont fait une erreur, l’arrogance des Etats-Unis n’admet pas les erreurs. Les gens devraient vraiment exiger que tous ces représentants américains, de l’ONU, de France, d’Italie et de Grande-Bretagne soient jugés pour crimes de guerre. Parce que c’est la façon de qualifier ce qui a été fait en Libye. Il n’y avait aucune raison, aucun but, sauf de la piraterie pure et simple.

Lire aussi : Jean Guisnel : «Je suis convaincu que la France prépare une intervention en Libye»

La Libye avait le plus haut niveau de vie et une stabilité à toute épreuve. Il y avait une infrastructure dynamique, des villes modernes. Tout cela a été complétement et systématiquement détruit. Ce qui a été fait aux installations d’eau et à l’irrigation, aux rivières construites par l’homme, à tout cela, c’est un crime inimaginable et on doit exiger des comptes, pas une nouvelle intervention. Parce que «Etat défaillant» signifie que «quelque chose vient juste de se produire», qu’il a failli par lui-même. Ils doivent plutôt le qualifier d’«Etat en ruines», un Etat détruit par les bombardements des Etats-Unis et de l’OTAN.  

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales