Washington redéploie ses troupes auprès des FDS dans le nord de la Syrie pour... aider la Turquie

 Washington redéploie ses troupes auprès des FDS dans le nord de la Syrie pour... aider la Turquie© GORAN TOMASEVIC Source: Reuters
Un combattant des YPG à Raqqa (image d'illustration).

Le chef du Pentagone a évoqué un redéploiement de troupes en Syrie auprès de son allié, les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les Unités de protection du peuple kurde. Pour Ankara, c'est encore et toujours une ligne rouge.

Le 28 novembre, à l'occasion d'une réunion informelle avec des journalistes au Pentagone, le secrétaire à la Défense Jim Mattis a évoqué un nouvel argument, quelque peu déroutant, pour justifier le maintien des troupes américaines dans le nord de la Syrie.

«Nous installons des postes d'observation à plusieurs endroits le long de la frontière syrienne septentrionale parce que nous voulons être ceux qui appelons les Turcs et les avertissons, si nous voyons quelque chose dans une zone dans laquelle nous opérons», a-t-il ainsi confié. L'idée du chef du Pentagone est donc de renforcer la présence américaine auprès des Forces démocratiques syriennes (FDS) – à partir de troupes déjà présentes dans le pays – pour prévenir Ankara et son armée, avec qui Washington «communiquera», de toute menace qui pourrait les viser. Sous-entendu en provenance des derniers combattants de l'Etat islamique que Washington pourrait repérer.

Une déclaration qui ne manque pas d'interloquer, les FDS étant une coalition militaire dominée par les Unités de protection du peuple kurde (YPG), qui, selon Ankara, sont une émanation du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qu'elle considère comme un groupe terroriste. La Turquie les combat ouvertement, redoutant que l'établissement d'une entité kurde à sa frontière ne galvanise les velléités séparatistes sur son territoire.

Pas plus tard que le 28 octobre dernier, Ankara a d'ailleurs bombardé des positions des YPG dans le nord de la Syrie. Une situation qui a poussé les FDS à annoncer trois jours plus tard la suspension de leur offensive contre Daesh, dénonçant au passage la «coordination directe entre les attaques de l'armée turque et celles de l'Etat islamique».

Les Etats-Unis et la Turquie dans le nord de la Syrie : des intérêts trop divergents

Si James Mattis a opté pour une annonce tout en diplomatie envers Ankara, il a tout de même reconnu que ces postes d'observation avaient également pour vocation de faire office de protection aux FDS pour que ces derniers puissent concentrer leurs efforts contre Daesh. «L'objectif est de s'assurer que les personnes qui combattent dans [la vallée de l'Euphrate] ne soient pas entraînées hors de ce combat, et que nous puissions écraser ce qui reste du califat», a-t-il expliqué. Une décision qui risque bien de compliquer les relations déjà tendues entre Washington et Ankara.

Dans le nord de la Syrie, la Turquie et les Etats-Unis peinent toutefois, pour dire le moins, à concilier leurs intérêts. En 2017, les deux puissances ont même frôlé l'affrontement direct, tout en concluant au coup par coup des accords de circonstance précaires. En janvier 2018, afin de prévenir la formation d'un quasi-Etat kurde à ses frontières, la Turquie a lancé une offensive militaire majeure contre l'enclave kurde d'Afrin, à une centaine de kilomètres, en territoire syrien.

Ankara a plusieurs fois haussé le ton contre les Etats-Unis, qui soutiennent avec d'autres puissances occidentales, dont la France, les Forces démocratiques syriennes, une coalition arabo-kurde, dans le nord de la Syrie. «Pourquoi vous restez ? Allez, partez !», avait lancé en février Recep Tayyip Erdogan à l'encontre des Américains, reprochant en outre à Washington de maintenir des forces armées en Syrie malgré la défaite de Daesh, à des fins «calculatrices».

Lire aussi : Bombardées par la Turquie, des forces soutenues par Washington interrompent leur lutte contre Daesh

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»