«Allez, partez !» : Erdogan monte encore d'un ton et exige le départ des Etats-Unis du Nord syrien

«Allez, partez !» : Erdogan monte encore d'un ton et exige le départ des Etats-Unis du Nord syrien
Recep Tayyip Erdogan, le 6 février 2018, photo ©Reuters

Ankara a régulièrement exprimé sa volonté d'étendre son opération militaire dans la région syrienne d'Afrin vers l'Est, appelant les Américains à se retirer pour éviter une confrontation directe entre les deux pays, alliés au sein de l'OTAN.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé, ce 6 février 2018, Washington à retirer ses soldats de la ville syrienne de Minbej, répétant sa détermination à en chasser une milice kurde considérée comme terroriste par la Turquie. S'exprimant lors d'un meeting de son parti, l'AKP, le chef de l'Etat turc a martelé que l'opération militaire commencée dans l'enclave kurde d'Afrin s'étendrait malgré les réserves de Washington.

Les appels à la modération américains, en particulier, ont provoqué l'ire du président turc. «Quand allez-vous cesser de nous poser la question [de la fin de l'opération turque en Syrie]», a-t-il lancé à l'encontre des Etats-Unis, cité par le quotidien turc Hürriyet. Et Recep Tayyp Erdogan de poursuivre, évoquant l'intervention américaine en Afghanistan, toujours en cours : «Quand avez-vous mis fin à vos opérations en Afghanistan ? Ça fait 18 ans [que vous y êtes]».

Nous allons venir pour remettre Minbej à ses vrais propriétaires

Recep Tayyip Erdogan a en outre assuré que, selon lui, les Etats-Unis avaient promis de quitter Minbej. «Alors pourquoi vous restez ? Allez, partez !», a-t-il conclu, reprochant à Washington de maintenir des forces armées en Syrie malgré la défaite de Daesh, à des fins «calculatrices». «Nous allons venir pour remettre Minbej à ses vrais propriétaires», a-t-il encore fulminé, accusant les Etats-Unis d'y avoir eux-même placé des Unités de protection du peuple kurde (YPG).

Le 27 janvier dernier, le chef de la diplomatie turque, Mevlüt Cavusoglu, avait déjà exigé que les Etats-Unis se retirent «immédiatement» de Minbej.  Cette ville est située à une centaine de kilomètres à l'est de la région d'Afrin, où Ankara a lancé le 20 janvier l'opération militaire Rameau d'olivier.

Cette offensive vise à déloger les YPG, une milice kurde considérée par Ankara comme une organisation terroriste mais soutenue et armée par les Etats-Unis. Outre Minbej, situé à l'ouest de l'Euphrate, les YPG contrôlent, à l'est du fleuve, une longue bande de territoire le long de la frontière turque jusqu'à l'Irak. Dans tout ce secteur, ils sont assistés par des militaires américains.

Lire aussi : Crise syrienne : «La France, qui a envahi l'Algérie, n'a pas de leçon à donner», selon Ankara

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»