Bombardées par la Turquie, des forces soutenues par Washington interrompent leur lutte contre Daesh

- Avec AFP

Bombardées par la Turquie, des forces soutenues par Washington interrompent leur lutte contre Daesh© ERIK DE CASTRO Source: Reuters
Une combattante des FDS dans un cimetière à Kobané, en Syrie (image d'illustration).

Les FDS, coalition de combattants arabes et kurdes en Syrie soutenue par Washington, ont annoncé une suspension de son offensive contre l'Etat islamique, en raison de bombardements turcs sur un autre front. Washington dit sa «préoccupation».

Dans un communiqué du 31 octobre, les Forces démocratiques syriennes (FDS), composées de combattants arabes et kurdes de Syrie, ont qualifié de «provocations» les dernières frappes turques dans le nord du pays, alors que leurs combattants affrontent les djihadistes de Daesh dans l'extrême est de la Syrie. Partant, les FDS ont annoncé interrompre leur combat contre le groupe terroriste. 

«Cette coordination directe entre les attaques de l'armée turque et celles de l'Etat islamique contre nos forces nous a amenés à un arrêt temporaire de la bataille [contre] le dernier bastion de l'organisation terroriste», affirment ainsi les combattants des FDS. «La poursuite de ces attaques entraînera un arrêt prolongé de notre opération militaire», mettent-ils encore en garde.

Le 28 octobre, l'armée turque avait pilonné des positions des Unités de protection du peuple (YPG), composante majeure des FDS, dans le secteur de Kobané (nord), selon l'agence de presse publique turque Anadolu, qui a fait état de quatre combattants tués.

Tiraillé entre ses alliés turcs et kurdes, Washington exprime son malaise

Ce 31 octobre également, les Etats-Unis se sont dits préoccupés par les bombardements turcs sur des positions kurdes en Syrie, qui ont provoqué la suspension de la lutte des FDS contre Daesh. «Des frappes militaires unilatérales dans le nord-ouest de la Syrie, d'où qu'elles viennent, surtout alors que du personnel américain pourrait être présent [sur place] ou dans les alentours, nous préoccupent grandement», a déclaré à la presse le porte-parole du département d'Etat américain Robert Palladino.

La milice kurde des YPG est l'épine dorsale des FDS, soutenues par les Etats-Unis, mais est considérée par Ankara comme une extension en Syrie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe qui livre une sanglante guérilla sur le sol turc depuis 1984. En outre, la Turquie redoute que l'établissement d'une entité kurde à sa frontière ne galvanise les velléités séparatistes sur son territoire.

Lire aussi : La coalition arabo-kurde est à Damas pour entamer des pourparlers avec le gouvernement syrien

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»