Netanyahou et Poutine ont scellé un accord secret pour éviter un conflit israélo-russe en Syrie

Netanyahou et Poutine ont scellé un accord secret pour éviter un conflit israélo-russe en Syrie © Maxim Shemetov Source: Reuters
Benjamin Netanyahou et Vladimir Poutine

Lors d'un entretien donné à la chaîne américaine CBS, Benjamin Netanyahou a révélé qu'au moment où la Russie a envoyé ses troupes en Syrie, le Premier ministre israélien avati conclu un accord avec le président russe afin d'éviter tout incident.

Interrogé par une chaîne de télévision américaine sur la relation entre Israël et Moscou, Benjamin Netanyahou l'a qualifié d'«amicale». Cependant, l'intervention russe en Syrie a induit un risque de confrontation avec Tel-Aviv que le Premier ministre a cherché à éviter.

Lire aussi : Tel-Aviv et Moscou se seraient entendues pour coordonner leurs opérations militaires contre Daesh

«A la minute où [Vladimir] Poutine a décidé de placer ses forces militaires en Syrie, je suis allé le voir et je lui ai dit : "Regardez, voilà ce que je suis en train de faire. Je n'interviens pas en Syrie. Mais dans le même temps, si la Syrie essaie d'intervenir chez nous, si l'Iran essaie d'utiliser la Syrie pour nous attaquer, et bien arrêtez cela." […] Donc nous avons coordonné nos troupes parce que personne ne veut d'une confrontation israélo-russe accidentelle», a indiqué le Premier ministre israélien.

Lire aussi : «Une Syrie faible est bon pour Israël», affirme le sous chef d'Etat-major de Tsahal

Malgré l'affirmation de Benjamin Netanyahou sur la non-intervention militaire de l'Etat hébreu en Syrie, l'armée de l'air israélienne a été impliquée dans plusieurs raids meurtriers visant des cibles militaires syriennes, à proximité du Golan, mais aussi plus récemment à Damas. De plus, Israël a été accusé de soutenir les djihadistes du front Fateh Al-Cham (l'ex-Front Al-Nosra) sur le plateau du Golan par un député israélien. 

Netanyahou fait confiance à Donald Trump pour rompre l'accord sur le nucléaire iranien

Le Premier ministre israélien a aussi indiqué se satisfaire de l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, un ami déclaré d'Israël. Après son investiture, Benjamin Netanyahou reste confiant sur le fait que Donald Trump respectera son engagement de campagne. Il avait en effet qualifié de «priorité numéro un» le démantèlement du «pire accord jamais négocié» sur le nucléaire iranien.

Lire aussi : Guide suprême iranien : «Quiconque fait confiance aux Etats-Unis [...] recevra une gifle»

Le Premier ministre israélien a déclaré avoir «environ cinq choses en tête» pour faire capoter l'accord, refusant ne serait-ce que de les évoquer, préférant en parler au président plutôt que dans une émission de télévision.

Interrogé sur la raison du rapprochement entre Israël et l'Arabie saoudite, ainsi que d'autres pays à dominante sunnite hostiles à la République islamique, Benjamin Netanyahou a indiqué qu'il ne s'agissait pas de développer un front anti-Iran au Moyen-Orient, sachant que celui-ci «exist[ait] déjà». Néanmoins, il n'a pas nié l'avoir rejoint pour nuire aux intérêts de Téhéran.

Lire aussi : Emails piratés : Israël posséderait 200 bombes nucléaires mais Washington le passe sous silence

A l'époque de la conclusion de l'accord sous l'administration Obama, la diplomatie israélienne avait opté pour une ligne très agressive afin de tenter de saper l'accord. Elle avait été jusqu'à organiser une allocution du Premier ministre israélien devant le Congrès, pour inciter les élus à rejeter l'accord sur le programme nucléaire de Téhéran. Cette ingérence dans la politique américaine avait alors fortement accru les tensions entre les Etats-Unis et Israël.

Lire aussi : L'Iran ne laissera pas Donald Trump revenir sur l'accord sur le nucléaire

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.