Israël entrevoit un espoir fragile de sortie de crise institutionnelle

Israël entrevoit un espoir fragile de sortie de crise institutionnelle© Gali Tibbon Source: AFP
Benny Gantz et Reuven Rivlin, le 23 octobre 2019, à Jérusalem (image d'illustration).

Après l'annonce surprise du président Rivlin de nommer Gantz afin de former un gouvernement, des doutes subsistent sur la capacité du leader centriste à fédérer d'Avigdor Liberman aux Arabes israéliens. Et ce, alors que Netanyahou reste en embuscade.

L'Etat d'Israël se serait-il sorti de l’impasse institutionnelle dans laquelle il se trouve depuis bientôt an ? C’est en tout cas ce qu’a laissé augurer le choix du président Reuven Rivnlin, rendu public le 16 mars, de charger le centriste Benny Gantz de constituer un nouveau gouvernement. Un retournement de situation car après le scrutin du 2 mars dernier, son principal adversaire, le Premier ministre sortant Benjamin Netanyahou, avait obtenu le plus grand nombre de siège (36 sur les 120 de la Knesset, le Parlement israélien, contre 33 pour son adversaire) et annoncé sa victoire.

Mais celui qui détient le record de longévité à la tête du gouvernement hébreux, plus de 13 ans, aura finalement échoué à réunir les députés nécessaires pour être choisi par le président. «C'est pourquoi je vous confie cette opportunité de former un gouvernement», a expliqué Reuven Rivlin à Benny Gantz, qui a été recommandé par un nombre supérieur de députés.

Une trop large coalition ?

«Je vais tout faire pour former en un minimum de jours un gouvernement national, patriotique et aussi large que possible», a promis l’ancien chef d’état-major de l'armée israélienne, appelant dans son discours à «l’unité» des partis politiques israéliens, Likoud de Benyamin Netanyahou compris, afin de faire face à la pandémie mondiale de coronavirus qui secoue la planète. «Il est temps que les chefs de partis, en particulier le Likoud, décident s'ils veulent emprunter la voie [de l’unité]» a fait valoir le chef de file du parti Bleu-Blanc, expliquant qu’il «fallait absolument éviter une quatrième élection [après les scrutin d’avril et septembre 2019]». Plus de 300 personnes sont touchées par la maladie dans le pays et Benny Gantz dispose de 28 jours pour former un gouvernement de coalition.

Mais la tâche s’annonce bien plus difficile que prévue au vu de l'ampleur du spectre politique que couvre ce potentiel gouvernement d’union. D’Avigdor Liberman, ancien ministre de la Défense de «Bibi», du parti de droite nationaliste Israël Beiteinou, connu pour ses sorties virulentes contre les Arabes israéliens, à la Liste unie des quatre partis arabes, la majorité que pourrait constituer Benny Gantz ne tiendrait qu’à un fil. Par le passé, Avigdor Liberman avait plusieurs fois refusé de participer à un gouvernement soutenu par les partis arabes israéliens, et la moindre défection serait fatale à tout espoir de sortie de crise. Le 16 mars, Benny Gantz a contacté les dirigeants des trois partis religieux et de droite alliés de Benjamin Netanyahou, sans succès puisque ceux-ci ont simplement refusé de le rencontrer.

Car si le danger d’une implosion de la future coalition guette, le Premier ministre israélien n’a pas dit son dernier mot. Inculpé dans plusieurs affaires de corruption présumée, le leader du Likoud a vu son procès repoussé au 24 mai du fait de l’épidémie de coronavirus qui frappe la planète, le travail des tribunaux ayant été limité. Ces derniers jours, Benjamin Netanyahou avait plusieurs fois appelé à la formation d’un gouvernement d’union nationale sous sa direction, arguant de la nécessité de faire face à cette crise sanitaire majeure.

«Netanyahou veut se présenter à de nouvelles élections dans six ou huit mois sur le dos de la "victoire contre le coronavirus". Au fond, la mer est toujours bleue, les Arabes sont toujours arabes et Bibi est le même Bibi», a commenté, dans son style caractéristique, son ancien ministre de la Défense.

Or, la coalition autour de de Benny Gantz pourrait voir le jour avec une unique mission : empêcher Benjamin Netanyahou de se représenter en inscrivant dans la loi l’impossibilité pour un député inculpé de former un gouvernement, avant de dissoudre la Knesset. Un scénario qui demanderait aux Israéliens de retourner aux urnes pour la quatrième fois en deux ans et que redoute le président Reuven Rivlin. «Je n'ai qu'une demande à vous faire, donnez à ce peuple un gouvernement», a-t-il imploré le 16 mars à la Knesset, s’adressant aux deux rivaux politiques.

Alexis Le Meur

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»