Législatives au Royaume-Uni : ce qu'il faut savoir sur les deux principaux candidats

Législatives au Royaume-Uni : ce qu'il faut savoir sur les deux principaux candidats© Gauche : Yves Herman / droite : Victoria Jones Source: Reuters
Boris Johnson, Premier ministre britannique et Jeremy Corbyn, leader du Parti travailliste (Montage d'images d'illustration).

Brexit pour l'un, négociation pour l'autre, Boris Johnson et Jeremy Corbyn sont les deux visages opposés du Royaume-Uni, à l'orée des élections législatives anticipées. Les deux leaders partagent toutefois le fait d'afficher une image controversée.

Sortira ? Sortira pas ? le Brexit se placera au cœur des élections législatives anticipées du 12 décembre en Grande-Bretagne. Lors de ce scrutin, deux choix s'offrent aux électeurs : renforcer le Premier ministre conservateur Boris Johnson, favorable à une sortie rapide ou laisser la majorité à son adversaire, le leader de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn, plus ambigu sur la question.

Les Britanniques sont appelés à élire les 650 députés de la Chambre des communes et désigner, en corollaire, leur futur gouvernement. Pour résoudre la question du Brexit, ces «élections générales» sont les troisièmes organisées en moins de cinq ans alors qu'en temps normal, elles se tiennent tous les cinq ans. Approuvée en juin 2016 par 52% des électeurs, la question de la sortie de l'Union européenne (UE) tourmente le pays depuis trois ans. En conséquence, pour 65% des Britanniques actuellement, le Brexit est le problème le plus important auquel fait face le Royaume-Uni, selon un sondage Ipsos

Excédé par les tergiversations des représentants actuels, le Premier ministre Boris Johnson, arrivé au pouvoir en juillet, a convoqué, fin octobre, ces élections anticipées après que la Chambre des communes a rejeté le 22 octobre le calendrier serré qu'il voulait tenir en sortant de l'UE le 31 octobre, le contraignant à demander un délai supplémentaire. Les parlementaires ont réclamé davantage de temps au grand dam de «Bojo» qui avait déclaré, début septembre, préférer «être mort au fond d'un fossé» plutôt que de demander un troisième report du Brexit. 

Si vous votez Tory [conservateurs], votre femme aura de plus gros seins et vous augmenterez vos chances d'avoir une BMW

Avec ces élections anticipées, Boris Johnson espère obtenir une majorité conservatrice renforcée, pour faciliter son projet de sortie rapide. Si, au contraire, son opposant du Labour [le Parti travailliste] Jeremy Corbyn obtient la confiance de la majorité, il pourrait y avoir négociation d'un nouvel accord, suivie possiblement d'un second référendum à organiser sur le Brexit.

S'ils sont opposés politiquement, les deux hommes possèdent néanmoins en commun une image controversée auprès du grand public.

Boris Johnson le libéral excentrique

Ancien maire de Londres, Boris Johnson est une personnalité fantasque qui n'a pas l'heur de plaire à tout le monde. Partisan d'une politique libérale, il a récemment été accusé par l'opposition travailliste de mener des «négociations secrètes» avec les Etats-Unis pour «vendre» à des compagnies américaines le système de santé britannique gratuit NHS. Des accusations vigoureusement démenties par les Tories [le Parti conservateur].
Si son parti bénéficie d'une large avance dans les sondages pour ces élections anticipées avec une majorité de 28 sièges prévue, Boris Johnson est, lui, crédité de seulement 35% d'opinions positives dans son pays selon une enquête d'opinion de YouGov. Il n'en reste pas moins le dirigeant conservateur le plus populaire de l'histoire de Grande-Bretagne, selon la même source.

Les flèches de Cupidon vont une nouvelle fois voler après le Brexit. L'amour va fleurir dans tout le pays

Personnalité excentrique, «Bojo» multiplie les coups de communication tonitruants à la veille de ce scrutin décisif. Ainsi, à titre d'exemple, en visite à Stafford (West Midlands) le 10 décembre, il s'est mis en scène au volant d'un tractopelle passant à travers un faux mur devant les caméras. Dans la pelle de l'engin, un message qui reprend le slogan du candidat à sa réélection : «Get Brexit done» [«En avant le Brexit»]. Boris Johnson s'amuse à cultiver une personnalité originale et provocatrice. On se souvient notamment de son pied sur la table à l'Elysée face à Emmanuel Macron le 22 août. 

Déjà, en campagne en 2001 pour devenir député, Bojo avait lancé la puchline suivante : «Si vous votez Tory [conservateurs], votre femme aura de plus gros seins et vous augmenterez vos chances d'avoir une BMW».

Promettant qu'il réussirait à mettre en œuvre le Brexit le 31 janvier après trois reports, Boris Johnson est aussi allé jusqu'à prédire, le 8 décembre dans le Sunday Times, un baby boom une fois tournée la page clivante de la sortie de l'UE. «Les flèches de Cupidon vont une nouvelle fois voler après le Brexit. L'amour va fleurir dans tout le pays», a-t-il anticipé.

Jeremy Corbyn contesté dans son propre camp

Quant à Jeremy Corbyn, sa position ambiguë sur le Brexit sème le doute sur ses intentions et la discorde au sein de son parti, le Labour. Alors qu'il était très opposé à l'idée d'un second référendum sur le Brexit lors du congrès de son parti en 2018, le leader travailliste a fini par s'y résoudre sous la pression des militants. Il s'est ainsi engagé à empêcher un Brexit sans accord s'il est élu.

Outre ce point central de la sortie de l'Union européenne, les promesses de Jeremy Corbyn sont de renforcer le financement des services publics et notamment du système de santé NHS tout en revalorisant le salaire minimum. Il faudra aussi s'attendre à la nationalisation des chemins de fer, du service postal et des services d'eau et d'électricité. Il souhaite également investir «massivement» dans les énergies renouvelables et les technologies vertes. Pour financer tous ces projets, il a prévu d'augmenter les impôts uniquement pour les grandes entreprises, et les 5% de contribuables les plus fortunés.

Malgré toutes ces mesures sociales annoncées, le leader de l'opposition de gauche est encore moins populaire que Boris Johnson. Une récente enquête de Yougov le crédite en effet de seulement 21% d'opinions positives.

Au niveau international, Jeremy Corbyn s'est clairement positionné en faveur d'un Etat palestinien. C'est justement à cause de sa proximité avec des mouvements pro-palestiniens que ses ennuis ont commencé, d'aucuns lui reprochant de fréquenter des antisémites et d'en accepter dans les rangs du Labour, ce que le leader travailliste ne cesse de démentir. En conséquence, Jeremy Corbyn doit affronter plusieurs frondes au sein de son propre parti, ponctuées par de nombreuses démissions. Représentative de ces dissensions, la récente déclaration de Jonathan Ashworth, expert pour le Labour des questions de santé publique qui a jugé «désespérées» les chances de victoire de son parti, et mis en cause la personnalité de Jeremy Corbyn. Selon lui, les électeurs «ne peuvent pas supporter Corbyn et pensent que le Labour a bloqué le Brexit». Cette affirmation formulée dans une conversation privée a fuité sur un blog politique pro-Brexit, Guido Fawkesun. Des propos tenus sur le ton de la «plaisanterie», s'est ensuite défendu Jonathan Ashworth au micro de la BBC, mais le mal était fait.

Malgré son retard dans les sondages, Jeremy Corbyn, 70 ans, pourrait toutefois acquérir les clés du 10 Downing Street s'il s'allie avec d'autres partis, comme les indépendantistes écossais du SNP farouchement opposés au Brexit, au cas où les Tories n'obtiennent pas la majorité absolue. 

En résumé, pour ces élections, les Britanniques ont un choix peu réjouissant à faire : à droite un Boris Johnson favorable à l'indépendance grâce au Brexit mais appliquant une politique libérale qui met à mal leur système social. A gauche un Jeremy Corbyn à l'image vacillante au plan national et international qui veut privilégier le social tout en négociant avec Bruxelles.

Meriem Laribi

Lire aussi : L'ECHIQUIER MONDIAL. Les deux Irlandes : la plus grande menace pour le Brexit ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»