Elections anticipées à haut risque au Royaume-Uni : Farage fera-t-il de l'ombre à Johnson ?

Elections anticipées à haut risque au Royaume-Uni : Farage fera-t-il de l'ombre à Johnson ?© ADRIAN DENNIS Source: AFP
Le discours du chef de file du Brexit Party Nigel Farage introduit ses candidats pour les élections générales anticipées, à Londres, le 4 novembre 2019.
Suivez RT France surTelegram

L'incertitude demeure autour des élections générales anticipées voulues par Boris Johnson. Ce dernier a besoin d'une majorité absolue au Parlement pour concrétiser le Brexit, et Nigel Farage s'est immiscé dans la course.

Le 29 octobre, après trois tentatives infructueuses, Boris Johnson, successeur de Theresa May au poste de Premier ministre du Royaume-Uni depuis le 24 juillet, a finalement réussi à obtenir la tenue d’élections générales anticipées, qui se dérouleront le 12 décembre. Boris Johnson a souhaité mettre en place ces élections pour deux objectifs liés : la reconquête d'une majorité absolue à la Chambre des communes (perdue par Theresa May lors des élections générales de juin 2017), qui est la condition sine qua non de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne dans le cadre de l’accord négocié mi-octobre avec Bruxelles.

Un pays profondément divisé par le Brexit

Dans une élection dominée quasi-exclusivement par le thème du Brexit, le choix est laissé aux électeurs d'adosser les conservateurs de Boris Johnson et son compromis avec l’UE, ou sortie sans accord prônée par Nigel Farage et le Brexit Party (BP).

Quant au Parti travailliste (deuxième force du pays après le Parti conservateur), celui-ci s’oppose à un Brexit sans accord tout en faisant campagne pour que son chef de file Jeremy Corbyn soit élu Premier ministre et renégocie à son tour l’accord avec l’UE. Jeremy Corbyn propose ensuite de soumettre ce nouvel accord à un second référendum.

Les libéraux-démocrates souhaitent, eux, rester au sein de l’UE et annuleraient purement et simplement le divorce avec l’UE. S'ils n'ont que peu de chances d’emporter ces élections, tout dépendra des accords que seront en mesure de passer les divers acteurs du camp du «remain».

Le BP risque-t-il de disperser les voix pro-Brexit ?

Du point de vue de Boris Johnson, dont le pari est risqué, un obstacle majeur perturbe le dessein d’une majorité absolue en faveur du Parti conservateur : Nigel Farage et son Brexit Party (BP). Ce dernier, ex-président du UKIP (United Kingdom Independance Party), devenu ensuite chef de file du mouvement pour le Leave, prône un «hard» Brexit, soit un divorce total entre le Royaume-Uni et l’UE. Nigel Farage et les 600 candidats du BP présents dans l’ensemble de la Grande-Bretagne, pourraient donc diviser les votes en faveur du Brexit, et donc menacer les probabilités d’une majorité absolue en faveur du Parti conservateur. Ce partisan d'une ligne dure avait pourtant proposé un «pacte de non-agression» à Boris Johnson moyennant une révision de l'accord conclu avec Bruxelles, mais le Premier ministre l'a refusé.

Par ailleurs, afin d’appuyer son «hard» Brexit et de donner plus de visibilité au BP, Nigel Farage a organisé un entretien avec Donald Trump dans le cadre de son émission quotidienne sur la radio LBC, le 31 octobre. Déconstruisant l’un des principaux arguments du Parti conservateur en faveur de l’accord négocié mi-octobre avec Bruxelles, le président américain a jugé que ce texte «pourrait empêcher le Royaume-Uni de conclure un accord [de libre-échange] avec les Etats-Unis».

A lire aussi : Royaume-Uni : les députés approuvent la tenue de législatives anticipées le 12 décembre

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix