Report du Brexit : Boris Johnson serait-il prêt à mettre de l’eau dans son vin ?

Report du Brexit : Boris Johnson serait-il prêt à mettre de l’eau dans son vin ?© PRU Source: AFP
Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, devant la Chambre des communes, le 3 octobre 2019, à Londres (images d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Alors que le Parlement a voté une loi obligeant le Premier ministre à parvenir à un accord avec l'UE, ce dernier continue d'affirmer que le Brexit aura lieu fin octobre «quoi qu'il arrive». Mais les révélations d'un avocat viennent semer le trouble.

Si le Premier ministre britannique continue de marteler que le Brexit aura bien lieu «quoiqu’il arrive» le 31 octobre prochain, des révélations de Jo Maugham, avocat faisant partie des trois personnes ayant engagé une procédure contre Boris Johnson devant la justice écossaise, sont venues jeter le trouble sur les intentions réelles du locataire du 10 Downing Street à moins d’un mois de l’échéance.

Interrogé par Sky News, le Queen’s Counsel («Conseiller de la Reine»), cite un document produit par la défense du Premier ministre dans cette affaire, indiquant que celui-ci demanderait bien à l’Union européenne (UE) un délai supplémentaire dans la mise en place du Brexit dans l'éventualité où aucun accord ne serait trouvé. Et ce pour se conformer à une loi votée récemment qui contraint le chef de gouvernement, en l'absence d'accord d’ici au 19 octobre, à demander un report d’une durée de trois mois à ses futurs ex-partenaires européens.

Pourtant, Boris Johnson, comme il le répète inlassablement tant à ses partisans qu'aux dirigeants européens, continue d’assurer que même faute d’accord, le Royaume-Uni officialisera son divorce avec l’UE à la date prévue. «Le Premier ministre joue à un jeu très étrange. Ce jeu est très difficile à comprendre car je pense que ce qu’il a dit devant la Chambre des communes hier, à savoir que nous quitterions l’union quoiqu’il arrive le 31 octobre, ne peut pas être en adéquation avec la promesse faite au tribunal», a ainsi souligné Jo Maugham.

La procédure judiciaire intentée contre Boris Johnson devant la juridiction écossaise par l’avocat, accompagné de la députée Joanna Cherry ainsi que de l’homme d’affaires britannique Dale Vince, vise à forcer le Premier ministre à respecter la loi promulguée début septembre par les députés.

Boris Johnson persiste et signe

De son côté, le dirigeant britannique ne cache plus son impatience à l’approche de la date fatidique du Brexit, décidé dans les urnes en 2016 et déjà repoussé deux fois. Alors qu’il venait de faire à l’UE ses propositions sur le règlement de la question irlandaise – qui cristallise une bonne partie des tensions entre les deux parties –, le Premier ministre avait lancé le 5 septembre qu’il préférait être «mort au fond d’un fossé» plutôt que de demander un nouveau report. Quasiment un mois plus tard, le 4 octobre, il a maintenu ses propos dans un tweet sans équivoque. «Un nouvel accord ou pas d’accord – mais pas de report», a-t-il insisté.

Une déclaration qui a coûté une nouvelle fois au Premier ministre les foudres de l’opposition, mais aussi du chef du parti du Brexit, Nigel Farage. «Boris Johnson a dit que nous partirions le 31 octobre ″quoiqu’il arrive″. Pourquoi continue-t-il à raconter des choses qui sont fausses ?», s’est-il insurgé sur le réseau social.

Une interrogation légitime, Boris Johnson n’ayant toujours pas révélé sa stratégie afin de satisfaire aussi bien à la volonté du peuple britannique qu’au respect des lois du royaume. Steve Baker, le président de l’European Research Group, qui réunit des parlementaires conservateurs pro-Brexit, s'est pourtant montré confiant, assurant que le Premier ministre réussirait à concilier les deux exigences, sans toutefois apporter d’éléments de réponse précis. «Une source me confirme que cela signifie que le gouvernement se conformera à la loi. Cela ne signifie pas que nous allons demander un délai. Cela ne signifie pas que nous resterons dans l’UE après le 31 octobre. Nous la quitterons», a-t-il simplement fait savoir le 4 octobre sur Twitter.

Impossible consensus ?

Entre les lignes, reste donc la possibilité d'un accord. Mais le temps joue contre le Premier ministre, et ses propositions sur le casse-tête de la frontière irlandaise ont été accueillies avec beaucoup de retenue, voire de scepticisme par Bruxelles.

Le 3 octobre, lors d'un point presse de la Commission, une porte-parole de l’exécutif européen a relevé des «points problématiques dans la proposition du Royaume-Uni. Il reste du travail à faire. Mais ce travail doit être fait par le Royaume-Uni, et non l'inverse […] Je vous rappelle que c'est le Royaume-Uni qui quitte l'Union européenne et non l'Union européenne qui quitte le Royaume-Uni, et nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour assurer que la sortie se fasse de façon ordonnée», a-t-elle souligné. Le même jour sur Twitter, Donald Tusk, président du Conseil européen, a adressé un message clair à Boris Johnson : «Nous restons ouverts mais pas convaincus.» S’il veut satisfaire aux exigences européennes, le Premier ministre britannique va donc devoir revoir sa copie.

Alexis Le Meur

Lire aussi : C'EST CASH ! Quelles conséquences en cas de «Hard Brexit» ?

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix