Critiqué sur les droits de l’homme, Bolsonaro fustige la «ligne» Macron d’une responsable de l’ONU

Critiqué sur les droits de l’homme, Bolsonaro fustige la «ligne» Macron d’une responsable de l’ONU© Marcos Correa/Présidence brésilienne Source: AFP
Le président Jair Bolsonaro, le 27 août 2019, au palais du Planalto, à Brasilia, au Brésil (image d'illustration).

Après des déclarations de Michelle Bachelet, Haut-commissaire à l’ONU, à propos d'un possible «rétrécissement de l'espace civique et démocratique» au Brésil, Jair Bolsonaro a fustigé une «ligne» Macron prônant l'ingérence dans les affaires du pays.

Décidément, Jair Bolsonaro a des comptes à régler ces derniers temps. Ce 4 septembre, le président brésilien a fustigé, sur Twitter, la «ligne de conduite» adoptée par Michelle Bachelet, Haut-commissaire de l’ONU aux droits de l'homme, dans «les affaires intérieures et la souveraineté brésilienne», lui reprochant également de tenir cette «ligne de Macron». Il l’a par ailleurs accusée «d’attaquer le Brésil sur l’agenda des droits de l’homme» et de défendre «les bandits qui attaquent nos courageux policiers civils et militaires».

Plus tôt dans la journée, l’ancienne présidente chilienne avait fait état, lors d'une conférence de presse à Genève, d’une «augmentation» du nombre de personnes tombées sous les balles de la police depuis l’accession au pouvoir de Jair Bolsonaro en janvier 2019. «Ces derniers mois, nous avons observé un rétrécissement de l'espace civique et démocratique, caractérisé par des attaques contre les défenseurs des droits de l'Homme, des restrictions imposées au travail de la société civile», a-t-elle déclaré. Elle a en outre précisé suivre avec «inquiétude» le sort des autochtone en Amazonie.

Echanges tendus entre le Brésil et la France

Si le message du président brésilien était destiné à Michelle Bachelet, celui-ci n'en a pas moins perdu l'occasion d'égratigner au passage sa nouvelle cible de prédilection : Emmanuel Macron. Depuis la fin du mois d’août, le torchon brûle entre Paris et Brasilia, avec au centre des débats les incendies qui ravagent l’Amazonie. Furieux de l’appel lancé par son homologue français aux pays du G7, le 22 août, qu’il considère comme une forme d'ingérence, l’ancien député fédéral a dénoncé dès le lendemain «un état d'esprit colonialiste mal placé au XXIe siècle».

Invectives et noms d’oiseaux volent depuis entre les deux parties. Le 25 août, Jair Bolsonaro réagissait à la publication d'un utilisateur de Facebook qui se moquait du physique de Brigitte Macron, la comparant à la femme du président brésilien, Michelle Bolsonaro, photographies à l'appui. «Vous comprenez maintenant pourquoi Macron persécute Bolsonaro ?», pouvait-on lire en commentaire, ainsi que : «C'est la jalousie [...] de Macron, je parie.» Ce à quoi Jair Bolsonaro avait répondu : «N'humilie pas le type - MDR», en référence à Emmanuel Macron. La Première dame avait alors reçu de nombreux soutiens parmi lesquels celui de l’écrivain Paolo Coelho ou de l’acteur Bruno Gagliasso.

«Qu'est-ce que je peux vous dire ? C'est triste, c'est triste mais c'est triste d'abord pour lui et pour les Brésiliens», avait pour sa part rétorqué Emmanuel Macron, ajoutant qu'il espérait que les Brésiliens auraient «très rapidement» un «président qui se comporte à la hauteur».

D’autres personnalités sont également venues se greffer à la passe d’armes, comme le ministre brésilien de l'Education, Abraham Weintraub, qui a qualifié Emmanuel Macron le 25 août de «crétin opportuniste» sur Twitter. Plus récemment, une passe d'armes improbable et virulente s'est même déclarée entre l'ambassadeur du tourisme brésilien, Renzo Gracie (ancien combattant de jiu-jitsu brésilien et d’arts martiaux mixtes) et... Alexandre Benalla.

Lire aussi : Polémique sur l'Amazonie : Bolsonaro annonce qu'il n'utilisera plus les stylos Bic français

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»