Les Etats-Unis vont déployer des troupes en Arabie Saoudite pour contrer l'Iran

Les Etats-Unis vont déployer des troupes en Arabie Saoudite pour contrer l'Iran© Spencer Platt/Getty Images Amérique du Nord Source: AFP
Des soldats américains lors du Memorial Day, le 27 mai 2019, à Naugatuck (Connecticut), aux Etats-Unis (image d'illustration).

Selon CNN, le Pentagone s’apprêterait à déployer 500 soldats supplémentaires en Arabie Saoudite pour contrer la menace iranienne. Une annonce non confirmée par l’exécutif américain alors que la monarchie dérange de plus en plus outre-Atlantique.

Selon les informations de la chaîne américaine CNN, le Pentagone se préparerait à déployer 500 soldats en Arabie saoudite, afin de renforcer sa présence au Moyen-Orient, pour faire face à l’escalade des tensions avec l’Iran. Le média étasunien cite deux responsables américains du ministère de la Défense souhaitant conserver l’anonymat. Les troupes devraient stationner sur la base aérienne de Prince Sultan, à proximité de la capitale Riyad, mais surtout du Golfe Persique, qui cristallise pour le moment toutes ces tensions. Le New York Times a confirmé l’information le 18 juillet.

Rebecca Rebarich, porte-parole du Pentagone, a elle expliqué au quotidien américain qu’il n’y avait pas «d’annonce officielle» d’un déploiement, mais que les militaires américains «travaillent continuellement à la gestion de sa posture de force dans la région et continuera à le faire en coopération avec [ses] partenaires et alliés dans la région». Présent sur la base aérienne de Prince Sultan, le chef du commandement central américain, le général Kenneth McKenzie, s’est refusé à tout commentaire sur ce possible déploiement de troupes.

De son côté, un porte-parole du ministère saoudien de la Défense, cité par l'agence de presse officielle SPA, a précisé que «le roi Salman (...) a donné son accord pour accueillir des forces américaines afin d'accroître le niveau mutuel de coopération pour défendre la sécurité de la région et sa stabilité, et garantir la paix». Ce serait la première fois, depuis l'invasion de l'Irak en 2003, que des troupes américaines stationnent dans la monarchie wahhabite 

La menace iranienne

Les 500 soldats qui formeraient ce contingent rejoindraient un petit groupe de militaires et de personnels de soutien déjà présents sur place. Il y a un mois, à la mi-juin, le Pentagone avait annoncé l’envoi de 1 000 soldats dans la région, à des fins défensives. «Les Etats-Unis ne cherchent pas le conflit avec l'Iran […] L’action entreprise aujourd’hui vise à garantir la sécurité et le bien-être de nos militaires déployés dans la région et à protéger nos intérêts nationaux», avait déclaré l'ancien secrétaire à la Défense américain par intérim, Patrick Shanahan, peu après l’annonce.

«L’Iran ferait mieux de faire attention. Ils marchent sur un territoire très dangereux. Iran, si vous écoutez, vous feriez mieux de faire attention», a lancé aux journalistes le président américain, Donald Trump, le 18 juillet.

Après des différends sur l’accord nucléaire signé à Vienne en 2015, ayant débouchés sur un renforcement des sanctions économiques de la part des Américains, les tensions ne cessent de s’exacerber entre les Etats-Unis et l’Iran autour du détroit d’Ormuz, zone par laquelle transite une grande partie du brut mondial transporté par voie maritime.

Dernier événement en date : les Etats-Unis ont annoncé avoir abattu un drone iranien au dessus du détroit d'Ormuz lors d'une «une action défensive», le 18 juillet, ce que l'Iran a démenti dès le lendemain, publiant une vidéo qui réfuterait, selon les Gardiens de la révolution, la version américaine

Le problème saoudien

Néanmoins, l’exécutif américain se trouve de plus en plus contesté du fait de ses liens avec la monarchie des Saoud. L’annonce du déploiement intervient alors que certains membres du Congrès expriment une certaine frustration quant à la réponse de Donald Trump à l’Arabie saoudite et ses liens avec le prince héritier Mohammed Ben Salmane, après l’assassinat du chroniqueur saoudien du Washington Post, Jamal Khashoggi.

La campagne militaire menée au Yémen contre les Houthis, qui a débouché sur «la pire crise humanitaire au monde» selon l’ONU, est également en cause. Le 17 juillet, la Chambre des représentants avait bloqué des ventes d’armes au royaume wahhabite, bien que le 45e président des Etats-Unis puisse passer outre cette décision. Plus tôt dans l’année, le Congrès avait approuvé une résolution visant à mettre fin au soutien militaire américain à la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen.

Alexis Le Meur

Lire aussi : Les Etats-Unis ont-ils abattu leur propre drone au-dessus du détroit d’Ormuz ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»