Khashoggi : un meurtre «planifié et perpétré par des officiels saoudiens» selon l'enquête de l'ONU

Khashoggi : un meurtre «planifié et perpétré par des officiels saoudiens» selon l'enquête de l'ONU© Ozan Kose Source: AFP
Drapeau saoudien.

Le rapporteur de l'enquête conduite par l'ONU après le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi le 2 octobre dernier a annoncé que celui-ci avait été la «victime d'un meurtre brutal et prémédité, planifié par des représentants de l'Etat saoudien».

Le rapporteur spécial de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires a affirmé ce 7 février détenir des «preuves» que le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi avait été «planifié et perpétré par des représentants de l'Etat d'Arabie saoudite».

Dans un communiqué, Agnès Callamard a souligné que ce meurtre était «prémédité» et constituait «la violation la plus grave du droit le plus fondamental de tous, le droit à la vie».

En outre, elle souligne que l'Arabie saoudite aurait «sérieusement entravé» le travail des enquêteurs turcs. Elle a ajouté que des «doutes réels» existaient quant à l'impartialité du procès des 11 individus arrêtés par Riyad. Le procureur général saoudien a en effet requis la peine de mort contre cinq des 11 suspects, accusés du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, à l'ouverture de leur procès, le 3 janvier à Riyad. 

Après avoir un temps nié la mort du journaliste, Riyad a fini par expliquer qu'il avait été tué lors d'une «opération hors de contrôle» de l'Etat, supervisée par deux hauts responsables qui ont été destitués depuis. Toutefoi, Ankara a accusé les «plus hauts niveaux» de l'Etat saoudien. En outre, des médias turcs et américains, ainsi que la CIA, soupçonnent le prince héritier Mohammed ben Salmane d'avoir lui-même commandité l'opération contre Jamal Khashoggi.

La Turquie a demandé l'extradition de 18 Saoudiens arrêtés dans leur pays et soupçonnés d'être impliqués dans le meurtre mais l'Arabie saoudite a répondu qu'il n'était pas question d'extrader des citoyens saoudiens en Turquie, affirmant que les suspects seraient jugés dans leur pays.

Journaliste critique du pouvoir saoudien, Jamal Khashoggi vivait depuis 2017 aux Etats-Unis où il travaillait pour le Washington Post. L'Arabie saoudite avait finalement reconnu le 20 octobre, 17 jours après sa disparition, que le journaliste critique du royaume Jamal Khashoggi avait été tué à l'intérieur du consulat d'Istanbul.

Lire aussi : Droits de l'homme : Human Rights Watch se dit «déçu» par Macron mais encense Merkel

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»