Syrie : le cas d'un journaliste kidnappé, prétexte à un réchauffement entre Damas et Washington ?

Syrie : le cas d'un journaliste kidnappé, prétexte à un réchauffement entre Damas et Washington ?© Christy Wilcox Source: AFP
Le journaliste Austin Tice, ici en mars 2012, se trouverait retenu en otage en Syrie selon Washington (image d'illustration).

Austin Tice, enlevé en 2012 en Syrie serait toujours vivant. Fait remarquable : l'envoyé spécial des Etats-Unis chargé des Affaires liées aux otages a sollicité le concours de Damas pour le retrouver. Une demande notable après huit ans de guerre.

Serait-ce le signal – même faible – d'une volonté, de la part de Washington, de se ménager une sortie de crise avec Damas ? Repéré par Georges Malbrunot, reporter du Figaro et grand connaisseur de la Syrie et du conflit qui y fait rage depuis 2011, le cas du journaliste Austin Tice, kidnappé en Syrie pourrait fournir un prétexte à un rapprochement, ou, du moins à l'ouverture d'un canal de communication entre les deux pays.

Le lieu de détention de ce  journaliste, âgé de 31 ans lors de son rapt en août 2012 près de Damas, reste toujours inconnu, de même que l'identité de ses ravisseurs, dans un pays en guerre où le gouvernement syrien a longtemps peiné à faire valoir sa souveraineté, y compris en proche banlieue de la capitale.

Si vous voulez de meilleures relations avec les Etats-Unis, alors ne retenez pas nos otages

D'après un article du média émirati The National en date du 9 avril, Robert O'Brien, envoyé spécial des Etats-Unis chargé des Affaires liées aux otages, s'est dit confiant dans le fait qu'Austin Tice était toujours vivant. Et de tendre la perche à Damas : «Le président [Donald Trump] a été très clair : si vous voulez de meilleures relations avec les Etats-Unis, alors ne retenez pas nos otages, ou bien aidez-nous à les trouver, s'ils sont portés disparus dans votre pays.»

Derrière le ton quelque peu comminatoire de l'envoyé américain, une telle déclaration est remarquable, alors que l'intervention occidentale visait à renverser Bachar el-Assad. Washington serait-il sur le point de tirer les conclusions de l'échec de l'intervention occidentale en Syrie ?

Alexandre Keller

Lire aussi : Bachar el-Assad : «Ce qui se passe au Venezuela est similaire à ce qui se passe en Syrie»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»