Syrie, sept ans plus tard : histoire d'un fiasco occidental

Syrie, sept ans plus tard : histoire d'un fiasco occidental
Enfants évacués le 13 mars 2018 d'une enclave tenue par des groupes djihadistes dans la Ghouta, photo ©REUTERS/Bassam Khabieh

Sept ans après le début du conflit, les Occidentaux, farouches partisans d'un changement de régime, ont échoué à atteindre leurs buts de guerre. Damas, avec l'aide de la Russie, a repris le dessus. Mais le prix de l'ingérence occidentale est élevé.

Quelle que soit l'issue de la guerre civile syrienne, il y aura un avant et un après, tant le conflit aura bouleversé les relations internationales. Tant le drame syrien aura rebattu les cartes de la géopolitique de la région, dont les ressources énergétiques – et la maîtrise de leur acheminement – agitent les grandes puissances depuis des décennies.

Dans le contexte plus large des printemps arabes, la Syrie connaît ses premières manifestations antigouvernementales en février 2011. Le 15 mars suivant, une poignée d'individus, répondant aux appels sur Facebook, manifestent sur la place des Omeyyades, à Damas. «La mayonnaise commence à prendre», s'enthousiasme France Info, qui souligne : «Mouammar Kadhafi, lui, a tenu à peine plus de huit mois.» Trois jours plus tard, quatre manifestants sont tués. La longue guerre civile qui va suivre en fera, selon les estimations, entre 350 000 et 500 000 morts. 

Rapidement, comme en Libye, une opposition, que certains observateurs occidentaux considéraient pourtant jusqu'alors comme inexistante, émerge autour d'un Conseil national syrien pro-occidental, aujourd'hui oublié. Le gouvernement syrien tombe dans le piège de la répression d'une opposition pro-occidentale.

Dès 2011, les Occidentaux et d'autres acteurs régionaux, tels que l'Arabie saoudite, prennent position dans la guerre civile syrienne naissante. Sept ans plus tard, en 2018, la Russie, l'Iran et la Turquie sont devenues des puissances incontournables pour la résolution du conflit, les Etats-Unis se retrouvent marginalisés, sans parler de la France, cantonnée à la diplomatie du verbe. Mais comment en est-on arrivé là ?

Lire aussi : La couverture par les médias des combats dans la Ghouta pose certaines questions selon Moscou

Ingérence occidentale dès le début

«Le premier scénario, c’est celui de la Libye et c’est le seul qui nous donne une chance, une toute petite chance, mais enfin une chance quand même», écrivait en 2012 Bernard-Henri Lévy, artisan de l'intervention française en Libye, sur son site. Car, en 2011, comme en Libye, la spirale de l'insurrection et la machine implacable du changement de régime s'enclenchent, avec la bénédiction des Occidentaux.

La position des grandes puissances occidentales préfigure alors déjà ce que deviendra leur future position, en réalité intenable sur le terrain : mener tout en même temps la guerre à la Syrie et la guerre à Daesh en appuyant diplomatiquement et militairement des groupes armés hétéroclites, encadrés par des déserteurs de l'armée régulière et rassemblés, au moins formellement, au sein d'une Armée syrienne libre (ASL). Les opposants à Damas sont d'emblée qualifiés, par une presse qui s'enthousiasme encore de l'après-Kadhafi en Libye, du vocable flatteur de «rebelles».

L'appellation aura pour fâcheuse conséquence de dissimuler aux observateurs, à l'opinion publique et même à certains décideurs politiques la nature de certains groupes armés, en réalité d'inspiration salafiste ou islamistes, à l'instar du Front al-Nosra. 

Parmi les puissances qui s'invitent dans le conflit, la France, un des acteurs coloniaux et historiques du Moyen-Orient, n'est pas en reste. Dès la fin 2012, comme le rapporte le journaliste Xavier Panon dans l'ouvrage Dans les coulisses de la diplomatie française de Sarkozy (Archipel, 2015), François Hollande donne, malgré un embargo européen décidé dès la fin 2012, l'autorisation de livrer des armes à l'évanescente ASL, déjà dépassée par ses éléments djihadistes et salafistes. «Nous avons commencé quand nous avons eu la certitude qu'elles iraient dans des mains sûres. Pour les armes létales, ce sont nos services qui ont procédé aux livraisons», confirme ainsi François Hollande lors de son entretien avec Xavier Panon, alors que la France devait se conformer à un embargo sur les livraisons d'armes en Syrie décidé par l'Union européenne en juin 2011.

Les intenables contradictions de l'Occident 

Dans le détail, la France livre à ces combattants canons, mitrailleuses, lance-roquettes et missiles antichars... qui tombent ensuite aux mains de la nébuleuses des groupes djihadistes et salafistes, une nébuleuse en réalité caractérisée par sa porosité avec d'une part l'ASL et, d'autre part, Daesh.

Bien que les politiques et médias occidentaux continuent de s'accrocher au terme de «rebelles», dès 2013, l'Armée syrienne libre se délite. Plusieurs unités, entraînées et armées par les Etats-Unis font défection et rejoignent les rangs d'al-Nosra, et, partant, d'autres groupes armés en constante reconfiguration. Le mythe d'une unité de l'opposition, politique ou armée est alors déjà compromis : les forces en présence gravitant autour de Daesh se fragmentant toujours plus. «A l’époque, on entendait "on soutient les Syriens libres". Mais quand on regarde sur le terrain ce que c’est que les Syriens libres, c’est rien du tout !», s'insurgeait déjà Alain Juillet, ancien directeur du renseignement extérieur en novembre 2015 sur France Inter.

En 2018, ce grand écart, à la fois stratégique et médiatique, ne tient plus. Alors qu'en 2015, Daesh était sur le point de contrôler toute la Syrie et de faire tomber Damas, deux ans plus tard, c'est l'armée régulière appuyée par la Russie qui parvient à repousser et défaire l'organisation terroriste. 

Si l'année 2017 a vu Damas et son allié russe enfin reprendre le dessus sur les groupes armés, laissant espérer que la guerre prenne fin, la situation s'est de nouveau dégradée dès janvier 2018. Les Etats-Unis et ses alliés, peut-être victimes d'un déni de réalité, semblent se recroqueviller sur le but de guerre initial en Syrie : renverser Bachar el-Assad, comme l'avaient été Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi, et s'assurer que le dernier Etat baasiste de la région, pourtant naguère unitaire, stable et laïc, n'échappe à leur contrôle. Quitte à prendre le risque de plonger le pays dans le chaos et l'anomie.

Lire aussi : Pour Lavrov, Washington tente de constituer des autorités alternatives sur le sol syrien

Revers militaires sur le terrain

Sept ans après le début du conflit, la coalition arabo-occidentale a échoué à atteindre ses buts de guerre. Premièrement, elle n'a pas réussi à battre Daesh ; c'est la Syrie et ses alliés, parmi lesquels la Russie, qui y sont parvenus. Deuxièmement, les Etats-Unis n'ont pas renversé le président syrien.

Aussi, Washington a-t-il amendé ses objectifs en Syrie, faisant planer le doute sur la véritable motivation de la coalition arabo-occidentale sous direction américaine : Daesh défait, la justification avancée en premier lieu pour légitimer l'intervention militaire sous l'égide de Washington ne tient plus. En outre, début 2018, les «rebelles» que soutenait Washington ne représentent plus que quelques poches tenues par les djihadistes, comme dans la région de la Ghouta, à l'est de Damas. Au grand dam des Occidentaux, l'armée syrienne est en passe de couper l'enclave rebelle en deux, isolant au nord les combattants de Jaïch al-Islam (L'Armée de l'islam), de ceux, au sud du Fatah al-Cham (ex-Front al-Nosra), Faylaq al-Rahmane (Légion du Tout miséricordieux) et du groupe salafiste Ahrar al-Cham al-Islamyya (Mouvement islamique des hommes libres du Cham).

Restent aussi les forces kurdes, dans le nord du pays, qui ont un temps porté les espoirs des Etats-Unis et de ses alliés, parmi lesquels Israël, fervent avocat de la constitution d'un Kurdistan et, au passage, d'une dislocation de la Syrie. Néanmoins, les Etats-Unis se heurtent, cette fois, à la Turquie, théoriquement leur allié au sein de l'OTAN, mais de moins en moins disposée à servir les intérêts occidentaux, notamment depuis la tentative de coup d'Etat de 2016. Ankara a ainsi lancé le 20 janvier 2018 l'opération «Rameau d'olivier» contre l'enclave kurde d'Afrin, afin de tuer dans l'œuf la tentative américaine de constituer une force de garde-frontières s'appuyant sur les Unités de protection du peuple (YPG) kurdes. Déconvenue ultime, ce qui reste de l'ASL de 2011 coopère aujourd'hui avec l'armée turque contre les Kurdes... lesquels bénéficient de l'appui de milices pro-syriennes, Damas arbitrant entre danger kurde et menace turque.

Lire aussi : Des civils qui tentaient de fuir la Ghouta tués par des rebelles djihadistes

Après l'échec, la politique du pire ?

Perdant tous leurs repères, les Occidentaux sont ainsi menacés de ne plus avoir au sol de groupes armés leur servant d'intermédiaires, de proxys, en anglais. La situation explique peut-être que, sur fond d'accusations récurrentes à l'encontre de Damas d'usage d'armes chimiques, les Etats-Unis ont récemment menacé de frapper directement et unilatéralement la Syrie, sans l'aval des Nations unies.

15 mars 2011, 15 mars 2018 : le conflit meurtrier en Syrie entre dans sa huitième année. Sept ans révolus, qui représentent une éternité pour la population syrienne, multiconfessionnelle, confrontée à l'horreur de la guerre et aux exactions terrifiantes de Daesh. Sept ans aussi de descente aux enfers pour un pays laïc, prospère, réputé pour sa qualité de vie, son niveau d'éducation, son ouverture à l'Occident et, en particulier, à la France et la francophonie.

Sept années qui marquent également un retournement total des rapports de force au Moyen-Orient. Malgré les moyens considérables déployés par la première puissance militaire mondiale et ses alliés de l'OTAN, ce sont bel et bien des puissances jusque là cantonnées à une sphère d'influence restreinte, comme l'Iran, la Turquie ou la Russie, qui sortent renforcées de ce conflit. Imprévisible il y a sept ans, ce nouvel état de fait semble confirmer encore un peu davantage l'émergence d'un monde multipolaire – et la remise en cause de l'hégémonie occidentale.

Lire aussi : De la défaite de Palmyre à la victoire de Deir ez-Zor : deux ans pour sauver la Syrie (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.