Membre de l'opposition syrienne : Jean-Marc Ayrault et le Qatar m'ont privé des pourparlers à Genève

Membre de l'opposition syrienne : Jean-Marc Ayrault et le Qatar m'ont privé des pourparlers à Genève© Denis Balibouse Source: Reuters
Randa Kassis

Les participants aux pourparlers d’Astana sont exclus des négociations de Genève car le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault et le Qatar, ont opposé leur veto à leur participation, estime la politicienne syrienne Randa Kassis.

RT : Vous êtes à Genève, mais ne participez pas aux négociations sur la Syrie. Pourquoi ? Avez-vous été exclue ou avez-vous fait le choix de ne pas y participer ?

Randa Kassis (R. K.) : En réalité Staffan de Mistura, le médiateur de l’ONU pour la Syrie, a décidé d'exclure les participants des pourparlers d’Astana sous prétexte que la France, ou plutôt le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, a opposé son veto à la participation de la «plateforme Astana», en particulier à ma propre participation. En outre, selon Staffan de Mistura, l'Etat du Qatar a également opposé son veto à ma participation dans ces négociations. Le problème ici c'est, comment Staffan de Mistura, en tant qu'envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU pour la Syrie qui devrait être impartial, comment peut-il satisfaire ces exigences ou se soumettre à un tel veto. Sans oublier que c’est la «plateforme Astana» qui a facilité les négociations sur la composante militaire de la question syrienne.

RT : A votre avis, la position de la France sur la question syrienne va-t-elle évoluer après l'élection présidentielle ?  Par exemple, Marine Le Pen a fait une déclaration sur le sort du président syrien Bachar el-Assad, qui peut être considérée comme un changement radical dans la position de l'Europe, en général ?

Nous avons besoin de passer complètement au format Astana

R. K. : Je pense que nous devrions attendre jusqu'à ce qu'un nouveau président soit élu. Cependant, je crois qu’il ne faudrait pas s’attendre à un changement radical de la position française après l'arrivée du nouveau gouvernement. Il y a de nombreuses raisons à cela, regardez par exemple, l'administration Trump ! Tout nouveau gouvernement est le successeur du précédent et ne peut pas changer radicalement et immédiatement toute l'équipe. C’est exactement ce qui se passe actuellement aux Etats-Unis.

RT : Pourquoi le dossier du terrorisme n’est pas discuté à Genève et sera discuté uniquement à Astana ? Astana va-t-elle devenir une plateforme politique nouvelle, une alternative à Genève ?

R. K. : Tout d'abord, notons que le format des négociations à Genève via l'ONU ne peut pas être remplacé par d'autres formats, mais on peut essayer de contribuer à la réussite de ce second format – celui d’Astana. Aujourd'hui, nous voyons que le Genève-4 est un format sans issue. Ce n’est que du bavardage, on y parle d'un gouvernement de transition, d’une nouvelle Constitution mais on n’arrive pas à trouver un accord, étant donné que ce processus de Genève n’a aujourd'hui pas de poids, que ce soit au niveau international ou à tout autre niveau. Alors oui, je crois que nous avons besoin de passer complètement au format Astana car il est là pour relancer le processus politique et parvenir à certains accords, à des plans d'action et un calendrier pour leur mise en œuvre, ainsi que de se mettre d’accord sur une vision claire de l'avenir de la Syrie. Et puis, à Genève, arriver à la conclusion logique du processus sur la base des accords conclus à Astana.

Lire aussi : L’Occident doit répondre de ses actes en Libye et la laisser en paix, explique le cousin de Kadhafi

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.