Syrie : Washington veut garantir la sécurité des Kurdes avant de retirer ses troupes

Syrie : Washington veut garantir la sécurité des Kurdes avant de retirer ses troupes© Rodi Said Source: Reuters
Des militaires américains discutent avec des combattants des YPG à Darbasiya en Syrie.
Suivez RT France surTelegram

Le conseiller à la Sécurité nationale des Etats-Unis, John Bolton, souhaite que la sécurité des Kurdes soit assurée avant que les troupes américaines ne quittent la Syrie. Et de rappeler : Washington ne tolérera pas une éventuelle attaque chimique.

L'annonce par Donald Trump du retrait des troupes américaines de Syrie a fait l'effet d'une bombe. Des chancelleries occidentales aux partisans de l'ingérence en tout genre, la décision a été fortement contestée. Sans grande surprise, elle divise au sein même de l'administration américaine.

Aussi, le conseiller à la Sécurité nationale des Etats-Unis John Bolton, en visite à Jérusalem le 6 janvier pour rassurer Israël, a-t-il tenu à rappeler qu'il n'y avait pas de calendrier établi concernant le retrait des troupes. Et de laisser entendre que Washington souhaitait obtenir l'assurance de la Turquie que la sécurité des Kurdes serait garantie avant d'envisager un départ.

«Nous ne pensons pas que les Turcs devraient entreprendre d'action militaire qui ne soit entièrement coordonnée et acceptée par les Etats-Unis, afin de ne pas mettre en danger nos troupes, mais aussi de respecter les exigences du président qui souhaite que l'opposition syrienne, qui s'est battue avec nous, ne soit pas en danger», a-t-il déclaré dans des propos rapportés par l'agence AP, en référence aux Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition armée à dominante Kurde. Cette déclaration fait écho aux propos de Donald Trump du 3 janvier : le président américain avait alors assuré qu'il n'avait «pas oublié» ses alliés kurdes, confiant vouloir «les aider».

L'attaque chimique, toujours une ligne rouge

Le conseiller néo-conservateur du chef d'Etat a en outre expliqué que la position de Washington n'avait pas bougé d'un iota en cas d'attaque chimique du gouvernement syrien. «Il n'y a absolument aucun changement dans la position américaine contre l'utilisation d'armes chimiques [...] qui provoquerait une réaction forte, comme nous l'avons déjà fait à deux reprises», a-il fait valoir le 5 janvier auprès de journalistes, juste après avoir atterri à Tel-Aviv.

«Alors que nous réfléchissons à la façon dont le retrait va s'opérer et dans quelles circonstances, nous ne voulons pas que le régime d'Assad voie ce que faisons comme une baisse de notre opposition aux armes de destruction massive», a-t-il encore expliqué, réitérant que, le cas échéant, «beaucoup d'options seraient sur la table». «Si [le gouvernement syrien] ne tient pas compte des leçons de ces deux frappes, la prochaine sera plus révélatrice», a-t-il menacé. Le 14 avril 2018, Washington, Londres et Paris avaient opéré des frappes visant plusieurs cibles appartenant aux autorités syriennes, en réaction à une supposée attaque chimique perpétrée le 7 avril qu'ils avaient attribuée à Damas – ce que conteste le gouvernement syrien.

Depuis son annonce fracassante sur le retrait des forces américaines de Syrie, Donald Trump lui-même tempère ses propos dans l'espoir de rassurer ses alliés, tout en les maintenant sur le fond. Un difficile exercice d'équilibriste, auquel il s'est par exemple frotté fin décembre. En visite en Irak, le locataire de la Maison Blanche avait justifié le retrait de ses troupes de Syrie, tout en expliquant qu'il n'abandonnerait pas ses bases en Irak, d'où il pourrait – si nécessaire – intervenir à nouveau en Syrie...

Lire aussi : Syrie : Russie et Turquie vont se «coordonner» après le retrait américain

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix