Retrait des Etats-Unis de Syrie : inquiétude générale dans les chancelleries occidentales

Retrait des Etats-Unis de Syrie : inquiétude générale dans les chancelleries occidentales© Rodi Said Source: Reuters
Des forces démocratiques syriennes et des soldats américains lors d'une patrouille près de la frontière turque à Hassaké, le 4 novembre 2018.

La France, le Royaume-Uni ou l'Allemagne, alliés des Etats-Unis en Syrie, ont vivement réagi à la décision de Donald Trump de retirer les troupes américaines mobilisées dans le pays.

Le 19 décembre, Donald Trump a provoqué un nouveau coup de tonnerre diplomatique en envisageant un retrait total des troupes américaines de Syrie. Il a en effet estimé avoir atteint son objectif consistant à «vaincre le groupe Etat islamique» dans le pays – oubliant soigneusement, au passage, de mentionner les autres pays qui, à l'instar de la Russie, de la Turquie ou des Etats européens, ont eux aussi contribué dans une mesure variable à la lutte contre Daesh.

La France a immédiatement exprimé son inquiétude par le biais de la ministre française des Armées Florence Parly : «Daesh n'est pas rayé de la carte, ni ses racines d'ailleurs, il faut vaincre militairement de manière définitive les dernières poches de cette organisation terroriste.» Sur Cnews le même jour, le ministre française des Affaires européennes Nathalie Loiseau confirmait que la France resterait bel et bien en Syrie, jugeant que «la lutte contre le terrorisme n'[était] pas terminée».

Sur la même ligne, la diplomatie britannique a estimé que «la coalition internationale contre Daesh a[vait] fait d'énormes progrès [...] mais [qu']il rest[ait] beaucoup à faire». «Nous restons engagés dans la coalition internationale et sa campagne pour priver Daesh de territoire et assurer sa défaite durable, en travaillant aux côtés de nos partenaires régionaux clés en Syrie et au-delà», a ajouté le porte-parole de la Première ministre Theresa May.

Même son de cloche côté allemand. Dans un communiqué, le ministre des Affaire étrangères Heiko Maas, dont le pays participe aux efforts d'une coalition internationale engagée contre Daesh en Syrie, a noté que l'EI avait certes «reculé», mais que «la menace n'[était] pas terminée». Il s'est ainsi dit surpris par ce «changement abrupt de la politique américaine» en Syrie.

Engagés directement dans les combats contre les islamistes, les Kurdes ont ressenti pour leur part une certaine forme de trahison de la part des Américains. Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont ainsi prévenu le 20 décembre que le retrait des troupes américaines de Syrie donnerait à l'EI une chance de se reconstruire. Les FDS, aux côtés de la coalition internationale, ont également assuré continuer le combat contre Daesh dans leurs dernières poches de l'est syrien. Les FDS ont pris le contrôle, la semaine dernière, de la localité de Hajine, au terme de plus de trois mois de combats, confinant la présence des djihadistes aux deux dernières localités de cet ultime bastion, Soussa et Al-Chaafa.  

Israël et la Russie sereins

Israël s'est montré plus réservé, via un communiqué rapportant les propos de son Premier ministre. Benjamin Netanyahou a ainsi déclaré le 19 décembre qu'il allait allait «étudier les retombées d'un retrait américain» et attesté : «Mais, de toute façon, nous saurons protéger la sécurité d'Israël et nous défendre.» Israël a mené des dizaines de frappes en Syrie depuis le déclenchement de la guerre en Syrie en 2011, contre des positions du Hezbollah et des intérêts iraniens, mais aussi contre des convois d'armes destinés selon l'Etat hébreu au mouvement libanais.

Acteur central dans le conflit contre les djihadistes, la Russie s'est montrée positive vis-à-vis de la position américaine. Le président russe Vladimir Poutine a considéré que la décision américaine était «juste». «Donald a raison, je suis d'accord avec lui», a approuvé Vladimir Poutine. «Nous avons porté des coups sérieux à l'EI en Syrie», a-t-il poursuivi.

Quelque 2 000 soldats américains sont actuellement déployés dans le nord de la Syrie, essentiellement des forces spéciales présentes pour combattre le groupe EI et soutenir les forces locales dans les zones reprises aux djihadistes. 

Lire aussi : Après l'annonce du retrait américain, la France déclare qu'elle restera engagée en Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter