Londres accuse Moscou d'être responsable de la mort par empoisonnement d'une Britannique

Londres accuse Moscou d'être responsable de la mort par empoisonnement d'une Britannique© Henry Nicholls Source: Reuters
Les services d'urgence intervenant à Muggleton Road, Amesbury, où deux Britanniques ont été contaminés par un agent innervant, le 6 juillet 2018.

Interrogé après la mort d'une Britannique contaminée le 30 juin à Amesbury par un agent innervant et décédée ce 8 juillet, le secrétaire d'Etat britannique à la Défense a accusé la Russie d'avoir commis une attaque sur le sol britannique.

Gavin Williamson, secrétaire d'Etat britannique à la Défense, a commenté ce 9 juillet la mort de Dawn Sturgess, une ressortissante britannique de 44 ans, contaminée selon la police britannique par un agent innervant à Amesbury le 30 juin. Le haut diplomate s'est ainsi exprimé : «La simple réalité est que la Russie a commis une attaque sur le sol britannique, celle-ci a causé la mort d'une citoyenne britannique»

«Nous ne sommes pas informés que la Russie ait été d'une quelconque manière associée à cela»

Plus tôt dans la journée, Moscou, déjà mis en cause dans cette affaire par d'autres hauts diplomates britanniques, avait déjà réagi aux accusations portées à l'encontre de la Russie. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, avait expliqué : «Nous ne sommes pas informés que la Russie ait été d'une quelconque manière associée à cela. Nous considérons que ce serait dans tous les cas assez absurde.» Ces nouvelles accusations interviennent quatre mois après la crise diplomatique entre Moscou et Londres déclenchée par l'empoisonnement sur le sol britannique de l'ancien agent double Sergueï Skripal et de sa fille.

La rhétorique de Gavin Williamson, utilisée ce 9 juillet, n'est pas sans rappeler l'argumentaire développé au mois de mars par Boris Johnson. Ce dernier, alors ministre britannique des Affaires étrangères, cherchait également à prouver la culpabilité de la Russie dans l'affaire Skripal.

Le secrétaire d'Etat à la Défense Gavin Williamson, n'en est pas à son coup d'essai concernant les sorties fracassantes à l'encontre de la Russie. En mars 2018, au cœur des tensions liées à l'affaire Skripal, le haut diplomate avait par exemple conseillé à la Russie de «partir et se la fermer», ce qui n'avait pas manqué de faire réagir Sergueï Lavrov.

En début d'année, il avait déjà accusé Moscou de vouloir provoquer la panique ou attaquer le Royaume-Uni, développant : «Le plan des Russes ne sera pas de débarquer [sur les plages du Royaume-Uni]. Il vont s'attacher à trouver comment causer le plus de mal possible [...] Nuire à [notre] économie, détruire [nos] infrastructures, avec pour conséquence des milliers et des milliers de morts [...] causer un chaos total dans le pays.»

Lire aussi : Skripal : Londres admet les conclusions de l'OIAC qui se dit incapable d'incriminer la Russie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»