Skripal : Londres admet les conclusions de l'OIAC qui se dit incapable d'incriminer la Russie

Skripal : Londres admet les conclusions de l'OIAC qui se dit incapable d'incriminer la Russie
Les inspecteurs de l'OIAC sur le site de l'empoisonnement des Skripal, le 12 avril 2018, photo ©Peter Nicholls/Reuters

Le 12 avril dernier, l'OIAC s'était dite incapable de déterminer l'origine de l'agent innervant. Un mois après les accusations de Theresa May et de Boris Johnson, Londres n'a toujours pas prouvé l'implication de la Russie dans l'affaire Skripal.

Ce 18 avril, la délégation britannique a admis les conclusions de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) sur l'empoisonnement à Salisbury de l'ancien agent-double Sergueï Skripal, le 4 mars dernier. «Certes, bien que l'identification de l'agent innervant utilisé constitue un élément de preuve essentiel, ni l'analyse de [Porton Down], ni le rapport de l'OIAC n'identifient le pays ou le laboratoire à l'origine de l'agent utilisé dans l'attaque», a reconnu le représentant britannique à l'OIAC, Peter Wilson.

Dans une déclaration faite à l'occasion de la réunion du Conseil exécutif de l'OIAC, mise en ligne sur le site du gouvernement britannique, Peter Wilson a d'ailleurs affirmé sa confiance totale dans les méthodes mises en œuvre par l'OIAC, qui compte 41 Etats membres.

L'organisation basée à La Haye avait rendu le 12 avril dernier des conclusions de nature à fragiliser la version avancée par le Royaume-Uni. L'OIAC avait certes confirmé qu'un produit innervant avait été mis en œuvre dans l'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, le 4 mars dernier. Mais l'OIAC, qui n'avait à aucun moment utilisé le terme de Novitchok (du nom de ce poison développé du temps de l'Union soviétique), s'était également déclarée dans l'incapacité de démontrer que le produit neurotoxique avait été fabriqué en Russie.

Sur ce point, l'OIAC avait d'ailleurs confirmé les conclusions du laboratoire et centre de recherches militaires britannique de Porton Down, situé à une quinzaine de kilomètres de Salisbury.

Boris Johson catégorique en mars 2018 sur l'implication de la Russie

Pourtant, le 19 mars, le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, déclarait à la chaîne de télévision allemande Deutsche Welle que les scientifiques du laboratoire de Porton Down étaient «catégoriques» quant à l'origine russe de la substance utilisée dans l'attaque de Salisbury. Les déclarations du bouillonnant chef de la diplomatie britannique, faisant suite aux accusations de Theresa May cinq jours plus tôt, le 14 mars, avaient déclenché une grave crise entre certains pays occidentaux, dont la France et la Russie.

Alexandre Keller

Lire aussi : Sergueï Skripal n'est plus dans un état critique et sa santé «s'améliore rapidement»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter