La Russie cherche-t-elle à provoquer le «chaos total» au Royaume-Uni ? Moscou dénonce une «phobie»

La Russie cherche-t-elle à provoquer le «chaos total» au Royaume-Uni ? Moscou dénonce une «phobie»
Gavin Williamson, ministre britannique de la Défense, ici à Chypre le 5 janvier, photo ©Yiannis Kourtoglou/Reuters

Dernier épisode en date d'une série d'accusations à l'encontre de la Russie, le secrétaire d'Etat britannique à la Défense a affirmé que Moscou complotait contre les infrastructures du Royaume-Uni. Moscou s'insurge.

Les dirigeants britanniques ont-ils cédé aux théories du complot ? La Russie a dénoncé ce 26 janvier la phobie antirusse du secrétaire d'Etat britannique à la Défense, Gavin Williamson. «[Il] a perdu tout sens des limites du raisonnable», a fait savoir dans un communiqué le porte-parole de l'armée russe, le général Igor Konachenkov.

La phobie du ministre concernant la Russie mérite d'avoir sa place dans les livres pour enfants ou dans la série des Monty Python

«On dirait que, dans sa lutte acharnée pour financer le budget de la Défense, le ministre de la Défense britannique a perdu tout sens des limites du raisonnable», a-t-il déploré, poursuivant : «La phobie du ministre concernant une Russie photographiant des centrales électriques ou étudiant le tracé des gazoducs, mérite d'avoir sa place dans les livres pour enfants ou dans la série des Monty Python.»

Des «milliers et des milliers de morts» à cause... d'un complot russe ?

Dans un entretien au Daily Telegraph publié le 25 janvier 2018, Gavin Williamson a accusé la Russie de vouloir provoquer la panique ou attaquer le Royaume-Uni, assurant que Moscou espionnait les réseaux d'approvisionnement électriques reliant le Royaume-Uni et l'Europe continentale. «Le plan des Russes ne sera pas de débarquer [sur les plages du Royaume-Uni]. Il vont s'attacher à trouver comment causer le plus de mal possible», a-t-il affirmé avant de détailler : «Nuire à [notre] économie, détruire [nos] infrastructures, avec pour conséquence des milliers et des milliers de morts [...] causer un chaos total dans le pays.»

Les propos du ministre britannique ne sont pas sans rappeler ceux du commandant général de l'armée du Royaume-Uni Nick Carter, deux jours plus tôt. S'exprimant le 23 janvier devant le Royal United Services Institute (RUSI), think tank atlantiste, le haut-gradé avait brossé un tableau anxiogène de la supposée menace russe. «La Russie, je crois, pourrait déclencher des hostilités plus tôt que nous le pensons», avait-il prévenu, reprenant les grandes lignes de la nouvelle doctrine antirusse et antichinoise de Donald Trump et du Pentagone.

Lire aussi : «L'OTAN, mécanisme américain pour le contrôle géopolitique de l'Europe»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»