Moscou n'a «rien à cacher» et se dit prêt à une «enquête conjointe» avec Londres

Moscou n'a «rien à cacher» et se dit prêt à une «enquête conjointe» avec Londres© Shannon Stapleton Source: Reuters
Vassili Nebenzia au Conseil de sécurité de l'ONU

La Russie a nié avoir effectué des recherches sur un agent chimique du nom de «Novitchok» lors du Conseil de sécurité de l'ONU convoqué à la demande du Royaume-Uni à la suite de l'empoisonnement de l'ex-agent secret Sergueï Skripal.

Aucune recherche scientifique sur un produit chimique du nom de «Novitchok» n'a été menée par la Russie, selon le représentant russe auprès de l'ONU, Vassili Nebenzia. Le produit chimique utilisé pour l'empoisonnement de l'ancien agent secret Sergueï Skripal, à l'origine d'une crise diplomatique entre Moscou et Londres, aurait, d'après le diplomate russe, tout aussi bien pu être produit au Royaume-Uni.

S'exprimant lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU le 14 mars, Vassili Nebenzia a estimé que la provenance la plus probable de l'agent chimique utilisé à Salisbury au début du mois «se trouve dans les pays où, depuis la fin des années 1990 jusqu'à aujourd'hui, des études intensives sur ces substances, y compris le Royaume-Uni, ont été menées».

Il a en outre assuré que la Russie était prête à mener une «enquête conjointe» avec le Royaume-Uni sur cet incident, rappelant que Moscou n'avait «rien à cacher» et que la Russie avait demandé à ce que la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU se déroule en public et et non à huis clos comme le désirait Londres. «A qui profite le crime ?», s'est-il interrogé devant ses homologues.

Vassili Nebenzia a en outre souligné que le Royaume-Uni avait fait le choix de porter l'affaire Skripal devant l'ONU et non devant La Haye, c'est à dire devant l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). Un choix qui, selon lui, révèle la crainte que nourrirait Londres de devoir se confronter à une «enquête professionnelle».

Nous ne parlons pas la langue des ultimatums

Expliquant le refus de la Russie de se soumettre à l'ultimatum posé par le Royaume-Uni, Vassili Nebenzia a déclaré : «Nous ne parlons pas la langue des ultimatums.» «Sans preuves irréfutables, nous n'avons pas à nous justifier», a-t-il répété, déplorant que «la présomption d'innocence soit supplantée par la présomption de culpabilité». «Nous ne sommes pas impliqués, la Russie n'a rien à voir avec cet événement», a-t-il insisté, en dénonçant une «guerre de propagande» pour «instrumentaliser l'opinion publique» à quelques jours du premier tour de l'élection présidentielle russe.

Selon Vassili Nebenzia, Londres a refusé à la Russie l'accès à des échantillons des produits chimiques incriminés. «Nous n'acceptons pas qu'on s'adresse à nous sur ce ton», a-t-il précisé en jugeant «inacceptables» et «irresponsables» les accusations britanniques.

Lire aussi : Moscou qualifie les sanctions britanniques de «provocation sans précédent» et promet une riposte

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter