Dmitri Medvedev : «Personne n’a intérêt à ce qu’une nouvelle guerre n'éclate»

Dmitri Medvedev© Dmitry Astakhov Source: Sputnik
Dmitri Medvedev

Le confit en Syrie et en Ukraine, les sanctions antirusses et la coopération entre les puissances mondiales, la liberté d'expression et les mouvements d'opposition : le Premier ministre russe répond aux questions de la chaîne Euronews.

Journaliste : Monsieur le premier ministre, merci beaucoup d’être avec nous sur Global Conversation. La problématique syrienne a dominé l’agenda international. On a l’impression d’arriver à un tournant, mais on ne sait toujours pas quelle direction il va prendre. Quel est votre avis ?

Dmitri Medvedev : La Syrie est réellement le sujet dominant de la conférence – et on sait pourquoi. Une guerre civile s’y déroule. Vous savez, lorsque je m’apprêtais à venir à cette conférence, j’avais l’impression que la situation était extrêmement complexe et grave parce que nous ne sommes pas encore parvenus, avec nos collègues et partenaires, à un accord sur les questions clés – y compris sur la création d’une potentielle coalition et sur notre coopération militaire.

Tout a été plutôt anecdotique jusqu’à maitenant. Mais, néanmoins, je note qu’ici, à Munich, ont eu lieu des négociations entre le ministre des Affaires étrangères Sergeï Lavrov et le secrétaire d’Etat John Kerry, et ils ont été rejoints par d’autres collègues de divers secteurs. Ils se sont accordés sur ce qui est nécessaire à court terme. C’est pourquoi je fais part d’un optimisme prudent quand aux perspectives de  coopération sur cette question. Mais elle est absolument nécessaire. Car si nous ne nous unissons pas sur ce sujet, la guerre ne prendra pas fin en Syrie, les gens continueront de mourir, l’afflux massif des réfugiés en Europe ne cessera pas, l’Europe sera face à des problèmes extrêmement complexes. Et, ce qui est le plus important, nous ne serons pas en mesure de vaincre le terrorisme, qui représente une menace pour toute la civilisation moderne.

En ce moment, il n’y a pas un seul pouvoir légitime en Syrie, à l’exception de celui de Bachar al-Assad. Peu importe s’il plaît ou déplaît à certains...

Journaliste : Dans ce cas, quelles sont les actions précises, militaires ou autres, que la Russie sera prête à employer afin d’aider à désamorcer le conflit ?

D.M. : Je vais tout de même rappeler pourquoi nous nous sommes engagés en Syrie. La Russie participe à cette opération afin de, premièrement, défendre ses intérêts nationaux : il y a un grand nombre de combattants rebelles en Syrie qui peuvent venir en Russie n’importe quand et y perpétrer des attaques terroristes. Ils sont des milliers.

Ensuite, il existe une base légale [à notre participation], le président Assad s’étant adressé à nous. C’est pourquoi nous allons prendre en compte ces deux facteurs dans nos décisions militaires et naturellement face au développement de la situation. Ce qui est essentiel en ce moment est de s'entendre pour que les négociations débutent entre toutes les parties du conflit syrien et d’établir ensemble une liste de terroristes. Parce qu’il y a eu des débats sans fin à ce sujet, sur qui est bon et qui est méchant. De mon point de vue, tout est absolument clair là-bas et tout le reste n’est que débats malsains. Ça c’est la première chose.

Mon second point est le suivant. J’ai vu aujourd’hui, que, dans les commentaires du secrétaire d’Etat Kerry, il a été mentionné que si la Russie et l’Iran ne participaient pas, alors les Etats-Unis et d’autres, seraient prêts à mener une opération terrestre. Mais, ce sont des paroles futiles. Il n’a pas besoin de dire cela pour une raison très simple : s’il veut une longue guerre, il peut mener en Syrie et des opérations terrestres et tout ce qu’il veut. Mais pas besoin de faire peur à qui que ce soit. Il faut aller dans le sens des négociations qui ont été menées avec Lavrov jusqu’à présent, au lieu de dire que si quelque chose ne se passe pas selon un scénario donné, alors nous [les Etats-Unis] allons mener une opération terrestre avec d’autres pays arabes.

J’ai déjà répondu à cette question, récemment. Et j’aimerais le répéter une nouvelle fois. Personne n’a intérêt à ce qu’une nouvelle guerre n'éclate. Et une opération terrestre, c’est une longue guerre à part entière. C’est de ce principe qu’il faut partir.

Journaliste : Clairement, l’une des problématiques clés est l’avenir du président syrien Bachar al-Assad. La Russie va-t-elle continuer à l’appuyer dans ce moment crucial ?

D.M. : La Russie ne soutient pas le président Assad en particulier. La Russie entretient des relations amicales avec le gouvernement syrien. Ces relations se sont développées avant la présidence de Bachar al-Assad, durant la période de la présidence de son père, Hafez al-Assad. Ça c’est la première chose. Deuxièmement, nous n’avons jamais dit que c’était là l’élément principal de notre participation à ce processus. Nous partons simplement du principe qu’en ce moment, il n’y a pas un seul pouvoir légitime en Syrie, à l’exception de celui de Bachar al-Assad. Peu importe s’il plaît ou déplaît à certains, il est le président en fonction. Si on l’ôte de l’édifice, il y aura le chaos. Et c’est ce que nous avons observé maintes fois, lorsque des pays du Moyen-Orient se désintégraient, comme cela s’est passé avec la Libye. C’est pourquoi Assad doit participer à tout le processus. Mais son destin en tant que leader politique doit être décidé par le peuple syrien. Et il le sait – c’est d’ailleurs ce qu’il a déclaré lors de sa visite à Moscou : «Si le peuple ne me soutient pas, naturellement, je ne participerai pas à la gestion du pays». Mais, tant que la future structure politique n’est pas définie, tant que n’est pas définie la façon dont le pays sera géré, il doit rester à sa place. C’est notre position.

Journaliste : Travaillez-vous déjà sur des idées de la transition politique en Syrie, étant donné ce que vous venez de dire ?

D.M. : Je crois que nous ne devons pas trop nous immiscer dans ces questions, que ça soit la Russie, l’Union européenne, ou les Etats-Unis d’Amérique. Nous devons créer des conditions favorables pour que ce processus débute. Nous devons mettre tout le monde à la table des négociations, les inciter à communiquer, afin qu’ils ferment éventuellement les yeux sur des blessures mutuelles et certains problèmes réels. C’est la seule voie vers une réconciliation nationale. En prenant en compte le caractère multiconfessionnel de l’Etat syrien, il est essentiel qu’ils s’écoutent tous. Nous comprenons bien de quel genre de dialogue il s’agira. Avouons-le franchement : ça sera un dialogue entre des personnes très complexes. D’un côté, le président Assad, soutenu par une partie de la population et par les militaires, de l’autre côté, une partie de la population qui appartient, très souvent, à d’autres confessions, qui n’aime pas Assad et qui doit néanmoins se mettre à la table des négociations avec lui. Mais ils devront s'entendre au nom de l’avenir d’une Syrie unie. Et à mon avis, notre mission, la mission des pays qui participent à ce processus, est exactement d’assurer le début de ces négociations et de les aider dans la résolution de problèmes délicats.

Journaliste : Pendant ce temps, nous savons qu’a lieu une offensive à Alep, impliquant de nombreuses souffrances. Sur cette question, la Russie est-elle prête à cesser son offensive pour permettre un corridor humanitaire, pour permettre aux gens de recommencer à vivre là-bas ? 

D.M. : La Russie va agir, d’un côté, en fonction des accords que nous avons avec le président Assad. Et d’un autre côté en fonction des accords auxquels nous essayons de parvenir avec d’autres Etats, y compris avec nos partenaires de négociations – je veux dire les Etats-Unis et encore d’autres pays. Mais, l’arrêt de telles ou telles opérations militaires dépend de la vitesse à laquelle toutes les parties qui y participent rendront leurs armes. Parce que, et c’est ce qui est le plus dangereux, lorsque que quelqu’un cesse de faire quelque chose, l’autre en profite pour multiplier ses succès militaires. Cela mène tout simplement à une escalade du conflit. C’est pourquoi, il doit y avoir une décision unique et commune de cessation des hostilités. C’est ce qu’il faut viser. C’est l’initiative déjà prise le 4 février par la Fédération de Russie. Nos partenaires américains ont hésité pendant un certain temps, ont mené différentes négociations, sont parvenus à atténuer les différends entre le département d'État et le ministère de la Défense russe, ont fait appel à Barack Obama... On dirait qu’ils sont parvenus à un accord, espérons que ce processus ira plus vite. C’est ce que le côté russe des négociations prendra comme point de départ, mais, la décision finale sera bien sûr prise chez nous par le président, puisqu’il est le commandant suprême des forces armées.

Cette question est close pour toujours : la Crimée fait partie du territoire russe

Journaliste : J’aimerais à présent changer de sujet et aborder le conflit en Ukraine. On a pu parler d’un conflit « gelé ». A ce qu’il semble, on assiste à un renouveau de combats dans l’Est. Qu’est-ce que la Russie peut faire pour mettre fin à ce conflit ?

D.M. : La réponse à cette question est dans un sens plus simple que celle sur la Syrie, pour des raisons évidentes. Non seulement parce que ce conflit n’a pas atteint ce niveau de gravité, mais aussi car comment procéder est tout à fait clair. Comment ? Sur la base des accords de Minsk. Ils doivent être mis en œuvre. Entièrement et sans réserve par toutes les parties. Nous invitons toutes les parties à le faire, ceux qui sont au pouvoir au Sud-Est, comme les pouvoirs de Kiev. Ce n'est pas que nous avons des différends avec Kiev et que nous ne nous aimons pas, mais en étant objectif, il faut reconnaître, qu’une partie considérable de ce qui devait être fait par le Sud-Est a été fait. Ce qui compte le plus est que les combats aient pratiquement cessé. Malheureusement, il arrive que quelque chose s’y passe, mais, ça n’est pas récurrent. A présent, ce qui importe est la résolution politique et juridique des objectifs qui découlent des accords de Minsk. A qui en incombe la responsabilité ?

Naturellement à l'Ukraine si elle considère le Sud-Est comme faisant partie de son territoire. C’est leur contexte juridique, c’est leurs compétences, c’est leurs habilités, l’habilité du président, du parlement et du gouvernement ukrainien. Malheureusement – je viens de l’évoquer durant une table ronde – ils ne se pressent pas pour le faire. Ils disent que c’est difficile, qu’ils n’arrivent pas à parvenir à un accord, que cela menace la stabilité de la structure politique dans son ensemble – peut-être est-ce vrai. Peut-être que c’est difficile. On comprend que ce soit une période difficile pour eux. Mais, au nom de l’avenir de l’Ukraine, ils doivent absolument le faire. C’est le devoir immédiat du dirigeant, du président Porochenko, du gouvernement de l’Ukraine et du Parlement : trouver un compromis, atteindre la majorité constitutionnelle, changer la constitution, commencer la mise en application des lois votées précédemment... tout cela fait partie de leurs compétences. Des lois ont été votées mais ne sont pas mises en œuvre, d’autres lois ne sont tout simplement pas votées. Certaines sont votées mais non ratifiées. Ils doivent accomplir tout cela. Dès que ce sera fait, alors les élections des instances politiques locales devront avoir lieu.

Comme nous en avons convenu et selon la formule proposée par Frank-Walter Steinmeier, dès lors que débute l’application provisoire de la loi sur l’autonomie locale commence la tenue des élections, et, une fois que ces élections sont confirmées dans le cadre des procédures de l’OSCE débute l’application permanente de la loi. C’est ce dont on parle tout le temps. Très récemment, le président de la Russie s’est exprimé sur ce sujet avec Angela Merkel. Hier, j’ai évoqué cela avec Monsieur Steinmeier. On en parle tout le temps à nos collègues ukrainiens. Mais il faut faire quelque chose. C’est dans cette direction qu’il faut agir.

Journaliste : Evidemment, l’une des questions les plus difficiles pour l’Ukraine, pour la communauté internationale, demeure la Crimée. L’avenir de la Crimée se discute-t-il ?

D.M. : Non, cette question n’existe pas, elle n’existe pas pour la Russie. Cette question est close pour toujours : la Crimée fait partie du territoire russe, un référendum a eu lieu là-bas, nous avons modifié notre constitution, la République de Crimée et la ville de Sébastopol font partie de la Fédération de Russie.

Journaliste : Si vous rencontrerez le président Porochenko ici, à la conférence sur la sécurité de Munich, qu’est-ce que vous lui direz ?

D.M. : Je ne l’ai pas vu, et à vrai dire, il ne m’a pas trop manqué. Le président Porochenko est en contact avec le président Poutine. Pour le moment, je n’ai pas eu le bonheur de le rencontrer ici. Mais on m’a dit qu’il était venu. Et même qu’il n’était pas venu seul mais accompagné du Premier ministre. Pour le moment, je n’ai rencontré ni l’un ni l’autre. Mais ce qui compte, et c’est absolument certain, c’est que ces partenaires doivent tout faire pour mettre en œuvre les accords de Minsk. C’est dans leur intérêt, c’est dans l’intérêt de l’Etat ukrainien. Et pour nous, il s’agit, quoi qu’on dise, d’un Etat proche, d’un Etat voisin.

Nous désirons que nos relations et avec les Etats-Unis et l’Union européenne soient bonnes et efficaces

Journaliste : Le conflit en Syrie et la situation en Ukraine ont contribué à une véritable dégradation des relations entre la Russie, l’UE et les États-Unis. Pensez-vous que relancer ces relations soit possible ?

D.M. : La question est comment et au nom de quoi. On a déjà relancé nos relations avec les Américains, j’y ai pris part personnellement. Sergueï Lavrov a appuyé sur le bouton avec Hillary Clinton, si ma mémoire est bonne, bouton sur lequel il était écrit presque «Reset», alors qu’en réalité ce qui était écrit impliquait tout à fait autre chose. Et alors ? Malheureusement les relations se sont de nouveau dégradées ; elles se sont écroulées; elles sont bien pires qu’avant. C’est pourquoi, si on doit relancer quelque chose, il faut le faire sur une base fondamentalement différente. Sur quelle base ? Sur une base de relations égales, justes, équilibrées. En partant du principe que ceci est nécessaire non seulement à la Fédération de Russie, mais aussi à l’Union Européenne et aux Etats-Unis.

Vous savez, me viennent à l’esprit les constantes gesticulations de l'OTAN. Dès que quelque chose implique la Russie dans l’agenda mondial, l’OTAN commence immédiatement à faire les gros yeux et à dire : «C’est tout, on cesse de communiquer avec vous, on rompt les relations.» C’est ce qui est arrivé face aux événements en Géorgie et à présent face aux événements en Ukraine. Alors nous disons : «D’accord, c’est votre affaire, rompez les relations.» Puis, un certain temps passe, et on commence à nous souffler à l’oreille : «On aimerait, en fait, dégeler [la situation]. Allons collaborer sur tel sujet, et sur tel autre.»

Ce n’est pas nous qui avons imaginé ces sanctions, ce n’est pas à nous de commencer à les lever

Qu’est-ce que cela signifie ? Premièrement, cela veut signifie que ces décisions sont un peu absurdes – cesser la collaboration dans une situation internationale gravissime, là où on a tous besoin les uns des autres ! Deuxièmement, au fil du temps, on est obligé de regagner le terrain perdu précédemment.

Cela concerne et les relations avec les Etats-Unis et celles avec l’Union Européenne. Nous y sommes prêts : nous désirons que nos relations et avec les Etats-Unis et l’Union européenne soient bonnes et efficaces.

D’une manière générale, l’Union Européenne est notre premier partenaire commercial. C’est un groupe de pays qui se trouve sur le même continent que nous. Nous sommes liés par une identité européenne, par une histoire, par des valeurs. Entretenir une telle tension n’est pas du tout dans notre intérêt. Mais si on nous a dit qu’on ne voulait plus discuter avec nous, alors les premiers pas vers le rétablissement des relations doivent être faits par ceux qui les ont rompues. Nous sommes prêts à discuter de n’importe quelle question.

Journaliste : L’une des répercutions de la dégradation des relations ont été les sanctions qui ont été imposées sur la Russie, et qui frappent dur. La levée de ces sanctions constitue-t-elle une quelconque  priorité pour votre gouvernement ?

D.M. : Face à une telle situation, nous disons généralement : «Ce n’est pas nous qui avons imaginé ces sanctions, ce n’est pas à nous de commencer à les lever.» J’ai déjà répondu en partie à cette question en répondant à la question précédente. On nous a dit qu’on était méchant, qu’on allait nous punir. Puis, ils ont fait leurs calculs et se sont mis à pleurer parce qu’ils ont constaté que cela mettait à mal leur business. Le volume d’affaire qu’on avait avec l’Union européenne était de 450 milliards d’euros et est à présent de 217 milliards. Il faut demander aux gens travaillant dans des entreprises de l’Union européenne qui fabriquent différents produits pour la Russie s’ils sont contents de tout cela. C’est pourquoi, n’ayant pas imaginé ces sanctions, ce n’est pas à nous de commencer à les lever. On nous faisait tout le temps peur avec ces sanctions, ces sanctions nous ont été appliquées à maintes fois durant la période soviétique – cela n’a jamais mené à quoi que ce soit, seulement à une perte d’argent. Et c’est ce qui se produira dans le cas présent. Il faut faire preuve de courage et dire : « Bon, les gars, vous savez, [les sanctions] c’est terminé à partir de telle date, et on vous demande également de lever vos mesures de rétorsion.» Voilà qui serait la bonne approche.

Nous nous efforcerons de tout faire pour que l’état de la sécurité sociale des citoyens russes soit, malgré tout, le plus confortable que possible dans ces conditions.

Journaliste : Comment des Russes ordinaires perçoivent cette crise économique ? Car les sanctions y contribuent, la chute des prix du pétrole aussi. Comment est-ce pour les Russes ordinaires ?

D.M. : Il est vrai que, chez nous, la situation économique actuelle n’est pas facile. Bien sûr, c’est la chute dramatique des cours de pétrole qui est responsable de la situation macroéconomique et du volume des recettes budgétaires, ce qui ne s’est pas produit depuis près de dix-sept ans. Car les prix actuels sont absolument comparables à ceux de 1998.

Malheureusement, notre budget est fortement dépendant des prix du pétrole. C’est la vérité, même s’il s’améliore du point de vue de la composition de ses recettes. Pour l’instant, il en reste fortement dépendant. Et cela s’est répercuté sur les recettes et sur la situation des gens ordinaires, sur leurs revenus. Les sanctions ont aussi eu un effet. C’est évident car nos entreprises ont par exemple perdu le financement qu’elles empruntaient auprès des banques européennes. Elles ne peuvent plus se développer – du moins certaines d’entre elles. C’est pourquoi la situation économique n’est pas la plus aisée. L’année dernière, on a constaté une baisse assez substantielle de notre produit intérieur brut : plus de 3,5% - bien qu’objectivement parlant,  il faut reconnaître que ceci est deux fois moins important que la baisse [qu’on a connue] durant la crise de 2008, 2009 et 2010. Ce malgré les sanctions et malgré le fait qu’à l’époque, les prix du pétrole étaient bien plus élevés. Bien sûr, cela nous fait du tort mais a malgré tout un effet positif : l’économie s’assainit, devient moins dépendante du pétrole, nous pouvons développer notre industrie et notre agriculture. Il s’agit probablement de l’un des points positifs de ces sanctions et des actions de rétorsion que nous avons prises. TNous avons commencé à nous occuper de manière plus active de notre agriculture et, dans une large mesure, on subvient à presque tous nos besoins alimentaires. Tandis que, en ce qui concerne le blé par exemple, on exporte en énormes quantités. En ce sens, les sanctions nous ont aidés. Mais elles n’ont probablement pas aidé les producteurs agricoles de l’Union européenne.

Journaliste : Ma question concernait des Russes ordinaires et comment cela les impactait. On entend parler des possibles troubles sociaux alors que les conditions de vie deviennent plus difficiles. Est-ce que c’est quelque chose qui vous préoccupe ?

D.M. : Bien sûr, nous, et surtout le Gouvernement, avons l'obligation de penser aux conséquences sociales que crée la situation politique. Je vais le dire franchement : nous étions obligés de couper beaucoup de choses dans le budget mais nous n’avons pas touché aux dépenses sociales, nous n’avons pas touché aux salaires des fonctionnaires, aux allocations. Mieux encore, nous avons même indexé les retraites l’année dernière, et cette année aussi. Peut-être pas entièrement, mais on les a indexées. Nous allons nous efforcer de continuer à le faire. Les dépenses sociales de l’Etat sont très élevées, mais elles sont protégées. C’est pourquoi nous nous efforcerons de tout faire pour que l’état de la sécurité sociale des citoyens russes soit, malgré tout, le plus confortable possible dans ces conditions. C’est réellement la priorité du gouvernement.

La Fédération de Russie ne poursuivra jamais un pays pour des bricoles stupides ou quelques films absurdes

Journaliste : Si on revient à la perspective internationale encore une fois, la réputation de la Russie est entachée par des problématiques liées à la liberté de la parole et aux médias. La Russie semble toujours retomber dans ces travers. Pourquoi ?

D.M. : Nous avons toujours eu, pour vous le dire franchement, des divergences dans l’appréciation de la liberté d’expression, et dans le fonctionnement des médias de la Fédération de Russie. On nous a souvent critiqués, et on continue de nous critiquer à présent. Nous avons notre avis sur ce sujet. Peut-être qu’en Russie, les médias sont quelque peu différents des médias européens – il existe des différences historiques et de problématiques liées à la croissance. Mais nous avons beaucoup de médias très variés, y compris numériques, qui donnent des images malgré tout très différentes. Lorsqu’on me pose cette question, je réponds toujours en fonction de comment je perçois moi-même les choses. En ce qui me concerne, je regarde la télévision très rarement et lis peu de journaux sous forme papier, j’obtiens presque toutes mes informations d’Internet. Et les gens qui font de même représentent près de la moitié de la population. Sur Internet, comme vous le savez, il n’y a absolument pas de régulation, tous les points de vue y sont présentés y compris ceux qui peuvent être jugés extrémistes. C’est pourquoi, considérer qu’une partie de la population n’a pas d’accès à des informations d’un autre genre dans le monde moderne, n’est pas sérieux à mon avis.

Mais si on parle de certaines personnalités de l’opposition... Vous savez, je me remémore l’époque soviétique, quand j’étais encore étudiant à l’université. J’aurais eu du mal à imaginer qu’on donne l’occasion à Gordon McLennan, secrétaire général du Parti communiste de Grande-Bretagne ou à Gus Hall secrétaire général du Parti communiste des Etats-Unis de s’exprimer dans un journal respectable ou à la télévision anglaise ou américaine dans les années 1970-1980. Pourquoi ? Pas parce qu’ils étaient sous le coup de quelque interdiction, mais parce qu’ils n’intéressaient personne. Ils étaient, politiquement, des marginaux. Chez nous, une partie de l’opposition l’est malheureusement aussi, marginale. Et lorsqu’ils disent «On ne nous laisse aller nulle part», eh bien montrez alors au moins que vous intéressez quelqu’un.  

Journaliste : Oui, mais il semble aussi que les dissidents soient obligés de se taire. On arrive à l’anniversaire de l’assassinat de Boris Nemtsov. Aussi, comme vous le savez, en Grande-Bretagne le résultat d’une enquête sur le meurtre d’Alexandre Litvinenko a été publié, montrant du doigt le président Vladimir Poutine, en disant qu’il était le « probable » commanditaire de ce meurtre. Aussi inconfortable que ça soit pour vous de répondre à cette question, allez-vous poursuivre le gouvernement britannique en justice, au sujet de cette enquête ?

D.M. : Vous savez, les relations que nous avons avec la Grande-Bretagne sont très spéciales depuis des siècles. On peut les qualifier de difficiles, pour différentes raisons. Etant donné le temps qui nous est imparti, je ne vais pas les analyser, on peut toujours se rapporter à un peu de littérature historique. Malheureusement, c’est toujours le cas aujourd’hui. Vous avez mentionné un certain rapport fait par un certain juge à la retraite (je l’ai regardé par curiosité) dont presque chaque paragraphe commence par le mot «probablement». Qu’y a-t-il à commenter ? C’est le rapport non officiel d’une personne à la retraite qui émet des suppositions. Nous aussi, a priori, pouvons écrire de tels rapports, demander à nos anciens juges ou à nos scientifiques de préparer de tels documents. Ils n’ont aucune valeur et c’est pourquoi, il n’y a aucune réaction. Dans cette histoire, seule une chose est regrettable : qu’un rapport rempli du mot «probablement» soit commenté par le Premier ministre et par le ministre des Affaires étrangères. Cela commence déjà à ressembler à une chasse aux sorcières. Mais, laissons cela sur la conscience de ceux qui le commentent. En ce qui concerne une action juridique quelconque, nous n’avons pas besoin de cela et la Fédération de Russie ne poursuivra jamais un pays pour des bricoles stupides ou quelques films absurdes.

Les échanges avec mes collègues, y compris ici, en Allemagne, et dans d’autres pays européens, ont permis de résoudre de très nombreuses questions

Journaliste : Peut-être pouvons nous revenir sur ces questions, sur ces affaires très médiatisées de Boris Nemtsov et d’Alexandre Litvinenko. Vous devez être d’accord que cela ternit la réputation de la Russie. Car ce sont des figures très médiatisées qui ont été assassinées.

D.M. : Je n’ai rien dit par rapport à la tragédie de l’assassinat de Nemtsov. C’est absolument une toute autre histoire. C’est une vraie tragédie, c’est un crime qui doit être élucidé et toute personne tenue responsable par l’enquête en qualité d’organisateur, de complice, d’exécuteur de ce crime jugée. Il n’y a aucun doute là-dessus. Et il s’agit réellement d’une question de réputation de la justice et de l’Etat russe. C’est absolument certain.

Journaliste : J’aimerais revenir à présent, alors que cette interview touche à sa fin, vers l’un des autres principaux thèmes de cette conférence sur la sécurité. Et il s’agit des menaces djihadistes auxquelles sont confrontées de nombreuses parties du monde. L’Europe a du mal à parvenir à un accord au sujet de cette nouvelle menace. La Russie a davantage d’expérience dans cela, dans le terrorisme. Mais, il n’y a pas de réponse évidente. Quels conseils donneriez vous à vos homologues européens ? 

D.M. : Il est vrai que nous avons une expérience très sérieuse et dramatique en matière de lutte contre le terrorisme. Pendant longtemps, on ne nous écoutait pas, on appelait même les terroristes qui opéraient dans notre Caucase du Nord non pas «terroristes» mais «insurgés», alors que lorsque ces «insurgés» ont été capturés ou éliminés, on trouvait sur eux des passeports turcs ou arabes. Puis, à un moment donné, on a commencé à nous entendre, et à ce même moment, le terrorisme a malheureusement submergé l’Europe et le monde entier. A présent, nous nous trouvons tous dans une même situation, nous vivons tous sous la menace du terrorisme. Nous sommes prêts à partager les informations, à partager notre expérience et à collaborer. C’est très important. C’est vital. Seulement, il faut voir les choses en grand, penser aux générations futures, à la valeur que représente chaque vie humaine, au lieu de dire : «Vous savez, la Russie, c’est différent, elle se comporte mal, alors nos services secrets ne collaborent pas avec elle.» Ou alors, ne collaborez pas. Mais, dans ce cas, les chefs de Daesh vous seront très reconnaissants, Daesh vous remerciera en disant : «Vous avez bien fait de ne pas collaborer avec les Russes, c’est mieux pour nous.» Nous sommes prêts à cela. Le principal étant que nos partenaires aient une attitude responsable.

Journaliste : Vous occupez le poste de Premier ministre et vous avez également été president. Donc, vous avez un aperçu, une perspective complète des problématiques que nous avons évoquées aujourd’hui. Quel est l’événement qui vous a le plus marqué depuis que vous êtes au pouvoir ?

D.M. : Ils sont très nombreux. Les deux fonctions sont complexes et sérieuses, ces huit années de ma vie (cela fait presque huit ans), relèvent du défi permanent. Impossible de déconnecter – parfois même la nuit. Les évènements marquants sont très nombreux, tant ceux qui se sont déroulés à l’intérieur du pays (des événements positifs à titre personnel, mais aussi des événements tragiques, tels que ceux que nous venons d’évoquer avec vous) que ceux qui se sont déroulés à l'échelle internationale. Car on n’a pas fait que de se disputer et s'engueuler, on a tout de même réussi à accomplir certaines choses. Nous nous sommes entendus au sujet de l’accord sur la limitation des armes stratégiques, voilà qui n’était pas si mal. Ce document est signé, il est mis en œuvre, ce qui implique qu’on sait coopérer, qu’on arrive à s’entendre. Les échanges avec mes collègues, y compris ici, en Allemagne, et dans d’autres pays européens, ont permis de résoudre de très nombreuses questions. Tout ceci est marquant et intéressant. Peut-être un jour, en parlerai-je plus en détails. Mais, pour le moment, je travaille et c’est un travail intéressant.

LIRE AUSSI : Conférence sur la sécurité de Munich, entre convergences et divergences d’opinion

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales