Guerre des images en Syrie : Pourquoi le plagiat fait-il florès ?

Image des frappes russes en Syrie montrée à la télévision française pour illustrer des frappes occidentales© Ministère de la Défense de la Fédération de Russie Source: Reuters
Image des frappes russes en Syrie montrée à la télévision française pour illustrer des frappes occidentales

Si la coalition menée par les Etats-Unis frappe réellement Daesh, alors pourquoi les chaînes d’actualités occidentales montrent les images des frappes russes ? Selon Neil Clark, il faut s’attendre à davantage de plagiat dans les mois à venir.

Ce n’est pas sympa lorsque quelqu’un d’autre s’attribue le mérite de votre dur labeur. C’est encore pire lorsque cette même personne vous critique, en même temps que de se faire son éloge jusqu’au ciel. C’est pourtant ce qu’il se passe avec la Russie au sujet de son opération anti-terroriste en Syrie.

Ce «plagiat qui détone» marque un nouveau plongeon dans la désespérante guerre de propagande antirusse

France 2, propriété de l’Etat, a utilisé les images des frappes aériennes russes en Syrie non pas pour saluer les efforts de Moscou dans sa lutte contre Daesh, mais pour illustrer les «réussites» de la coalition occidentale/du Golfe (dont la France est membre) à la place.

Le même programme d’information a fortement critiqué les actions de la Russie, en même temps que de diffuser en permanence l’image qui montre comment la Russie botte les fesses de Daesh. A quel point cela est-il injuste ?

Peut-être que la semaine prochaine la télévision d’Etat française montrera l’image de la victoire de l’armée rouge sur la Wehrmacht durant la bataille de Koursk avec une voix off faisant l’éloge de l’effort héroïque des résistants français durant la Seconde Guerre mondiale. Ou montrera un vieux film de Spoutnik 1 lancé dans l’espace en disant que les «Occidentaux étaient les premiers».

Lire aussi : Le ministère russe des Affaires étrangères à RT : certains médias occidentaux font de la propagande

Ce «plagiat qui détone» marque un nouveau plongeon dans la désespérante guerre de propagande antirusse. La Russie a été fustigée pour être intervenue en Syrie, tandis que dans le même temps, les pays occidentaux revendiquent le mérite de l’efficacité des opérations anti-Daesh/anti-terroristes menées par la Russie. Le mot «culot» a été massivement redéfini au cours des derniers mois.

Il est intéressant de noter que France 2 n’a pas été la seule chaîne à utiliser les images des frappes aériennes russes pour louer les actions occidentales. En novembre, PBS NewsHour aux Etats-Unis a montré une vidéo de bombardiers russes Sukhoi frappant une installation pétrolière de stockage et un grand dépôt de camions-citernes. La voix off a déclaré «Pour la premier fois, les Etats-Unis attaquent les camions de livraison du pétrole».

Répétez après moi : "Les bombes occidentales sont bonnes – elles «libèrent» les gens. Les bombes russes sont mauvaises – elles tuent des civils innocents !"

En décembre, RT a fait un reportage sur l’utilisation d’images russes par Euronews – ces derniers les ont diffusées pour illustrer un commentaire d’un représentant militaire américain qui parlait du succès de la coalition anti-Daesh.

En même temps que les chaînes d’actualités occidentales font passer les frappes aériennes russes anti-Daesh comme étant celles de la coalition, ces grands mauvais «Russkies» sont régulièrement attaqués pour avoir «visé les civils» ou des «rebelles modérés».   

Assez curieusement, on n’a presque rien entendu au sujet des civils tués lorsque les Etats-Unis et ses alliés commençaient à bombarder Daesh en 2014, mais depuis que la Russie a commencé à le faire, l’indignation est à la mode. Nous avons assisté au spectacle réellement nauséabond des néo-conservateurs assoiffés de sang prônant la guerre en Irak, qui mouraient d’envie de bombarder la Syrie depuis des années, qui se sont métamorphosés en humanitaires concernés dès que les premiers avions russes ont décollé.

Répétez après moi : «Les bombes occidentales sont bonnes – elles «libèrent» les gens. Les bombes russes sont mauvaises – elles tuent des civils innocents !»

Bien sûr, toutes ces bêtises continuent parce qu’en intervenant contre Daesh et les affilés d’Al-Qaïda, en Syrie, la Russie a mis l’Occident au pied du mur et a montré le vrai visage d’imposture de la «guerre contre le terrorisme». Un changement de régime, ou à défaut, la balkanisation de la Syrie a depuis toujours été le principal objectif des Etats-Unis et de ses alliés.

Ce n’est pas une «théorie de complot». Un document déclassifié des renseignements secrets américains qui date d’août 2012 mentionne la «la possibilité de créer une principauté salafiste déclarée ou non déclarée» en Syrie, «exactement ce que souhaite les pouvoirs qui soutiennent [le changement de régime] et l’opposition, afin d’isoler le régime syrien». 

«Les implications sont suffisamment claires» a déclaré Seumas Milne du Guardian au sujet des documents déclassifiés. «Un an après la rébellion syrienne, les Etats-Unis et ses alliés ont non seulement appuyé et armé l’opposition, sachant qu’elle était dominée par des groupes sectaires extrémistes ; ils étaient prêt à consentir la création d’une sorte d’«Etat islamique» comme d’un tampon sunnite pour affaiblir la Syrie».

Découvrez les avions de combat russes grâce à l'enquête spéciale : «Puissance de feu dans les airs»

Le problème à présent est que la Russie souhaite réellement vaincre Daesh, Al-Qaïda, al-Nosra et compagnie et fait un assez bon travail pour y parvenir. Les élites occidentales se sont prises à leur propre piège lorsqu’on regarde les opinions publiques nationales. A juste titre, un Américain moyen, un Britannique moyen, un citoyen français moyen veut voir Daesh mordre la poussière. Le problème, c’est que les élites occidentales ne souhaitent pas voir Daesh vaincu, ils souhaitent seulement leur couper un peu les ailes. Donc que faire ?

La coalition sous commandement américain ne s’est pas montrée vraiment désireuse de partager ses informations sur ce qu’elle est en train de faire en Syrie

La réponse est simple : déclarez les actions russes anti-Daesh et ses succès comme étant les vôtres, en même temps que de dénigrer et critiquer systématiquement l’intervention russe en Syrie. Cela explique à la fois l’actuelle vague de plagiat qui fait florès et les faux outrages au sujet de la Russie «ciblant les civils».

Ce qui ne peut évidemment pas être admis est que la coalition occidentale/du Golfe n’a fait que très peu comparé au coup porté à Daesh par la Russie. Cela va présenter les Russes comme de bons gars, et ça, ça ne se fait pas !

«C’est une source de douleur constante pour moi, que tout ce que nous faisons est sapé par les Russes» a déploré le ministre des Affaires étrangères britannique Philip Hammond plus tôt dans ce mois, et c’est vrai. Le Royaume-Uni voulait un changement violent de régime en Syrie et la Russie a déjoué ce plan. Et pendant que les chaînes d’actualités occidentales montrent les images de la Russie qui bombarde l’Etat islamique, tout en les présentant comme des attaques de la coalition, le néoconservateur Hammond accuse la Russie de «ne pas bombarder Daesh».

C’est révélateur que contrairement à la Russie, la coalition sous commandement américain ne s’est pas montrée vraiment désireuse de partager ses informations sur ce qu’elle est en train de faire en Syrie. En décembre, le porte-parole du ministère de la Défense russe, le major Igor Konachenkov, a indiqué qu’il n’y avait pas de tournées de presse sur les bases de la coalition occidentale.

Aucune frappe n’a été menée depuis le 6 décembre par la Royal Air Force en Syrie, pour un total bien maigre de quatre frappes

Et maintenant, jetons un coup d’œil à ce que fait la Grande-Bretagne, ou plutôt, sur ce qu’elle ne fait pas. Souvenez-vous du débat parlementaire sur la question du bombardement de la Syrie le 2 décembre dernier. A l’époque, on nous a dit qu’il ne doit y avoir aucun retard dans l’autorisation d’une action militaire contre Daesh. «On doit à présent confronter le mal», tel était le cri de ralliement. Il n’y a pas une minute à perdre ! Mais en janvier, The Daily Telegraph a révélé qu’aucune frappe n’a été menée depuis le 6 décembre par la Royal Air Force sur des cibles en Syrie, pour un total bien maigre de quatre frappes.

Est-ce que cela s’apparente à une campagne déterminée du gouvernement néoconservateur britannique pour écraser Daesh ? The Daily Telegraphcite l’expert en aviation militaire Jon Lake : «il y a une déconnexion presque totale entre le débat politique brûlant en Grande-Bretagne au sujet de la Syrie et ce que le Gouvernement a réellement fait. La campagne aérienne britannique en Syrie est jusqu’à présent en gros un non-événement».

Et le Secrétaire d'État des Affaires étrangères britannique a le culot d’accuser la Russie de «ne pas bombarder Daesh». Pas besoin d’être Hercule Poirot ou Sherlock Holmes pour voir qu’il y a anguille sous roche.

Si la coalition menée par les Etats-Unis frappe Daesh si vigoureusement (et on nous dit que plus de 3 200 attaques ont été menées sur des «zones tenues par Daesh» depuis le 22 septembre 2014), alors pourquoi les chaînes d’actualités occidentales montrent-elles des images russes ? On peut se demander pourquoi la coalition ne nous submerge pas d’images de ses avions frappant Daesh ? Cela n’a aucun sens, sauf si on s’accorde à dire que l’Occident, malgré ses discours musclés, ne fait que prétendre combattre Daesh. Donc allons critiquer le pays qui combat véritablement le terrorisme en Syrie et s’attribuer le mérite pour ses opérations.

Attendez-vous à davantage de «plagiat qui détone» dans les mois à venir, les gars. Les frappes aériennes russes en Syrie sont réellement une chose extrêmement affreuse. Sauf quand il s’agit de les faire passer pour les nôtres.

DU MÊME AUTEUR : «L’Armée syrienne libre ne se joindra pas à Assad contre l’EI car ce n’est pas le plan américain»

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales