«L’Armée syrienne libre ne se joindra pas à Assad contre l’EI car ce n’est pas le plan américain»

Source: RIA NOVOSTI

Moscou a proposé à plusieurs reprises à tous les acteurs participant à la guerre contre Daesh en Syrie d’unir leurs efforts pour éliminer les terroristes. Mais l’analyste politique britannique Neil Clark est persuadé que Washington s’y opposera.

RT : Les hauts responsables russes ont plusieurs fois appelé à réunir toutes les parties qui luttent contre les terroristes, y compris les rebelles soi-disant «modérés» et le gouvernement syrien. Cette idée semble saine, mais est-ce que cette mesure peut aider à lutter contre Daesh ?

Neil Clark (N.C.): C’est possible mais encore une fois on ne sait pas qui sont ces gens. Un ancien correspondant militaire a écrit que l’Armée syrienne libre pourrait se reposer dans les cafés d’Istanbul et boire du café. Et c’est le problème qui nous est posé. Je ne pense pas qu’il soit plus difficile de lutter contre Daesh. Il est évident qu’il faut établir une coalition plus large pour lutter contre Daesh. En ce qui concerne les Etats-Unis, je ne pense pas qu’ils souhaitent que l’Armée syrienne libre se joigne à l’armée syrienne parce que le premier but américain est toujours de renverser le gouvernement syrien et c’est son problème dans la lutte contre Daesh. Les Etats-Unis n’ont pas répondu aux intentions russes de manière très positive.

RT :Mais qui compose cette opposition modérée dont parle la France ?

N.C. : On ne connait même pas le nombre de ces rebelles modérés ni leur localisation. Mais depuis que la Russie a commencé ses frappes, ils sont partout. Selon les Américains, Daesh était partout il y a quelques semaines, maintenant l’Etat islamique est nulle part et les Russes bombardent les rebelles modérés. Tout cela est trop vague, on doit savoir qui sont ces gens en réalité. Il faudrait aussi déployer des troupes au sol pour soutenir la campagne russe et l’Armée syrienne libre est la force la mieux placée pour cela. Je suis plutôt sceptique sur le fait que d’autres forces puissent le faire car on ne sait ni qui ils sont, ni quel est leur nombre.

RT :Le Pentagone a annoncé sa volonté de donner à la Russie certaines informations techniques mais pas d’informations sensibles. Les Américains ont aussi précisé qu’ils refusaient de coopérer avec la Russie en raison de sa politique actuelle et effective en Syrie. Est-ce que vous vous attendiez à des réponses négatives de Washington aux propositions russes ?

N.C. : Oui, je m’attendais à ces réponses car Poutine met à jour le bluff des Américains et des Britanniques dans leur lutte contre Daesh. S’ils étaient vraiment préoccupés par la défaite de l’organisation terroriste, ils partageraient des informations sensibles avec tous les pays qui veulent que Daesh soit vaincu, en édifiant une coalition qui soit la plus large possible. Et la Russie ne fait que dire qu’elle veut abattre Daesh, qu’elle souhaite partager des informations utiles et les Américains.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales