Municipales : Emmanuel Macron en capitaine de parti pour sauver LREM ?

Municipales : Emmanuel Macron en capitaine de parti pour sauver LREM ?© POOL Source: Reuters
Emmanuel Macron prend les choses en main pour les municipales (image d'illustration).

Déjà impliqué lors des européennes, le président de la République tente tant bien que mal de résoudre certains conflits internes au sein de La République en marche avant les municipales. De fait, n'y aurait-il pas le feu dans la maison macroniste ?

Président de la République, Emmanuel Macron s'arroge-t-il également le rôle de président de parti à l'occasion des campagnes électorales ? Les municipales du 15 et 22 mars 2020 s'annoncent en tout cas délicates pour le parti de la majorité, La République en marche (LREM). Le ministère de l'Intérieur a d'ailleurs hâté une directive début janvier pour gonfler artificiellement le score du parti en effaçant de fait les communes de moins de 9 000 habitants des résultats nationaux. Pratique : la sociologie électorale de LREM étant davantage située dans les villes les plus importantes, l'ancrage du Rassemblement national (RN) étant pour sa part plus fort dans les petites communes.

La République en marche se prépare-t-elle à un éventuel camouflet pour ce scrutin ? Si elle assume sa politique que désapprouvent une partie pour le moins importante des Français, son score électoral est aussi potentiellement affaibli par les dissensions en interne. Dans cette logique, Emmanuel Macron ne peut se résoudre à voir le parti présidentiel tomber en quenouille. Tout semble laisser en outre penser qu'il est le seul maître à bord, le parti dirigé par Stanislas Guerini attendant de lui les décisions cardinales.

LREM s'est par exemple illustrée pour son laxisme à Lyon entre deux candidatures macronistes concurrentes, en lice pour la ville et la métropole. Emmanuel Macron a dû s'impliquer personnellement pour adouber Gérard Colomb. Sauf que, le dossier étant sensible, ni LREM ni Emmanuel Macron n'ont formulé de remontrances fermes à l'encontre des dissidents, certains d'entre eux étant des soutiens de la première heure d'Emmanuel Macron en 2016.

Cette apathie a certainement donné des idées dans d'autres localités. A commencer par Paris où le député LREM Cédric Villani a fait fi de la décision du parti d'investir Benjamin Griveaux pour l'élection. Or, vitrine du macronisme, Paris pouvait être perçue comme une victoire symbolique et forte. La guéguerre macronienne entre Benjamin Griveaux et Cédric Villani ne fait qu'affaiblir LREM. Aucun des deux, lors d'un dernier sondage, n'arrive effectivement à dépasser dans les intentions de vote, la maire sortante PS Anne Hidalgo et l'élue parisienne Les Républicains Rachida Dati. La mascarade a trop duré pour l'Elysée, certainement pressé d'en finir avec la forme «liquide» et inefficace du parti. Emmanuel Macron décide alors de taper du poing sur la table. Le 26 janvier au château, il convoque directement Cédric Villani pour qu'il retire sa candidature. Cela n'empêche pourtant pas le fantasque député de l'Essonne, le soir même de cette rencontre, de faire un pied de nez au chef de l'Etat en maintenant sa candidature.

Un affront pour le président de la République. Cédric Villani est officiellement exclu de La République en marche, le 29 janvier. La plaisanterie ayant assez duré. Coïncidence ou non, la même semaine, l'Elysée communique le retrait des candidatures à Biarritz de deux membres du gouvernement, en concurrence sur la ville. La situation était devenue là aussi absurde, engageant une lutte intestine au sein de la macronie et de l'exécutif, médiatiquement catastrophique pour l'image de LREM.

Emmanuel Macron, seul taulier de la maison LREM ?

Emmanuel Macron a tranché dans le vif : le secrétaire d’Etat au Tourisme et au Commerce extérieur Jean-Baptiste Lemoyne explique, le 30 janvier, avoir renoncé à la demande du «patron» Emmanuel Macron à se présenter aux municipales à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques). Le chef d'Etat avait également reçu le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume pour lui demander de «mettre fin à son engagement» à Biarritz.

Il faut d'autant plus éteindre ces feux que la baraque LREM se fissure depuis plusieurs mois par la cascade de départs chez les députés, avec une accélération début janvier (Paula Forteza, Annie Chapelier, Valérie Petit, etc.).

Autant dire qu'Emmanuel Macron, en maître des horloges, veut sauver le soldat LREM après avoir sauvé le soldat Loiseau durant les européennes de 2019. Emmanuel Macron avait effectivement pris en main la campagne des européennes durant les dernières semaines. S'affichant sur les tracts de campagne, il semblait sortir de sa stature «jupitérienne» de président de la République pour se fondre en un capitaine de parti. Certes, Emmanuel Macron a perdu la bataille européenne alors que celle-ci devait le légitimer en tant que leader européen du progressisme face à «la lèpre nationaliste». Ce nonobstant, le principal parti d'opposition, le Rassemblement national (RN), a devancé LREM de moins d'un point (le RN rassemblant 23,34% des voix, LREM 22,42%). Les sondages précédents pouvaient laisser présager d'une débâcle électorale plus importante. D'aucuns diront d'ailleurs que l'engagement d'Emmanuel Macron aura permis à la majorité présidentielle et sa liste Renaissance de limiter la casse lors du scrutin. A se demander si La République en marche ne se reposerait pas uniquement sur les épaules d'Emmanuel Macron et si le parti a une possibilité d'existence sans Jupiter.

Bastien Gouly

Lire aussi : Circulaire Castaner au Conseil d'Etat : les sages se penchent sur les six recours de l'opposition

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»