Dénonçant un «mouvement hors sol» et des «apparatchiks», une nouvelle députée quitte LREM

- Avec AFP

Dénonçant un «mouvement hors sol» et des «apparatchiks», une nouvelle députée quitte LREM© Kenzo TRIBOUILLARD Source: AFP
Annie Chapelier, députée de La République en Marche (LREM) du Gard, s'exprime lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris, le 19 juin 2019.

Déçue de la direction que prend selon elle LREM, la députée du Gard Annie Chapelier a décidé d'en sortir. L'élue déplore le manque d'«intelligence collective» du mouvement tout en assurant que son engagement auprès d'Emmanuel Macron reste «total»

La députée du Gard Annie Chapelier a annoncé, le 20 janvier, avoir décidé de quitter La République en Marche (LREM), ne se reconnaissant «plus en rien» dans le parti macroniste. 

«Je choisis de quitter La République en Marche, parti dans lequel ne se retrouve plus aucune des valeurs qui ont été à l'origine de mon engagement», a indiqué l'élue dans un communiqué.

Un mouvement hors sol, indifférent aux territoires et clivant les députés en deux groupes

La députée reste néanmoins apparentée au groupe LREM à l'Assemblée nationale. Le groupe majoritaire a enregistré, depuis le début de la législature en 2017, une dizaine de départs et quelques passages de membres à part entière à apparentés.

Annie Chapelier, membre de la commission des Affaires étrangères, assure que son engagement auprès d'Emmanuel Macron «reste total». Elle déclare à l'AFP soutenir le programme du chef de l'Etat, «en particulier la réforme des retraites», mais estime que le mouvement, dans «la mise en œuvre», n'arrive pas à se «faire comprendre». Elle juge aussi l'enjeu climatique «insuffisamment pris en compte».

La députée dénonce «un mouvement hors sol, indifférent aux territoires et clivant les députés en deux groupes : d’un côté des apparatchiks, petits chefs plus ou moins autoproclamés et, de l’autre, une masse, insignifiante à leurs yeux à qui on demande une allégeance et une obéissance aveugles».

Infirmière anesthésiste de profession, l'élue, qui revendique l'engagement «d'une citoyenne en politique», a expliqué à l'AFP avoir pris sa décision «mûrement réfléchie» à l'occasion d'un bilan de mi-mandat, récusant tout enjeu local, lié notamment aux élections municipales. 

LREM devait fonctionner différemment «avec l'intelligence collective, la participation citoyenne», mais le parti ressemble à «n'importe quel autre», a-t-elle déploré. «On a mis à la mode des mots comme "disruptif" et "bienveillance". Où sont passés tous ces termes ?», s'est encore interrogée la députée.

Lire aussi : Municipales 2020 : dans un guide, LREM conseille à ses candidats de ne pas afficher le logo du parti

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»