En visite en France, le ministre de la défense Saoudien aurait essayé de rencontrer François Fillon

En visite en France, le ministre de la défense Saoudien aurait essayé de rencontrer François Fillon© Jacky Naegelen Source: Reuters
Mohammed ben Salmane lors de sa rencontre avec François Hollande

Sollicité pour une rencontre avec Mohammed ben Salmane, fils du roi Saoudien, François Fillon aurait décliné, s'abstenant de répondre à l'invitation. Une attitude qui tranche avec la posture actuelle du gouvernement socialiste à l'égard du royaume.

Présent à Paris durant la semaine du 12 décembre, le ministre Saoudien de la Défense, Mohammed ben Salmane, se serait vu refuser un entretien avec le candidat Républicain à l'élection présidentielle française, rapporte Le Figaro.  

La diplomatie saoudienne sentirait-elle le vent tourner ? Alors que le gouvernement de François Hollande met en oeuvre une politique très favorable à Riyad, client important pour l'industrie française de l'armement, cela n'est pas le cas du grand favori de l'élection présidentielle de 2017. En août 2016, ce dernier avait notamment appelé à «revoir» les relations de la France avec l'Arabie saoudite, position qu'il a maintenue à plusieurs reprises, y compris en accusant le royaume d'être en partie responsable de la situation en Syrie

«Nous avons effectivement reçu plusieurs demandes émanant de plusieurs sources pour que le prince rencontre François Fillon, mais nous n'y avons pas répondu, pour l'instant», ont confié au Figaro des proches du candidat

Avant la primaire de la droite, Riyad avait concentré ses efforts sur l'ex-favori des sondages, dont la ligne diplomatique était en adéquation avec l'Arabie saoudite. Notamment sur la situation en Syrie, où Alain Juppé avait clairement exprimé son désir de voir Bachar el-Assad quitter le pouvoir

Lire aussi : L'équipe de Fillon en guerre contre le sobriquet de «Farid Fillon» dont la «fachosphère» l'affuble

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales