L'équipe de Fillon en guerre contre le sobriquet de «Farid Fillon» dont la «fachosphère» l'affuble

L'équipe de Fillon en guerre contre le sobriquet de «Farid Fillon» dont la «fachosphère» l'affuble© Thomas Samson / Reuters Source: Reuters
L'équipe de François Fillon, candidat des Républicains à la présidentielle de 2017, veut combattre la "fachosphère" et le surnom "Farid Fillon"

Apparemment inquiète de la montée sur internet des attaques sur la complaisance supposée de François Fillon envers l'islamise radical, son équipe ne compte pas rester passive et dénonce «les extrémistes présents sur les réseaux sociaux».

«C’est ce qu’on appelle un coup de la fachosphère. La fachosphère, c’est les extrémistes qui, comme chacun sait, sont les plus présents sur les réseaux sociaux. Je ne sais pas si c’est le Front national précisément, mais ce sont les extrémistes qui alimentent cette fachosphère dont l'objectif est de reproduire le coup d’Ali Juppé.» Telle est l'analyse de Jérôme Chartier, conseiller de François Fillon, quant à l'émergence ces derniers temps du sobriquet de «Farid Fillon» sur les réseaux sociaux, et principalement sur Twitter.

Invité par l'émission Le Grand Jury à réagir à cette tendance, qui fait écho au surnom d'«Ali Juppé» popularisé lors de la campagne des primaires de la droite et supposé dénoncer la complaisance dont témoignerait Alain Juppé à l'égard de l'islam radical, Jérôme Chartier a tenu à mettre les points sur les i : «Ça n’a rien de spontané, c’est un mouvement parfaitement organisé par la fachosphère et le simple fait de les dénoncer, c’est commencer à les combattre.»

La raison principale de ce surnom semble provenir d'une photographie sur laquelle François Fillon pose tout sourire aux côtés de Salih Farhoud, recteur de la mosquée de Stains (Seine-Saint-Denis), qui fait l’objet d’une fermeture administrative depuis le 2 novembre 2016. Elle aurait accueilli des islamistes, dont certains auraient tenté de mener une action terroriste en France. 

L'entourage de François Fillon avait dans un premier temps dénoncé un photomontage, avant qu'une vidéo ne soit exhumée, prouvant que la rencontre entre les deux hommes avait bel et bien eu lieu. Les utilisateurs de Twitter s'en sont donnés à cœur joie, assumant parfois le parallèle avec Alain Juppé, non sans ironie.

La plupart des comptes d'utilisateurs relayant le surnom de «Farid Fillon» indiquent appartenir à la mouvance identitaire, parfois au Front national. Pour appuyer leur propos, les internautes n'hésitent pas à accompagner leurs messages de photographies présentant le candidat en compagnie de représentants du culte musulman.

D'autres relaient d'anciennes déclarations de François Fillon censées prouver son revirement sur la question religieuse.

Les propos de Jérôme Chartier ont d'ores et déjà fait réagir les internautes qui emploient l'expression de «Farid Fillon», et que ce dernier a qualifié d'«extrémistes». La plupart estiment qu'ils ne font qu'exposer des faits.

Signe de l'importance des tendances sur les réseaux sociaux et de leur pouvoir conséquent, en novembre dernier, Alain Juppé avait qualifié son surnom d'«Ali Juppé» de «dégueulasse», tout en lui attribuant une part de la responsabilité dans son échec. Sans doute est-ce la raison pour laquelle Jérôme Chartier a souligné qu'il ne «laisserait pas faire» ce qu'il estime être une manœuvre de la «fachosphère».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales