Censure de Trump : la chute en bourse des géants du numérique se poursuit

Justin TALLIS Source: AFP
Les logos de Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft sur un écran de smartphone, le 17 décembre 2020 (image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Les géants américains du numérique continuent à voir leur valeur boursière diminuer à la suite de mesures prises contre Donald Trump. Une dégringolade qui a déjà fait chuter de 51 milliards de dollars la valeur en bourse de Facebook et Twitter.

Facebook, Twitter, Google, Amazon et Apple ont connu depuis le 11 janvier une baisse importante du cours de leurs actions. Si ces trois dernières se sont redressées le 13 janvier, Facebook et Twitter continuent leur dégringolade. Une situation concomitante aux mesures prises contre contre Donald Trump et ses soutiens, qu'ils s'agisse de suppressions de compte ou d'entraves à l'application alternative Parler. 

Le 11 janvier à la fermeture des marchés, les actions des deux réseaux sociaux Facebook et Twitter affichaient respectivement un repli de 4% et 6,4%. Les actions d'Apple et de Google baissaient quant à elles de 2,3%, (après une fort hausse de Google enregistrée depuis le 6 janvier), tandis que l'action Amazon perdait 1%. Malgré un léger rebond le 13 janvier, ces trois dernières ont replongé pour retrouver le lendemain une valeur similaire à celle du 11 janvier. 

Les actions des deux réseaux sociaux Facebook et Twitter continuent en revanche à dégringoler, avec des baisses de respectivement 2,4% et 3% à la clôture le 14 janvier. Cette baisse constante depuis le 11 janvier équivaut à une perte de 51 milliards de dollars de la valeur de Facebook et du réseau à l'oiseau bleu, selon le site économique Business Insider

Des décisions justifiées par des risques «d'incitation à la violence» 

Cette chute en bourse des deux réseaux sociaux californiens est intervenue après l'annonce par Mark Zuckerberg du blocage des comptes Facebook et Instagram de Donald Trump pour une durée indéterminée, et de celle par Twitter de la suspension du compte du président américain, puis de 70 000 comptes liés au mouvement QAnon. Deux décisions justifiées par des risques «d'incitation à la violence» à la suite de l'intrusion de supporters de Donald Trump dans le Capitole le 6 janvier dernier. Le 13 janvier, c'était au tour de YouTube − propriété de Google − de bannir la chaîne du président américain. 

Le 8 janvier, Google retirait de sa boutique d'application Play Store le réseau social Parler, devenu le refuge de nombreux conservateur et de partisans de Donald Trump, là encore en raison de la présence de messages «incitant à la violence». Une démarche suivie par Apple deux jours plus tard. Amazon a, quant à lui, coupé le 11 janvier l'accès à ses serveurs à Parler, ce qui a mis le réseau social hors service. Une action contre laquelle Parler a décidé de porter plainte, comme le rapporte le média américain The Hill.


Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»