Donald Trump est-il fou ou visionnaire de vouloir provoquer la Chine ?

Donald Trump est-il fou ou visionnaire de vouloir provoquer la Chine ? © Jonathan Ernst Source: Reuters
Donald Trump devant un parterre de diplomates lors d'un repas avant son investiture.

En menaçant Pékin de taxes douanières et de revenir sur le principe de la Chine unique, Donald Trump donne des sueurs froides à Pékin. Le journaliste économique Jean-Michel Quatrepoint y voit une stratégie de négociations périlleuse mais ambitieuse.

RT France : A la veille de l'investiture de Donald Trump et en plein forum de Davos, de nombreux spécialistes s'inquiètent d'une possible guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Les responsables chinois se montrent rassurants mais la peur subsiste dans les médias du pays. Une guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis est-elle réellement envisageable ?

Jean-Michel Quatrepoint (J.-M. Q.) : C'est un nouveau rapport de force qui se crée, donc une guerre économique n'est pas exclue. Donald Trump regarde les chiffres. En les regardant que voit-il ? Il se rend compte que son pays a des déficits commerciaux très importants avec quelques pays. Le premier et le plus important c'est avec la Chine : 360 milliards de dollars. Viennent ensuite l'Allemagne avec 75 milliards, le Japon 69 milliards et le Mexique avec 50 milliards de dollars. Le but de Donald Trump est de réduire ces déficits commerciaux car ils se payent avec de la dette et entraînent des délocalisations et des pertes d'emplois dans le domaine manufacturier. Il semble vouloir essayer de rééquilibrer son commerce extérieur. C'est donc logiquement avec la Chine qu'il veut entamer son bras de fer économique. 

Mais avec Pékin, on sort du cadre strictement économique. Il y a aussi un problème d'ordre géopolitique. Il faut bien comprendre que les Etats-Unis sont un pays qui n'a jamais subi d'invasion. Ils ont envahi d'autres pays mais ne l'ont jamais été. Alors que dans le monde toutes les grandes puissances en ont fait l'expérience. Les pays européens, la Chine et la Russie le savent bien. Or, si les Américains n'ont jamais vécu cela c'est parce qu'ils se considèrent comme une île-continent qui a la maîtrise des mers. Les Etats-Unis ont eu une très mauvaise expérience avec le Japon et Pearl Harbor ce qui les a poussés à tout faire pour éviter que cette situation se reproduise. D'où leur volonté de brider la flotte maritime chinoise et les tensions en mer de Chine méridionale. Pour les Chinois, cette mer est vue comme intérieure, comme leur étranger proche. De la même manière que les Russes estiment que les pays à leur frontière occidentale sont leur étranger proche et doivent de ce fait être neutres et non hostiles. Vous avez donc une situation où les Etats-Unis ne veulent pas que Pékin développe une marine offensive et la Chine qui ne veut pas que les Américains se comportent en mer de Chine comme si c'était leur chasse gardée.

Avec la Chine c'est peut-être la première fois que les Américains sont confrontés à un adversaire qui joue sur le même registre qu'eux. C'est un véritable défi

Que dit Donald Trump au milieu de ce bras de fer ? Il utilise Taiwan comme un levier, comme une menace au principe de la Chine unique. Il se met ainsi en position de négocier avec les Chinois qui ont pour ambition de se développer tout azimut pour retrouver le rang qui était le leur au XVIIe siècle, c'est-à-dire la première puissance commerciale mondiale. La Chine a sa stratégie de récolter le plus d'argent via ses exportations. Avec cet argent elle développe son aire d'influence dans le monde entier, son soft power. Elle était l'usine du monde, elle veut devenir le laboratoire du monde. C'est peut-être la première fois que les Américains sont confrontés à un adversaire qui joue sur les mêmes registres qu'eux. L'URSS à son époque était un compétiteur idéologique et militaire mais pas économique, contrairement à la Chine qui joue sur tous ces tableaux. Pour les Américains, c'est un vrai défi. Donald Trump cherche également à revenir sur la politique menée par Barack Obama et Hillary Clinton visant à isoler et à punir la Russie et la Chine en divisant pour mieux régner. Il n'est pas l'imbécile qu'on a voulu décrire : c'est une vraie stratégie.

Ce n'est donc pas impossible qu'on débouche sur une guerre commerciale. Mais cela peut aussi permettre au bout du compte aux deux pays de trouver un compromis qui pourrait bénéficier aussi reste du monde

RT France : Cette offensive contre la Chine qui touche à l'économie, au symbolique et à la géopolitique n'est-elle pas étonnante venant d'un homme qui a été élu en plaidant qu'il s'occuperait des affaires américaines avant celles du reste du monde ?

J.-M. Q. : Donald Trump ne va pas donner des leçons de démocratie à Vladimir Poutine ou à Xi-Jinping. Je crois qu'il va simplement expliquer aux Chinois qu'ils ne peuvent pas continuer à accumuler des excédents commerciaux envers les Etats-Unis. Les Européens pourraient dire la même chose à Pékin. Il va peut-être également leur dire que les Etats-Unis ne souhaitent pas que leur flotte militaire devienne trop importante car elle risque de devenir agressive. La Chine, de son côté, risque de répondre qu'elle a encore besoin de ses excédents pour développer son marché intérieur et qu'elle ne renoncera pas à sa flotte. Ce n'est donc pas impossible qu'on débouche sur une guerre commerciale. Mais je pense que cela peut aussi permettre, au bout du compte, aux deux pays de trouver un compromis qui pourrait bénéficier aussi au reste du monde. Ce compromis pourrait se faire autour de la monnaie. Est-ce qu'il n'est pas temps de rebâtir un nouveau système monétaire international ? On voit bien que nous changeons de cycle économique. Le cycle néo-libéral a commencé le 15 août 1971 quand les Américains ont unilatéralement décroché le cours du dollar de celui de l'or et rendu les monnaies flottantes. Ce cycle s'achève. Si on veut rebâtir un nouveau système économique mondial, il faut repasser un accord monétaire mondial et qu'il y ait un minimum de stabilité dans le jeu des monnaies entre elles. Mais pour arriver à un tel compromis, il y aura d'importants bras de fers.

Donald Trump fait le calcul suivant : «J'ai besoin de Moscou contre Pékin et je ne peux pas risquer un jour que l'Allemagne et la Russie s'allient, je vais donc jouer la Russie»

RT France : Dans ces bras de fers, quelle position peut avoir l'Europe qui est à la fois un partenaire économique important de la Chine et des Etats-Unis? 

J.-M. Q. :  L'Europe se retrouvera dans une très mauvaise situation. Elle sera isolée. D'autant plus que les Etats-Unis ont comme obsession d'empêcher un rapprochement entre l'Allemagne et la Russie. Pourquoi ? L'Allemagne a les capitaux et la technologie tandis que la Russie a l'espace, les matières premières, sans parler de sa force militaire. Pour une partie des Américains, un rapprochement entre ces deux pays serait dangereux. Souvenez-vous en 2003 après le discours de Dominique de Villepin sur l'Irak, il y a eu une alliance entre Berlin, Paris et Moscou. Condoleezza Rice, la secrétaire américaine de l'époque, avait dit : «Il faut punir les Français, pardonner les Russes et ignorer les Allemands.» Leur hantise était la constitution d'un axe. Donald Trump fait donc le calcul suivant : «J'ai besoin de Moscou contre Pékin et je ne peux pas risquer un jour que l'Allemagne et la Russie s'allient, je vais donc jouer la Russie.» C'est d'autant plus malin que les Etats-Unis n'ont pas de problème économique avec ce pays. Il n'y a pas de déficit commercial, bien au contraire. On dit de Donald Trump qu'il est protectionniste. En réalité, il est dans une offensive contre les pays mercantilistes, ceux qui ont une politique basée exclusivement sur l'accumulation d'excédents commerciaux et quelque part aussi sur les multinationales qui ont accumulé énormément de profits grâce à ces pays-là. Le but de Donald Trump, c'est que tout cet argent revienne sur le territoire américain. Il n'a pas de volonté messianique. C'est une rupture avec des décennies de politique américaine fondée sur le consensus du néolibéralisme. Il est réaliste et pragmatique : il défend les intérêts de ceux qui l'ont élu. Des intérêts qui, bien entendu, ne sont pas les mêmes que ceux de la côte est, de la Silicon Valley ou de Washington. C'est pour cela qu'il sera vraiment intéressant de voir quelles évolutions et tournures prendront les relations économiques et diplomatiques sino-américaines. 

Le paradoxe, c'est que Donald Trump, qui n'est pas un homme politique, donne l'impression de vouloir au fond réhabiliter le politique

RT France : Mais aura-t-il seulement les moyens de mettre ces stratégies en place ?

J.-M. Q. :  Je vois deux écueils. D'abord l'establishment américain, dont il est pourtant issu mais qui l'a très rapidement isolé, qui va tout faire pour le faire tomber. Tout. Car il rompt avec une partie des dogmes du néo-libéralisme qui font consensus chez les démocrates et une grande partie des républicains.

Puis, il y a les multinationales qui sont très puissantes. Barack Obama s'y est cassé les dents en 2008. Il avait essayé en arrivant à la Maison Blanche de les faire plier. Il avait été élu pour remettre de l'ordre, pour mettre les multinationales au pas, recréer de l'emploi sur le territoire américain et faire rentrer de la matière fiscale en évitant l'optimisation. Il a très vite échoué. On va voir maintenant si Donald Trump, qui est lui-même issu du big business y arrivera après s'être entouré de vieux loups venant de Wall-street qui n'ont plus de carrière à faire et ont déjà fait fortune. Il fait déjà pression sur les groupes en disant : «Si vous délocalisez, je tweete et votre action baisse en bourse.» Est-ce que cela suffira pour que les multi-nationales se mettent au service des populations et arrêtent de s'ériger en pouvoir suprême qui n'a de comptes à rendre à personne ? Aucune idée. Mais le paradoxe, c'est que Donald Trump, qui n'est pas un homme politique, donne l'impression de vouloir au fond réhabiliter le politique.

Lire aussi : Les positions économiques de Donald Trump contre Pékin donnent-elles «le beau rôle» à la Chine ?

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.