«Trump est tout sauf idiot» : ses sorties sur la Chine unique et leurs conséquences (im)prévues

«Trump est tout sauf idiot» : ses sorties sur la Chine unique et leurs conséquences (im)prévues© Brendan McDermid Source: Reuters
Donald Trump s'adresse aux médias dans l'entrée de la Trump Tower de Manhattan.

Après avoir menacé de remettre en cause le principe de la Chine unique, Donald Trump donne des sueurs froides aux commentateurs. Pour le chercheur Jean-Vincent Brisset, il pourrait bouleverser de manière brutale et efficace les codes diplomatiques.

RT France : Alors que les Etats-Unis reconnaissent le principe de la Chine unique depuis 1972, Donald Trump a évoqué la possibilité de le remettre en question. Ce bouleversement de politique etrangère américaine pourrait-il mener à un conflit diplomatique et/ou économique entre les deux pays ?

Jean-Vincent Brisset (J-V. B.) : Si Donald Trump revient sur ce principe de manière brutale, le moins que l'on puisse dire, c'est que cela va remettre en question énormément de choses, notamment économiques, entre les Etats-Unis et la Chine. Un certain nombre de commentateurs vont expliquer que Donald Trump n'aura pas le droit de le faire, qu'il ne pourra pas remettre ce principe en question. Mais il faut se rendre compte que les Etats-Unis, comme la Chine, considèrent que les traités et accords ne sont pas immuables et qu'on peut revenir dessus et les renégocier. Le meilleur exemple, c'est le troisième communiqué de Shanghai dans lequel les Etats-Unis s'engageaient, il y a plus de trente ans de cela, à ne pas revenir, entre autres, sur les exportations de matériel militaires. Or les Etats-Unis sont revenus dessus sans aucun état d'âme et cela continue à ne pas poser de problème. Cela pourrait aussi être le cas ici.

Avec Donald Trump, on est sorti d'une certaine époque de la vie diplomatique où des personnes formatées décidaient de l'ensemble des relations internationales

RT France : Comment peut-on expliquer cette annonce de Donald Trump? Une menace pour pousser la Chine à revoir ses accords économiques avec les Etats-Unis?

J-V. B. : Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'il y a le discours actuel de Donald Trump et ce qu'il va se passer après le 21 janvier. Pour le moment, Donald Trump est en train de «marquer son coin», d'expliquer un certain nombre de ses idées mais il faudra voir ce qu'il va réellement faire. Je trouve qu'il y a une certaine excitation sur ce qu'il dit. Tant que ces propos ne sont pas confirmés par des actes, elle n'a pas lieu d'être. Je crois également qu'avec Donald Trump, comme avec le Brexit, on est sorti d'une certaine époque de la vie diplomatique où des personnes formatées d'une manière particulière décidaient de l'ensemble des relations internationales. On a maintenant en Occident des personnalités qui sortent du système d'une certaine classe politico-médiatique dans lequel on les a élevés. Il faut partir dans une autre direction. Est-ce jouable ou non ? C'est un autre problème.

Ce qu'on voit actuellement ce sont des politiques qui ont décidé de jouer autrement la partition des relations internationales. Un certain nombre de commentateurs se déconsidèrent en présentant Donald Trump comme un idiot. Il est tout sauf idiot ! Il est peut-être fou, pervers et bizarre, c'est certain, mais absolument pas idiot. C'est quelqu'un qui veut imposer un mode de fonctionnement différent, beaucoup plus proche du monde des affaires et du terrain et très éloigné de celui des discours et de la bien-pensance. Ça risque de provoquer avec la Chine et d'autres pays du monde des changements de relations brutaux. On a expérimenté jusqu'à présent des rapports policés selon les conventions diplomatiques, on va certainement revenir à des rapports beaucoup plus bruts et pragmatiques. Mais tirer dès aujourd'hui les conséquences pour le monde de ces bouleversements possibles, c'est extrêmement arrogant.  

RT France : Quelles conséquences pourraient avoir cette nouvelle dynamique des relations internationales entre les Etats-Unis et la Russie pour l'économie mondiale?

J-V. B. : Donald Trump compte jouer sur un autre registre. En tant que président des Etats-Unis, il peut se le permettre. Ce sera aux autres pays soit de refuser de jouer sa partition soit de s'adapter. La plupart des Etats du monde n'auront pas d'autre choix que de s'adapter. La question est de savoir s'ils s'adapteront de manière violente ou en changeant leurs propres règles au profit de celles dictées par Donald Trump. On entre dans une ère tout à fait nouvelle des relations internationales. Il n'est donc pas très sérieux d'essayer de faire des hypothèses sur l'avenir. Les dirigeants du monde, au lieu de faire des discours, devraient commencer à réfléchir à la suite.

Il y a beaucoup plus de raisons de fâcheries entre la Russie et la Chine que de rapprochements

RT France : Donald Trump a déclaré il y a quelques semaines qu'il comptait nouer des «relations fortes et durables avec la Russie et avec le peuple russe». Ce rapprochement souhaité par le président des Etats-Unis avec la Russie peut-il se passer d'une relation apaisée avec la Chine? 

J-V. B. : Quand on parle d'un rapprochement stratégique solide entre Moscou et Pékin, on est dans un discours qui est beaucoup plus revendiqué par les Chinois que par les Russes. Il y a beaucoup plus de raisons socio-politiques, démographiques, frontalières et écologiques de fâcheries entre la Russie et la Chine que de rapprochements. Tout rapprochement entre les Russes et les Américains sera certainement vu par la Chine comme un éloignement vis-a-vis d'elle de la part des deux pays. Les relations russo-américaines devront sans doute se passer sans la Chine.

Lire aussi : Cinq politiques que Trump devrait adopter au Moyen-Orient - pour la Russie et l'Amérique

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Parmi ces déplacements de campagne électorale, lequel jugez-vous le plus opportuniste ?

Résultats du sondage