«Alors que l'Amérique fait pivot vers l'Asie, la Russie et la Chine doivent coopérer davantage»

© Vitaliy Ankov Source: Sputnik

La mer de Chine méridionale «se transforme progressivement en un théâtre de rivalité internationale» : une rivalité entre les Etats-Unis, la Chine et la Russie, considère Andrew Leung, spécialiste indépendant de la Chine basé à Hong Kong.

Selon le ministère chinois de la Défense, la Chine et la Russie envisagent des exercices navals en mer de Chine méridionale en septembre. Le but de ces exercices est de renforcer la coopération entre les deux pays.

RT : Les exercices russo-chinois sont-ils importants concernant les rapport de forces dans la région ?

Andrew Leung (A. L.) : La mer de Chine méridionale se transforme progressivement en théâtre de rivalité internationale. Une rivalité entre les Etats-Unis et la Chine et entre la Chine et le Japon. Il y a en outre, bien évidemment, les diverses revendications à l’égard des îles impliquent un certain nombre de nations, y compris la Russie. Donc, concernant ce théâtre, c’est important. Mais bien sûr, la Chine et la Russie ont de nombreux points communs dans cette rivalité avec les Etats-Unis. Ainsi, les exercices doivent être envisagés dans ce contexte.

La Russie et la Chine doivent travailler ensemble, non seulement sur le plan militaire, mais aussi sur le plan économique

RT : Comment ces exercices peuvent-ils être bénéfiques aux deux nations ?

A. L. : Je pense que la Russie et la Chine doivent coopérer davantage sur un certain nombre de fronts. Parce que, en mer de Chine méridionale, il y a beaucoup de questions qui sont de plus en plus mises en avant. Et ce serait empiéter sur l'intérêt national des pays comme la Chine et la Russie. Donc, je pense que les deux parties doivent travailler ensemble, non seulement sur le plan militaire, mais aussi sur le plan économique. Par exemple, en Sibérie orientale, la Chine développe un partenariat économique avec cette partie de la Russie. Et la Russie a besoin de l'argent chinois pour développer ses infrastructures. Je pense que les deux parties voient des causes communes sur ce front. Mais il ne faut pas oublier que la Chine et la Russie ne sont pas à 100% unanimes, parce que la Russie, par exemple, craint que l'influence de la Chine en Sibérie orientale puisse déstabiliser la région. Il y a donc un certain nombre de questions que le deux pays n’envisagent pas de la même manière. Mais à cause du pivot de l'Amérique vers l'Asie, la Russie et la Chine doivent coopérer davantage.

Je ne pense pas que les exercices militaires vont déstabiliser beaucoup de pays de la région

RT : Cela mettrait-il plus de pression sur la Russie ? Les relations de la Chine avec d'autres pays militairement présents là-bas seront-elles plus tendues ?

A. L. : Je pense que tous les pays reconnaissent ces exercices pour ce qu'ils sont. Car ce n'est pas la première fois que la Russie et la Chine font des exercices en commun. Il y a des exercices militaires communs entre les Etats-Unis et le Japon, par exemple, et entre les Etats-Unis et le Vietnam, et les Philippines. Je pense que les exercices militaires ne sont pas quelque chose de nouveau. Je ne pense pas que cela va déstabiliser beaucoup d'autres pays de la région.

RT : La Chine a diffusé une vidéo qui déclarait que la mer de Chine méridionale lui appartenait. Quel résultat était attendu ?

A. L. : La Chine affirme cela depuis longtemps. Mais, la Cour d'arbitrage permanente de La Haye a rendu son verdict sur l'affaire présentée par les Philippines et le monde entier a pris connaissance de ce verdict. La Chine a dit dès le départ que la Cour n'avait aucune compétence pour trancher les disputes territoriales.

Lire aussi : La Chine et ses ambitions : les projets et la réalité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales