Sous la pression de Washington, la police canadienne termine l'évacuation du pont Ambassadeur

- Avec AFP

Pont ambassadeur Canada© Nathan Denette/The Canadian Press Source: AP
Cliché pris au Canada le 13 février 2022 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le pont Ambassadeur, axe stratégique entre les Etats-Unis et le Canada, a rouvert après sept jours de blocage, une issue pour laquelle Washington a fait pression. Mais les opposants aux mesures restrictives poursuivent leur occupation d'Ottawa.

«Le pont Ambassadeur est maintenant entièrement ouvert, permettant à nouveau la libre circulation du commerce entre les économies canadienne et américaine», a indiqué la société exploitante du pont le 13 février dans la soirée.

Quelques minutes plus tard les services frontaliers canadiens confirmaient dans un tweet : «Les opérations frontalières normales ont repris au pont Ambassadeur. Les voyages non essentiels sont déconseillés.»

Il a fallu deux journées à la police canadienne pour parvenir à évacuer ce pont, qui relie Windsor en Ontario à la ville américaine de Detroit, bloqué depuis 7 février par des opposants aux mesures restrictives. La police a indiqué qu'entre 25 et 30 protestataires avaient été arrêtés.

Pression de Washington

Une conseillère du président américain Joe Biden a exprimé la reconnaissance de Washington «pour les efforts résolus déployés par les forces de l'ordre [canadiennes] le long de la frontière pour parvenir à la levée complète des blocus».

Les Etats-Unis avaient fait pression sur le gouvernement canadien en lui demandant il y a quelques jours d'employer «les pouvoirs fédéraux» pour mettre fin à un blocage ayant des «conséquences sérieuses» sur l'économie américaine.

La fermeture du pont a notamment entraîné des perturbations pour l'industrie automobile des deux côtés de la frontière. Plus de 25% des marchandises exportées entre les Etats-Unis et le Canada transitent par ce pont. Plus de 40 000 personnes l'empruntent chaque jour.

Le mouvement de contestation canadien, qui entre dans sa troisième semaine, était parti de camionneurs protestant contre l'obligation d'être vacciné pour franchir la frontière entre le Canada et les Etats-Unis. Mais les revendications se sont étendues à un refus de l'ensemble des mesures sanitaires et, pour de nombreux manifestants, à un rejet du gouvernement de Justin Trudeau.

Ce dernier a indiqué dans un tweet le 13 février que son gouvernement «continue d'agir de toute urgence – pour protéger les emplois, la sécurité publique, nos quartiers et notre économie».

Des manifestations ont eu lieu pendant le week-end dans plusieurs villes canadiennes, dont Ottawa, Toronto et Montréal, et d'autres passages frontaliers demeurent bloqués dans les provinces du Manitoba et d'Alberta.

Cette contestation a inspiré d'autres initiatives similaires dans le monde. En France, des centaines de véhicules venus de tout le pays ont formé un Convoi de la liberté. Après un passage par Paris, ils ont fait escale le 13 février près de Lille, avant un rassemblement prévu ce 14 février à Bruxelles.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix