Cameroun : l’armée à la lutte avec Boko Haram pour la ville de Kerawa, dans le Nord

Le drapeau de Boko Haram a été planté dans la ville camerounaise© Stringer Source: Reuters
Le drapeau de Boko Haram a été planté dans la ville camerounaise

Les terroristes de Boko Haram se seraient emparés ce vendredi de la localité camerounaise de Kerawa. Suite à une riposte, l'armée gouvernementale en aurait ensuite repris le contrôle.

Très actif dans le nord du Cameroun, le groupe terroriste aurait fait une avancée en s’emparant de la ville de Kerawa. Celle-ci se trouve dans la région de l'Extrême-Nord, à la frontière avec le Nigéria, pays d'origine des combattants islamistes. Une source locale affirme cependant que l'armée nationale aurait repris le dessus.

Le site d'actualité Cameroon-Info précise que les terroristes y auraient planté leur drapeau ce vendredi. Le journaliste Guibai Gatama, directeur du journal camerounais L'Oeil du Sahel, fait état d'une contre-offensive de la part du gouvernement, affirmant que «d’importants renforts de l’armée camerounaise convergent vers Kerawa, encouragés par les populations», afin de riposter face aux terroristes.

Quelques dizaines de minutes après que l'information de la prise de Kerawa par Boko Haram soit tombée, Dave Solon, reporter à l'Oeil du Sahel, a déclaré que la ville était repassée sous contrôle des autorités camerounaises. La reprise de la ville par les troupes nationales a ensuite été confirmée, de source militaire.

Le groupe terroriste Boko Haram, qui a fait allégeance à l’Etat islamique, sévit au Cameroun, mais aussi dans des pays alentours comme le Nigéria, le Tchad, le Niger ou le Bénin. Outre les attaques armées, les combattants sont connus pour l’enlèvement de femmes et d’enfants (plus de 2 000 en moins de deux ans, selon l’ONG Amnesty International). Le Nigéria, où l'organisation a été créée, est frappé par une vague d'attentats-suicide, dont le dernier en date, ce vendredi, a tué au moins 28 personnes.

Alors que le gouvernement du Cameroun peine toujours à lutter contre Boko Haram, Barack Obama a récemment annoncé l'envoi de 300 soldats américains dans le pays pour tenter d'enrayer la progression des terroristes dans la région.

Aller plus loin : «Je préférerais mourir, plutôt que de suivre Boko Haram»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales