Conflit en Ukraine : les dernières informations

Conflit en Ukraine : les dernières informations© Konstantin Mihalchevskiy Source: Sputnik
en continu
Militaires russes à Armyansk en Crimée, Russie, le 24 février 2022 (image d'illustration) (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'intervention armée visant selon la Russie à «démilitariser» l'Ukraine, suit son cours, après la reconnaissance par Moscou de l'indépendance des républiques autoproclamées du Donbass. De nombreux pays dénoncent ce qu'ils qualifient d'invasion.

Mise à jour automatique
  • Le ministère de la Défense russe a fait savoir que «9 militaires russes [étaient] revenus du territoire sous contrôle du régime de Kiev à la suite des négociations».

    «En captivité, ils étaient exposés à un danger de mort. Les avions de l’aviation de transport militaire des Forces aérospatiales russes transporteront les militaires à Moscou où ils suivront un traitement médical et une réhabilitation dans des établissements médicaux. Tous les militaires libérés reçoivent l’assistance médicale et psychologique nécessaire», a ajouté le ministère.

  • «En raison des bombardements russes constants, nous évacuons les patients des hôpitaux de Kherson», a indiqué ce 25 novembre sur Telegram Iaroslav Ianouchevitch, à la tête de l'administration militaire de la ville de Kherson.

  • «A ce jour, selon nos informations, malheureusement, [à Kherson] au moins 100 personnes ont été exécutées sans procès, 200 personnes ont déjà disparu. Des arrestations ont lieu chaque jour», a déclaré ce 24 novembre à TASS Alexandre Malkévitch, conseiller du gouverneur par intérim de la région de Kherson, Vladimir Saldo.

  • Le dirigeant de la République populaire de Donetsk, Denis Pouchiline, a fait savoir que la Russie avait procédé à un échange de prisonniers avec l'Ukraine. «Aujourd’hui, nous récupérons 50 combattants russes qui étaient détenus dans des prisons ukrainiennes. Nous rendons autant de personnes à l’Ukraine, principalement des combattants des forces armées ukrainiennes», a-t-il expliqué sur Telegram.

  • Le ministère français des Affaires étrangères a accusé la Russie de se livrer à des «crimes de guerre» en Ukraine.

    «La France condamne avec la plus grande fermeté les bombardements massifs déclenchés par la Russie le 23 novembre contre Kiev, Lviv, et plusieurs autres villes ukrainiennes», a déclaré une porte-parole du quai d'Orsay dans un communiqué.

    «Ce ciblage systématique de la population à l'approche de l'hiver traduit une volonté claire de la Russie de faire souffrir le peuple ukrainien, de le priver d'eau, de chauffage et d'électricité pour saper sa résilience», a-t-elle poursuivi, ajoutant que «ces actes constituent à l’évidence des crimes de guerre».

  • La Russie a annoncé avoir distribué des passeports russes à plus de 80 000 habitants de quatre zones récemment rattachées à son territoire.

    «Depuis que les quatre régions ont été ajoutées à la Fédération de Russie, et conformément à la loi, plus de 80 000 personnes ont reçu un passeport en tant que citoyens de la Fédération de Russie», a déclaré le ministère russe de l'Intérieur, cité par les agences de presse russes.

  • Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé devant le Conseil de sécurité des Nations unies un «crime contre l'humanité» perpétré selon lui par la Russie qui s'est attaquée à certaines infrastructures énergétiques ukrainiennes.

    «Avec des températures en dessous de zéro, plusieurs millions de gens sans fourniture d'énergie, sans chauffage et sans eau, il s'agit évidemment d'un crime contre l'humanité», a-t-il fustigé lors d'une brève déclaration devant le Conseil de sécurité via une liaison vidéo durant une réunion d'urgence qu'il avait lui-même réclamée.

  • La centrale nucléaire de Zaporojia a de nouveau perdu son accès à l'électricité du fait des bombardements. Le refroidissement de son réacteur dépend désormais de générateurs d'urgence au diesel, a rapporté le directeur général de l'AIEA Rafael Mariano Grossi.

  • Les Etats-Unis vont fournir 400 millions de dollars d'aide militaire supplémentaire à l'Ukraine, «pour l'aider à se défendre face aux attaques sans répit du Kremlin», a annoncé le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

    «Cette tranche de 400 millions de dollars inclut des armes, des munitions et de l'équipement de défense antiaérienne supplémentaires provenant des stocks du ministère américain de la Défense», a précisé le secrétaire d'Etat dans un communiqué.

    La nouvelle aide comprend notamment des générateurs pour aider le pays face aux coupures de courant provoquées par les frappes russes, a annoncé séparément le Pentagone.

  • Un nouvel échange de prisonniers a eu lieu entre la Russie et l'Ukraine, a fait savoir le ministère russe de la défense. 35 captifs, de chaque côté, ont été échangés près du village de Kamenskoïé dans la région de Zaporojié. Les prisonniers russes ont été rapatriés à Moscou pour y recevoir soin et assistance. 

    Nouvel échange de prisonniers

Découvrir plus

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix