Une équipe de l'OIAC envoyée en Allemagne avant même le transfert de Navalny ? Moscou s'interroge

Une équipe de l'OIAC envoyée en Allemagne avant même le transfert de Navalny ? Moscou s'interroge© Yves Herman Source: Reuters
Le logo de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) est visible lors d'une session extraordinaire à La Haye (Pays-Bas), le 26 juin 2018.
Suivez RT France surTelegram

Selon la version originale d'un texte qu'elle a produit, l'OIAC a déployé le 20 août 2020 des experts en Allemagne en raison de l'empoisonnement présumé d'Alexeï Navalny, alors que celui-ci n'a été transféré dans ce pays que deux jours plus tard.

Moscou s'interroge sur des éléments troublants de l'affaire Navalny qui ont récemment fait surface. Le 6 juillet dernier, le représentant permanent de la Russie auprès de l'OIAC (Organisation pour l'interdiction des armes chimiques), Alexandre Choulguine, a ainsi interpellé l'organisme international au sujet d'une information rendue publique par celui-ci.

«La version originale du projet de rapport de l'OIAC sur la mise en œuvre de la Convention sur l’interdiction des armes chimiques (CIAC), qui a été préparé par le Secrétariat technique de l'Organisation, indiquait que, à la demande de l'Allemagne, le Secrétariat technique avait envoyé une équipe d'experts dans ce pays, le 20 août [2020], afin de fournir une assistance technique dans le cadre de l'empoisonnement présumé du blogueur russe Alexeï Navalny», rappelle Alexandre Choulguine dans un commentaire à RT ce 10  juillet, en référence à un document récemment mis en ligne par l'OIAC (paragraphe 1.41).

Or, c'est précisément le 20 août 2020 que l'activiste russe a été victime d'un malaise lors d'un vol entre Tomsk et Moscou, qui a provoqué l’atterrissage en urgence de son avion puis son l'hospitalisation à Omsk (Sibérie). Pourquoi l'Allemagne aurait-elle demandé et obtenu le déploiement d'experts de l'OIAC sur son territoire, avant même qu'Alexeï Navalny ne soit transféré à Berlin le 22 août ?

L'affaire Navalny [...] est loin d'être terminée. Il y a trop d'incohérences, d'inconsistances et d’angles morts

Si l'information fournie par l'OIAC est avérée, cela pourrait signifier, selon Alexandre Choulguine, que «toute cette histoire désagréable» – l'empoisonnement présumé d'Alexeï Navalny et ses lourdes répercussions internationales – a été «orchestrée de l'extérieur pour des raisons évidentes». «L'affaire Navalny [...] est loin d'être terminée. Il y a trop d'incohérences, d'inconsistances et d’"angles morts"», estime plus globalement le diplomate russe.

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a elle aussi soulevé l'étrangeté du texte d'avant-projet de l'OIAC, dans une publication sur Telegram le 10 juillet : «Le 20 août 2020, le citoyen russe Navalny était juste en train de voler de Tomsk à Omsk, et l’équipe de l’OIAC était déjà envoyée pour fournir une assistance technique dans le cadre d’un empoisonnement présumé par des armes chimiques [...] Pouvez-vous imaginer le temps qu’il a fallu [à l'Allemagne] pour rédiger une demande d’assistance à l’OIAC pour enquêter sur un empoisonnement par arme chimique ?», s'étonne-t-elle notamment.

L'affaire Navalny au cœur de tensions entre Occident et Russie

Pour rappel, l'opposant russe Alexeï Navalny accuse le Kremlin d'avoir tenté de l'empoisonner (une version également défendue par plusieurs gouvernements, dont ceux de la France, des Etats-Unis et de l'Allemagne), ce que réfute Moscou. Il a été traité dans un hôpital d'Omsk puis de Berlin, dont il est sorti sans séquelles.

Rentré en Russie depuis, il a été placé fin février 2021 en colonie pénitentiaire après qu'un tribunal de Moscou a confirmé en appel la révocation d'un sursis prononcé en 2014, pour violations répétées des conditions de celui-ci.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»