En même temps : Macron prône le dialogue avec la Russie tout en brandissant la menace de sanctions

En même temps : Macron prône le dialogue avec la Russie tout en brandissant la menace de sanctions© Olivier DOULIERY / CBS Broadcasting, Inc. / AFP
Le président de la République Emmanuel Macron, interviewé par la journaliste Margaret Brennan de la chaîne américaine CBS. Image tirée d'un extrait diffusé le 17 avril 2021.

Dans la droite ligne de ses interventions précédentes sur le sujet, Emmanuel Macron a prôné un «dialogue constructif» avec Moscou tout en se disant prêt à prendre des sanctions en cas de «comportement inacceptable», lors d'une interview à CBS.

Lors d'une interview accordée à la chaîne américaine CBS, dont un extrait a été diffusé le 17 avril, le président de la République Emmanuel Macron a une nouvelle fois exposé sa position sur la Russie – appel au dialogue, mais présentation de cette dernière comme une menace potentielle.

Ainsi, lorsqu'il lui est demandé si les sanctions antirusses que vient de prendre l'administration Biden auront «une quelconque influence sur Vladimir Poutine», le chef d'Etat français défend, d'abord, l'idée d'une ouverture à l'Est. «Nous avons besoin d'un dialogue ouvert et franc avec la Russie», déclare Emmanuel Macron, considérant que le président russe «peut être prêt à rouvrir le dialogue». Pour autant, le locataire de l'Elysée ajoute : «Nous [les Occidentaux, doit-on sans doute comprendre] devons être clairs quand nous ne sommes pas alignés. Et je pense qu'après un comportement inacceptable, effectivement, nous devons sanctionner.»

Emmanuel Macron ajoute que cela a déjà été fait, «après l'Ukraine ou après une série de crises qui se sont produites». Une référence vraisemblable aux sanctions prises par les Occidentaux après le rattachement de la Crimée à la Fédération russe à l'issue d'un référendum, qu'ils jugent illégal, ou aux récentes sanctions de l'Union européenne liées à l'affaire Navalny. Désormais, Emmanuel Macron appelle à «définir des lignes rouges claires avec la Russie».

Les sanctions font partie d'un tout. Je préfère un dialogue constructif, mais pour avoir un dialogue constructif et efficace, il faut être crédible

Dans le même extrait de l'interview de CBS diffusé le 17 avril, le président de la République résume sa position ambivalente : «Les sanctions font partie d'un tout. Je préfère un dialogue constructif, mais pour avoir un dialogue constructif et efficace, il faut être crédible.»

Ces propos ne sont pas sans rappeler ceux qu'a pu tenir Emmanuel Macron sur le sujet, à différentes occasions, depuis sa rencontre avec Vladimir Poutine à Versailles en mai 2017 : en décembre 2019, par exemple, le chef d'Etat français avait présenté la Russie à la fois comme «un partenaire», «une puissance avec laquelle nous travaillons» et comme «une menace sur certains sujets».

Tensions et appels au dialogue sur la question ukrainienne

Ces nouvelles déclarations d'Emmanuel Macron surviennent dans un contexte particulier : celui des tensions dans l'est de l'Ukraine, qui ont des répercussions dans les relations entre l'Occident et Moscou.

Alors que les heurts se multiplient entre forces gouvernementales et rebelles dans l'est ukrainien, Kiev se dit préoccupé par les mouvements de troupes russes à proximité de sa frontière et en appelle à l'OTAN, avec laquelle des exercices conjoints doivent être menés prochainement. La Russie, de son côté, assure ne menacer personne et rappelle être en droit de disposer de ses troupes comme elle l'entend sur son propre territoire. Moscou dénonce en outre des «provocations» de Kiev concernant la situation dans l'est ukrainien et des activités «menaçantes» de l'OTAN.

Le 16 avril, le président ukrainien Volodymyr Zelensky, la chancelière allemande Angela Merkel et Emmanuel Macron ont appelé, afin «de parvenir à une désescalade», à un retrait des troupes russes près de la frontière ukrainienne. Dans le même temps, le chef d'Etat ukrainien, à l'issue de discussions avec les dirigeants français et allemand, s'est dit ouvert à un dialogue sur ce sujet au format dit «de Normandie», réunissant Kiev, Paris, Berlin et Moscou.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»