Tensions dans l'est de l'Ukraine : Poutine s'inquiète des «actions provocatrices de Kiev»

Tensions dans l'est de l'Ukraine : Poutine s'inquiète des «actions provocatrices de Kiev»© REUTERS/Michele Tantussi
Illustration.

Alors que le président ukrainien était sur la ligne de front dans le Donbass, Vladimir Poutine et Angela Merkel ont évoqué «l’escalade des tensions» dans l'est de l'Ukraine. Le dirigeant russe a notamment accusé Kiev de provocations.

Au cours d'un entretien téléphonique, Vladimir Poutine et Angela Merkel «se sont inquiétés de l'escalade des tensions» dans l'est de l'Ukraine, selon un communiqué publié le 8 avril par le Kremlin.

Le président russe a notamment fustigé au cours de son entretien avec la chancelière allemande les récentes «actions provocatrices de Kiev, qui a délibérément attisé la situation sur la ligne de contact», marquant la séparation entre la zone sous contrôle de Kiev et les républiques autoproclamées aux mains des rebelles.

Les deux dirigeants ont appelé à la «retenue et [à] l'intensification du processus de négociations», Vladimir Poutine appelant Kiev à appliquer les accords conclus précédemment, d'après le communiqué du Kremlin.

Le gouvernement allemand indique également, dans un communiqué, que «le renforcement de la présence militaire russe dans les environs de l'Est ukrainien» a été évoqué, et que la chancelière Angela Merkel «a demandé que ces renforts soient réduits dans un objectif de désescalade».

Plus tôt dans la journée, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est rendu dans le Donbass afin d'y apporter son soutien aux troupes ukrainiennes, dans un contexte extrêmement tendu.

OTAN : Berlin tempère les ardeurs de Kiev

Moscou a mis en garde, ces derniers jours, contre la «rhétorique belliqueuse» de Kiev, alors que les forces armées ukrainiennes ont récemment annoncé que des exercices militaires conjoints avec les troupes de l'OTAN débuteraient dans quelques mois.

Si les autorités ukrainiennes justifient cette décision par une supposée menace militaire russe, Moscou affirme pour sa part prendre «les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de ses frontières» en raison d'une «activité croissante des forces armées de pays membres de l’OTAN, d’autres alliances et de pays indépendants [...] le long de la frontière de la Russie». 

Dans ce contexte, Volodymyr Zelensky a appelé l'OTAN à accélérer le processus d'adhésion de l'Ukraine, qualifiant l'Alliance atlantique de «seule voie vers la fin de la guerre dans le Donbass».

Ulrike Demmer, une porte-parole du gouvernement allemand citée par DW, a répondu dans la foulée que l'adhésion de Kiev n'était pas sur la table dans l'immédiat. Tout en précisant la politique de «porte ouverte» prônée par l'organisation militaire, la porte-parole a souligné : «L'Ukraine a le droit de choisir librement et a ses propres besoins politiques. Néanmoins, aucune étape supplémentaire en vue de son adhésion n'est envisagée en ce moment.» 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»