Pour Macron, la Russie est «une menace sur certains sujets» mais «aussi un partenaire»

Pour Macron, la Russie est «une menace sur certains sujets» mais «aussi un partenaire»© Christian Hartmann Source: Reuters
Emmanuel Macron en conférence de presse le 4 décembre, à l'issue du sommet de l'OTAN près de Londres.
Suivez RT France surTelegram

Lors d'une conférence de presse à l'issue du sommet de l'OTAN en Angleterre, le président français a prôné, une nouvelle fois, le dialogue et la collaboration avec la Russie. Mais il a aussi présenté Moscou comme «une menace sur certains sujets».

Emmanuel Macron a, une nouvelle fois, pratiqué l'art du «et en même temps». Durant sa conférence de presse du 4 décembre suivant le sommet de l'OTAN en Angleterre, le président de la République a présenté la Russie, tout à la fois, comme une menace et un partenaire.

«Est-ce que autour de la table tout le monde qualifierait la Russie d'ennemi ? Je ne pense pas. C'est aujourd'hui une menace sur certains sujets, c'est une réalité, et nous l'avons éprouvé sur les activités cyber, c'est une menace pour le voisinage, la crise ukrainienne en est une illustration», a déclaré le chef d'Etat français, reprenant donc une vision de la Russie comme «menace» régulièrement relayée par l'OTAN et certains de ses membres. Mais Emmanuel Macron, qui depuis plusieurs mois plaide ouvertement pour un dialogue constructif entre les pays européens et la Russie, a ajouté : «C'est [la Russie] également un voisin sur le plan géographique et c'est une réalité une fois encore, et c'est aussi un partenaire. C'est une puissance avec laquelle nous travaillons certains sujets sur lesquels nous avançons.»

Ces propos s'inscrivent dans le discours récurrent d'Emmanuel Macron sur la nécessité d'un dialogue «exigeant» avec la Russie. Fin novembre, le président de la République déclarait : «Il nous faut [...] construire une nouvelle architecture de confiance et de sécurité en Europe qui passe par la clarification de nos relations avec la Russie en posant nos conditions.» Et le 3 décembre, lors d'une conférence de presse avec son homologue américain en marge du sommet de l'OTAN, il a appelé l'Alliance atlantique à «initier un dialogue stratégique» avec Moscou... tout en se défendant de  toute «naïveté à l'égard de la Russie».

Lire aussi : Une menace pour la Russie : Poutine dénonce l'expansion continue de l'OTAN

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix