Malgré les «désaccords», Emmanuel Macron prône un dialogue entre l'Europe et la Russie

Malgré les «désaccords», Emmanuel Macron prône un dialogue entre l'Europe et la Russie© SEBASTIEN BOZON Source: AFP
Emmanuel Macron célèbre le bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet dans sa ville natale d'Ornans, le 10 juin 2019 (image d’illustration).

Le 11 juin, à l'occasion d'une interview à la télévision publique suisse RTS, le président français a plaidé pour une coopération étroite entre l'Europe et la Russie malgré les divergences de point de vue sur l'Otan ou encore la Crimée.

Emmanuel Macron est revenu le 11 juin sur les relations tumultueuses entre l’Europe et la Russie au cours d’une interview accordée à la télévision publique suisse RTS. Pour le chef de l’Etat, «l’Europe doit dialoguer avec la Russie» laquelle doit, selon lui, «faire des efforts».

L'Europe [...] ne doit pas exclusivement passer par l'OTAN

«L'Europe, dans cet ordre multilatéral que je défends, a besoin de rebâtir une nouvelle grammaire de confiance et de sécurité avec la Russie, et ne doit pas exclusivement passer par l'OTAN», a estimé le président de la République. «Il y a eu un geste militaire, on ne peut pas faire comme si rien ne s'était passé», a-t-il cependant nuancé en référence à la Crimée, péninsule rattachée en mars 2014 à la Russie à l'issue d'un référendum. «La France ne reconnaîtra pas l'annexion de la Crimée», déclarait encore en juin 2018 le président français.

Nous avons des désaccords mais on travaille ensemble

En outre, selon Emmanuel Macron, «sans avancée claire et tangible sur le processus de Minsk» – les accords censés de mettre un terme aux combats dans l’est de l’Ukraine – la reconstitution d’un G8 intégrant la Russie, demeure hypothétique. «Mais il doit y avoir une discussion stratégique. C'est pour cela que cette semaine, j'aurai à nouveau une longue discussion, nourrie, avec Vladimir Poutine, à la fois en tant que président de la France et du G7», a-t-il annoncé. Pour autant, l’Elysée, sollicitée par la suite par l’agence russe RIA Novosti, a précisé qu'aucune rencontre entre les chefs d'Etat français et russe n'était prévue cette semaine.

«Nous avons des désaccords mais on travaille ensemble», a par ailleurs assuré le président français en mettant notamment en exergue la coopération entre Moscou et Paris afin de trouver une issue politique au conflit syrien.

Enfin, laisser la Russie se tourner vers la Chine serait une erreur, selon le chef d'Etat français, alors que Vladimir Poutine et son homologue Chinois Xi Jinping ont récemment affiché leur volonté de donner une nouvelle impulsion à leurs relations économiques.

Lire aussi : Pourquoi Poutine n'a-t-il pas été invité au 75e anniversaire du débarquement ? L'Elysée répond

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»