Navalny et Assange : une eurodéputée irlandaise dénonce le double standard de l'UE

Navalny et Assange : une eurodéputée irlandaise dénonce le double standard de l'UE© Capture d'écran, RT France
Vidéo
La députée européenne irlandaise Clare Daly au Parlement européen le 9 février 2021.
Suivez RT France surTelegram

Furieuse contre l'attitude de l'UE envers la Russie, une eurodéputée irlandaise de gauche a comparé le traitement de l'affaire Navalny avec celui d'Assange que le Parlement, rappelle-t-elle, avait refusé de prendre en considération.

Le Parlement européen a débattu le 9 février à Bruxelles du fait que le représentant des affaires étrangères de l'UE, Josep Borrell, de retour de Moscou, appelle à des sanctions contre la Russie dans un contexte de tensions autour de l'affaire Navalny. A cette occasion, une eurodéputée irlandaise a fermement exprimé son rejet de la position européenne sur cette question, et a comparé le traitement de l'opposant russe avec d'autres affaires ignorées par l'Union européenne, comme l'affaire de Julian Assange, y voyant un «deux poids, deux mesures».

En écoutant la russophobie incessante qui s'exprime ici, comment trouver surprenant que le gouvernement russe ne voie pas d'intérêt à dialoguer avec l'UE ?

Lors de ce débat, l'eurodéputée de gauche irlandaise Clare Daly (GUE/NGL) a attaqué le double standard du Parlement européen en matière de droits de l'Homme et a accusé ses collègues d'hostilité répétée envers la Russie. «En écoutant la russophobie incessante qui s'exprime ici, comment trouver surprenant que le gouvernement russe ne voie pas d'intérêt à dialoguer avec l'UE ?», a questionné Clare Daly à la tribune – dans un contexte où la Russie se dit désormais être prête, sans pour autant le souhaiter, à un refroidissement des relations UE-Moscou. 

Après avoir vertement critiqué les positions politiques de l'opposant russe, Clare Daly a affirmé que s'il avait été arrêté dans un autre pays que la Russie, on ne parlerait pas du tout d'Alexeï Navalny dans l'UE. «Je suis disposée à défendre les droits de n'importe qui, y compris ceux de Navalny, mais soyons honnêtes à son sujet : c'est un raciste anti-immigrés vicieux avec peut-être 4% de soutien, qui rassemble quelques centaines ou milliers de personnes dans des grandes villes, on peut difficilement y voir un mouvement de masse», a martelé la députée européenne.

La parlementaire a ensuite énuméré une série de comparaisons entre le traitement de l'affaire Navalny et d'autres, délaissées par l'UE. «Pendant ce temps-là, Julian Assange est incarcéré depuis presque dix ans pour avoir exposé des crimes de guerre américains et on ne peut même pas le mentionner», s'est indignée Clare Daly qui, le 25 novembre 2020, dénonçait le fait que l'écrasante majorité des députés européens ait en effet rejeté un amendement faisant référence à l'affaire Assange, qu'elle avait proposé d'incorporer à un rapport dédié à la situation des droits fondamentaux au sein de l'UE sur la période 2018-2019. «191 votes pour, 408 contre et 93 abstentions», faisait savoir l'eurodéputée.

[L'affaire Navalny] correspond à un agenda géopolitique anti-russe, alimenté par un complexe militaro-industriel qui a besoin d'un ennemi pour justifier ses millions

Après avoir cité différents cas présumés de violation des droits de l'homme en Europe et aux Etats-Unis, l'eurodéputée a clos son discours du 9 février en demandant «où sont les demandes de sanctions vis-à-vis de l'Espagne ? [...] où sont les appels à rompre les liens avec les Etats-Unis ? [...] Nulle part ! Parce qu'il ne s'agit de pas de droits de l'homme. Cela [l'affaire Navalny] correspond à un agenda géopolitique antirusse, alimenté par un complexe militaro-industriel qui a besoin d'un ennemi pour justifier ses millions.» A l'adresse de Josep Borrel, Clare Daly a conclu : «Bien sûr que vous avez raison d'aller en Russie où nous devrions miser sur le dialogue et pas sur la guerre.»

Affaire Navalny et tensions UE-Moscou

Invoquant l'affaire Navalny, l'UE fait planer la menace de nouvelles sanctions contre Moscou. L'opposant russe a été incarcéré pour non-respect des conditions d'une peine de prison avec sursis, à son retour en Russie le 17 janvier. Selon les services pénitentiaires russes, Alexeï Navalny ne s'est pas présenté à l'enregistrement auprès de l’inspection à au moins six reprises au cours de l'année 2020, entre janvier et mi-août. Cette peine de prison avec sursis, prononcée en 2014, a été transformée en peine de prison ferme le 2 février 2021.

A la fin du mois d'août, Alexeï Navalny avait été transféré dans le coma en Allemagne, après avoir été victime d'un malaise. Il accuse le pouvoir russe d'avoir tenté de l'empoisonner (une version également défendue par plusieurs gouvernements, dont ceux de la France, des Etats-Unis, et de l'Allemagne), ce que réfute Moscou. 

Les autorités russes ont dénoncé de leur côté à plusieurs reprises l'ingérence de pays occidentaux dans les affaires russes, pointant du doigt la présence de diplomates étrangers à l'audience d'Alexeï Navalny, les appels de gouvernements occidentaux à la libération de l'opposant russe ou encore l'indication, sur le site de l'ambassade américaine à Moscou, des heures et lieux de mobilisations non-autorisées pro-Navalny en Russie.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»