Rayé d'un rapport sur les droits fondamentaux au Parlement européen, Assange toujours sous écrous

Rayé d'un rapport sur les droits fondamentaux au Parlement européen, Assange toujours sous écrous© Twitter : @Fabien_Rives
Un portrait de Julian Assange brandi par un manifestant lors d'une action de soutien à Paris le 5 septembre 2020 (image d'illustration).

En attendant la décision britannique sur l'extradition de Julian Assange, celui-ci est enfermé dans une prison de haute sécurité. Les députés européens ont massivement rejeté un amendement faisant référence à son cas.

A l'image de la chancelante mobilisation du monde journalistique en faveur de Julian Assange, les initiatives visant à obtenir sa libération (communiqués, tribunes, pétitions...) restent pour l'heure infructueuses. De même, les soutiens politiques du fondateur de WikiLeaks font souvent face à l'indifférence de leurs pairs concernant la détention arbitraire de celui qui a participé à rendre possibles les fuites d'information d'intérêt général les plus massives du XXIe siècle.

Douloureuse indifférence pour les défenseurs de la liberté d'informer, comme en témoigne le cri de colère de Clare Daly, une eurodéputée irlandaise qui a fait part d'un récent épisode à ce sujet au Parlement européen...

Les députés européens s'opposent à un amendement mentionnant Assange

Comme l'a écrit Clare Daly le 25 novembre sur Twitter, l'écrasante majorité des députés européens a en effet rejeté un amendement faisant référence à l'affaire Assange, qu'elle avait proposé d'incorporer à un rapport dédié à la situation des droits fondamentaux au sein de l'UE sur la période 2018-2019. 

«191 votes pour, 408 contre et 93 abstentions», a fait savoir l'eurodéputée qui appartient au groupe des parlementaires européens de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (GUE/NGL).

S'il soulignait le rôle fondamental des lanceurs d'alerte, l'amendement en question pointait aussi les pressions récurrentes auxquelles pouvaient être confrontés journalistes et médias sur le Vieux continent, se basant précisément sur «la détention et les poursuites judiciaires criminelles visant Julian Assange». Cette proposition d'amendement faisait référence à une résolution adoptée le 28 janvier 2020 par le Conseil de l'Europe au sujet des «menaces sur la liberté des médias et la sécurité des journalistes en Europe». Pour rappel, le Conseil de l'Europe est une organisation intergouvernementale distincte de l'UE, dont la création remonte à 1949 et qui compte aujourd'hui 47 Etats membres.

«Hier j'ai proposé un choix : tergiverser en surface sur les droits fondamentaux ou mettre en œuvre la charte européenne [des droits fondamentaux]. La position du parlement européen est désormais claire», a commenté l'eurodéputée irlandaise. Fait notable, entre autres parlementaires qui, selon la liste publiée par Clare Daly, se sont opposés à son amendement, figure notamment Nathalie Loiseau, tête de liste de la liste macroniste aux dernières élections européennes.

Julian Assange, toujours sous écrous

A l'heure où nous écrivons ces lignes, Julian Assange est incarcéré depuis 596 jours dans la prison de Belmarsh, un établissement britannique de haute sécurité situé dans la banlieue est de Londres et qui dépend des services pénitentiaires de Sa Majesté. 

La dernière série d'audiences du procès sur sa potentielle extradition vers les Etats-Unis s'est achevée le 1er octobre 2020, après quatre semaines de débats où il a été question de sa déontologie, de la liberté de la presse mais aussi du danger qu'il encourt en cas d'extradition. Alors que la décision britannique est prévue pour le 4 janvier 2021, nombre d'observateurs continuent de dénoncer la détention arbitraire du journaliste australien et appellent à sa libération. 

Mais, triste ironie du sort pour le ressortissant australien sous écrous, parmi ceux qui l'ont jadis encensé et qui seraient aujourd'hui en position de mettre un terme au calvaire qu'il traverse depuis presque une décennie, d'aucuns font désormais preuve d'un silence assourdissant. On pense en premier lieu à Donald Trump qui, lors de sa campagne présidentielle en 2016, avait affirmé «adorer WikiLeaks». Toutefois, durant son mandat, le locataire de la Maison Blanche n'a visiblement pas réussi à faire preuve d'un engagement à la hauteur de son adoration...

En France, l'actuel garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti a pour l'heure préféré ignorer ceux qui lui ont récemment rappelé son engagement dans le dossier. Et de fait, au mois de février dernier, la star du barreau français avait annoncé son intention de demander audience à Emmanuel Macron afin d'étudier les possibilités d'accorder l'asile à Julian Assange.

Décidément, la cohabitation semble difficile entre la soif de justice pour Julian Assange affichée par certains, et leur accession aux sphères les plus hautes du pouvoir politique...

Fabien Rives

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»