Affaire Navalny: les contre-sanctions russes viseront des hauts fonctionnaires français et allemands

Affaire Navalny: les contre-sanctions russes viseront des hauts fonctionnaires français et allemands© Michele Tantussi Source: Reuters
L'hôpital de la Charité à Berlin, où a été soigné l'opposant russe Alexeï Navalny, après avoir été dans un premier temps admis dans un hôpital d'Omsk (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

En octobre, l'UE annonçait des sanctions contre des personnalités et une entité russes qu'elle jugeait responsables de l'empoisonnement présumé d'Alexeï Navalny. Le chef de la diplomatie russe a annoncé que des mesures seraient prises en réplique.

La Russie répliquera aux sanctions prises mi-octobre par l'Union européenne (UE) contre plusieurs personnalités et une entité russes que cette dernière juge responsables de l'empoisonnement présumé de l'opposant russe Alexeï Navalny.

Etant donné que ces sanctions visent directement les hauts fonctionnaires de l’administration présidentielle de la Fédération de Russie, nous introduirons des sanctions réciproques

«Etant donné que ces sanctions visent directement les hauts fonctionnaires de l’administration présidentielle de la Fédération de Russie, nous introduirons des sanctions réciproques», a déclaré le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, ce 12 novembre. Et d'ajouter : «Elles sont déjà adoptées. Nous en informerons bientôt nos collègues allemands et français». Le ministre des Affaires étrangères a également précisé que ces sanctions viseraient «des hauts fonctionnaires des administrations des dirigeants allemands et français».

Des sanctions européennes visant des hauts responsables russes

L'Union européenne (UE) avait annoncé mi-octobre des sanctions contre plusieurs personnalités et une entité. Parmi elles : le directeur du FSB Alexandre Bortnikov, mais aussi des membres du gouvernement russe, dont Andreï Iarine, chef de la direction des affaires intérieures de l'administration présidentielle, son adjoint Sergueï Kirienko, ou encore le vice-ministre de la Défense Pavel Popov. Selon l'agence de presse Tass, les restrictions impliquent une interdiction d'entrée sur le territoire européen, ainsi qu'un gel des avoirs financiers dans les banques européennes.

Un institut de recherche, l’Institut d'Etat pour la recherche scientifique en chimie organique et en technologie (GosNIIOKhT), considéré comme le lieu de conception de l’agent neurotoxique Novitchok, a également été sanctionné. Cela signifie que les entreprises européennes ne peuvent plus entretenir de relations avec cet organisme. 

Quelques jours avant l'annonce de ces sanctions européennes, les ministres des Affaires étrangères d'Allemagne et de France avaient dénoncé, dans un communiqué commun, une «responsabilité et une implication» de la Russie dans la tentative d'«empoisonnement» de l'opposant russe.

«Au lieu de coopérer dûment avec la Fédération de Russie afin d'éclaircir les circonstances de ce qui s'est passé avec ce blogueur, les gouvernements allemand et français sont passés à des menaces et des tentatives de chantage à notre égard», avait alors réagi la diplomatie russe dans un communiqué. Elle avait également qualifié cette déclaration d'«inacceptable par son contenu et sa tonalité», accusant Paris et Berlin de se placer ainsi «à la tête d'une coalition anti-russe» qui serait en train de se former selon Moscou au sein de l'Union européenne.

Une affaire à l'ampleur internationale

Le 20 août, Alexeï Navalny avait fait un malaise alors qu'il se rendait de Tomsk à Moscou en avion. Après deux jours d'hospitalisation à Omsk, il avait été autorisé à être transféré en urgence en Allemagne, à la demande de ses proches, qui estimaient que l'opposant russe avait été empoisonné et ne faisaient pas confiance au personnel de l'hôpital d'Omsk.

Les médecins russes, qui ont initialement pris en charge l'opposant, ont rapporté qu'«aucun poison ou trace de poison dans le sang ou dans l'urine n'a été trouvé». Par la suite les autorités allemandes ont affirmé que des tests toxicologiques réalisés par un laboratoire de l'armée allemande avaient apporté des «preuves sans équivoque» de «la présence d'un agent chimique neurotoxique de type "Novitchok"» dans le corps d'Alexeï Navalny. Une thèse qu'ont confirmée des laboratoires français et suédois.

En outre, début octobre, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), basée à La Haye, a déclaré que les échantillons de sang et d'urine d'Alexeï Navalny contenaient un «inhibiteur de la cholinestérase», similaire à deux substances chimiques de type Novitchok interdites par l'organisation en 2019.

Alexeï Navalny est, depuis, sorti d'hôpital.

Sergueï Lavrov a également commenté, ce 12 novembre, le fond de l'affaire Navalny. «Nous avons de bonnes raisons de penser que tout ce qui lui est arrivé, à savoir la pénétration d'agents toxiques militaires dans son corps, aurait pu se produire en Allemagne. Ou bien dans l'avion où il a été placé pour être transféré à la clinique de la Charité [à Berlin]», a déclaré le chef de la diplomatie russe. Avant d'ajouter : «Mais cette personne, tout comme les Skripal, se sent apparemment très bien. Bien que personne ne l'ait vu. L’Allemagne nous interdit tout accès consulaire.»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix